lundi 14 octobre 2013

SERGE VENTURINI

KROOH, KROOH, KROOH*— Avec le doudouk j’entends l’appel du Massis. Mon cœur respire à son immémorial cri. J’écoute vibrer son souffle dans l’invisible. — Pierre de ma parole ricochète sur l’Ararat ! — Dans l’écho elle se répercute. Très haut. Dans l’air. Or au levant les oiseaux l’emportent sur leurs ailes. — Une odeur de printemps inonde toute la grande plaine. Une forte pluie vient à tomber violente queue d’orage. Le vent qui se lève nettoie l’atmosphère fumante. — L’espace s’ouvre d’éclairs. De clarté. — Puis le noir.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 21 septembre 2013

EXILEE

Elle installait l'Andalousieavec des gestes lentsdans un petit pré revêchecerné de murettes de pierrepar tous les chemins de la terreappel du sol familier« si jamais je t'oubliaisque ma droite se dessècheque ma bouche soit scelléecomme un ruisseau pris de gelsi je perds le souvenirde mes défunts nourriciers »elle livrait les emblèmesdes divinités domestiquesentre les arbres amaigrisaux rayons de miel du couchant   .   PIERRE ETIENNE   .        
Posté par emmila à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 8 septembre 2013

AGNES SCHNELL

La nuit atteint un lieu différent quelque chose comme un exil crispé parfois en nos poings tout paraît doublé d’odeurs palpables de touchers veloutés de la légèreté des ailes tout semble précaire et creux. On sait que l’on rêve et que l’on devra se réveiller.   .   AGNES SCHNELL   .                    
Posté par emmila à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 23 août 2013

BRUINE / GARUA

J’ai migré vers la Terre enveloppée de silence Écrite sur un reflet, sentier vers la parole J’apportais ma voix fertile, mon offrande sans épines Et une paix de bruine au fond des yeux J’ai trouvé un abri de marécages et piquants Un Pouvoir qui calcine le sang des enfants, J’ai vu des hommes tels des loups, j’ai vu des loups angelisés Et un déluge saumâtre de rêveries moribondes À chaque jour, encore des êtres brisés et déchirés On les taille, on les arrache, on les éclate, on les tue Alors que Goya et Beethoven et Balzac Affirment... [Lire la suite]
jeudi 25 juillet 2013

PARTIR

Nous partons pour nous éloigner du lieu qui nous a vunaitre et voir l'autre versant du matin. Nous partons à larecherche de nos naissances improbables. Pourcompléter nos alphabets. Pour charger l’adieu depromesses. Pour aller aussi loin que l’horizon, déchirantnos destins, éparpillant leurs pages avant de tomber,quelquefois , sur notre propre histoire dans d’autreslivres.Nous partons vers des destinées inconnues. Pour redireà ceux que nous avons croisés que nous reviendrons etque nous referons connaissance. Nous partons pourapprendre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 21 juillet 2013

L'EMIGRE

Ommi Yêma Ya Mima !* Le bateau m’emporte,Loin de tes yeux enflammés.La mer me balance,Loin de tes bras qui tremblent.Ommi Yêma Ya Mima !Ils m’ont fouillé,Jusque dans mes plus petits souvenirs.Ils me poursuivent,Jusque dans mes lunes les plus émiettées.Ommi Yêma Ya Mima !Ils m’ont ligoté dans leurs citadelles de l’oubli.Ommi Yêma Ya Mima !Mes appels qu’ils matraquent,Dans les asiles de leurs rues.Mon âge sans repères,Les cages de mes nuits sans étoiles.Ommi Yêma Ya Mima !Ton sourire bleu qui m’obsède,Qui me précède dans mes cris.Leurs... [Lire la suite]

vendredi 19 juillet 2013

PREMICES DU DESERT...Extrait

Loin, plus loin que la vie,à quel  point les choses peuvent trahiret surprendre la chasteté de la pensée,tu l’as vu, tu en as douté, tu l’as connu,à quel point les choses peuvent blesseret leurrer la pureté intérieure,tu l’as vu, tu l’as mesuré même par le songe.Le réveil est le soir impétueux,c’est ce signe d’âmes exilées,l’hirondelle en crie la fraîcheur.Ah, il n’est par tard quoique la nuit menace,tu as avant cela eu le temps de voirà quel point les choses portent loin,à quel point d’un seul coup elles peuvent manquer,faire... [Lire la suite]
samedi 15 juin 2013

SI SEULEMENT...Extrait

sous le masqueun autre masqueplus fragile plus blancpeau toujours plus fineplus transparenteen voie d'effacementmue de chrysalidepour quelle naissanceimprobable ?au creux du sommeilneige et nuitrecousent mes paupièresneige et nuitlangent mon corpsde fines bandelettesd'éternitéchaque éveil est un exil   .   FRANCOISE ASCAL   .      
Posté par emmila à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 24 mai 2013

DE CHAIR ET DE MOTS...Extrait

Qu’on regarde au dehors, le dedans vous reprend.On voudrait être au monde, on ne sait qu’échapper.Et tous ceux-là qu’on croise et voudrait arrêter ont le pas trop rapide et sont pris par l’élan.Qui parle des lointains évoque une autre vie.Et c’est pour mieux tromper ce sentiment de n’être qu’en exil ici-bas, un voyageur peut-être mais qui ne pèse pas et reste sans appui.Nous avons des manies de vivants qui s’absentent, qui pour prendre enfin pied s’accrochent à des leurres en faisant reculer l’horizon qu’ils s’inventent.Partir est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 23 avril 2013

NICOLE BARRIERE

Travail de poésieparole dans le tempscomme un très vieil arbre et l’ombre porte fraîcheur au peuple déraciné racines, terre ingrate, l’âpre mélancolie des sombres solitudes !de la douleur des guerrescoupé des sources vives, poète aux poings serrés et de folle passion besoin de paix, à Paris ou ailleurs.Tout est déchirure et combat fratricide envers la femme, l’amante, la soeur, la poésieÉlans ardents du juste Vérité jusqu’au cri, tout en soi est contraire, exigence, déchirurequi fait œuvre de vie.On connaît la fuite qui fera mourir,... [Lire la suite]