samedi 17 juillet 2021

LE MONDE COMME REPRESENTATION ET COMME VOLONTE...Extrait

« La vie sans musique est tout simplement une erreur, un calvaire, un exil. » FRIEDRICH NIETZSCHE   .   « La musique, qui va au-delà des idées, est complètement indépendante du monde phénoménal ; elle l'ignore absolument, et pourrait en quelque sorte continuer à exister, alors même que l'univers n'existerait pas ... C'est pourquoi l'influence de la musique est plus puissante et plus pénétrante que celle des autres arts ; ceux-ci n'expriment que l'ombre, tandis qu'elle parle de l'être ... c'est là ce qui lui... [Lire la suite]

vendredi 16 juillet 2021

LETTRE AU GENERAL X ...ST EXUPERY

Ah ! Général, il n’y a qu’un problème, un seul de par le monde. Rendre aux hommes une signification spirituelle, des inquiétudes spirituelles, faire pleuvoir sur eux quelque chose qui ressemble à un chant grégorien. On ne peut vivre de frigidaires, de politique, de bilans et de mots croisés, voyez-vous ! On ne peut plus vivre sans poésie, couleur ni amour. Rien qu’à entendre un chant villageois du XVe siècle, on mesure la pente descendue. Il ne reste rien que la voix du robot de la propagande... . … . .Mais où vont les... [Lire la suite]
vendredi 16 juillet 2021

ISABELLE EBERHARDT, 1877-1904 : UNE IDENTITE DANS L'ALTERITE

  . Qui peut résister à Isabelle Eberhardt après l’avoir découverte ? La nouvelle bio-fiction de Tiffany Tavernier, chez Tallandier, confirme la règle qu’on ne plonge pas impunément dans l’aventure de celle que les prédécesseurs en biographie ont, tour à tour, nommée, « la bonne nomade », « une Russe au désert », « La Louise Michel du Sahara », « la Révélation du Sahara », « l’amazone des sables », « l’errante », « une rebelle », « une... [Lire la suite]
jeudi 8 juillet 2021

LEVEES D'EMPREINTES

  Inlassablement, et disant cela, on a beau détacher chaque syllabe afin de lui être présent, ce mot-là ou un autre, qu’importe, tous se ressemblent, on n’a pu faire un tri, on  recrée le bruit de ces blocs lorsqu’ils s’écroulent, un à un, des falaises, sans que l’on sache en différer la chute, la vague aussi avide en s’éloignant continue son travail de sape, continue de mêler silence, tumulte, on voit comme on entend, comme on respire, inlassablement donc, le resserrement de la gorge quand on se trouve ainsi... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 7 juillet 2021

HORS DU VENTRE

Avec sang et crisTu rejoins ce mondeTu t'enfonces dans le jourArraché au silenceà l'eau sans épineaux plages assourdiesà la forge sans feuau cercle humide et pourpreNavigateur à vif encordé dans ses fibresBanni du pays en suspensExclu de l'intime clartéLoin des lagunes sans désirDes rumeurs sans fièvresPar effractionet dans les meurtrissuresTu brises l'enclosTu fends la gangueTu immigres et t'enclaves dans la brève vallée où foisonne l'événementDéjà saisi par le lieuDéjà rejoint par le tempsSoumis déjàau rapt des vivantsEntre une... [Lire la suite]
dimanche 27 juin 2021

LE SOUFFLE ET LA SEVE ...Extrait

Je suis dans un épanchement à la jointure du passé. Des bouffées de sève reprennent place dans l’égorgement de mes pensées où, excisées, elles s’épuisent sous la lame affûtée de l’écrasement. Je ne me retournerai plus, c'est inutile et ça fait mal. Alors, j'oublie, doucement. Je taris les souvenirs trop encombrants comme on pipe de vulgaires fumées oisives. Et je bois aux flaques de l’averse printanière qui a laissé son empreinte sur le sol ému par sa nourrice providentielle. J’efface toutes déceptions au profit de la grâce du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

lundi 31 mai 2021

MOTS PASSANTS

Au bord de l’incertitude, ses mots résistent encore un peu avant de tomber comme lettres mortes des pages du Livre de sa vie, imparfait Ils avaient poussé en elle, renforcés par des vents d'infiltration la livrant aux métaphrases parodiques de lecteurs hypothétiques, d’occasion Délestée du poids des méprises et du tout-venant, elle tomba enceinte d’un vide immense Désencrée mais plus légère qu'une plume elle ne se nourrit désormais qu'à l’éphéméride des Mots Passants... . . . . . . ELISA... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 22 avril 2021

DE LA DUALITE

    Au nom de qui de quoi de quel dogme précepte ou credo devrais-je abandonner l'autre rive vers laquelle l'âme tend inélucatblement à jamais depuis toujours . Au faîte des années qui t'isolent quand le geste surrané camisole et rompt à l'intention à l'attente et au désir des mondes . Faim de non recevoir Fin d'un corps usé ployant sous le faix des ans Lorsque tonne le tumulte limbique . Que lui reste - t - il si ce n'est... [Lire la suite]
lundi 19 avril 2021

TERESA WILMS MONTT...Extrait

Maria Teresa Wilms Montt de las Mercedes, née le 8 septembre 1893 à Viña del Mar et morte le 24 décembre 1921 à Paris, fut une écrivaine et poète chilienne. Très tôt, son esprit libre et créatif se heurta à une société patriarcale intransigeante. En 1916, elle se rendit à Buenos Aires pour échapper à cette ambiance particulièrement oppressante. Cette ville lui permit d'acquérir cette liberté qu'elle convoitait depuis tant d'année. Elle travailla pour le magasine Nosotros et publia ses deux premiers écrits en 1917. Son premier... [Lire la suite]
vendredi 16 avril 2021

PREMONITION

Un jour, et il arrive, J’aurai perdu jusqu’au dernier ami Le dernier qui appelait au téléphone disant Tu ne répondais pas j’ai cru que tu étais tombée Et il est loin le jour déjà Où j’ai perdu la dernière amante Celle qui mentait si bien Et se remaquillait avant de repartir Vers d’autres, et peu importe Ce qui n’était pas vrai n’a jamais existé Un jour, j’aurai perdu jusqu’au dernier compagnon vivant, Le Chat, j’ aurai tenu sa patte ronde pendant Que la seringue aura fait son boulot Et que je lui chuchoterai J’arrive Je... [Lire la suite]