mercredi 22 janvier 2020

LE BOIS D'EPAVE

Il y a des lieux qui nous mènent ailleurs, un arrêt sur image, une page arrachée, une tache blême sur un mur où il y avait un cadre, le sillage d’un bateau, les murs d’un village, une ornière de boue, le sourire d’une plage, la fadeur d’une fadaise, la hauteur d’une falaise, un mot d’auteur. Mon chant est trop petit pour les oreilles du monde. Mes pieds boitent comme un verbe éclopé qui se conjugue mal. Le même paysage accroche les regards. Chacun le voit à sa façon. Je n’ai rien demandé, mais le malheur rôde autour de moi. J’ai... [Lire la suite]

mardi 31 décembre 2019

AUTRES MESURES...Extrait

CON TENEREZZA(avec tendresse)   A petits pas qu'importe !De l'autre côtéle temps ne presse plus.De l'autre côtél'instant ne leurre plus. Le voyage ne finit pasde désarticulerqu'importe le pas. Marcheur immobiledans l'eau qui emportemalgré soivers l'irrésistible.. Oeillade des feuxnuits où les rêvesprennent corps et nous écrasentde tendressele marcheur loin des voiesqui se dupliquentne sait quoi butinerle temps qui se ramasseet reste dans l'angle mortle désir défiant le silenceou cet infime frémissementque le vent porteavec... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 29 décembre 2019

ERNEST PEPIN...Extrait

Le jour m’a prêté ses lèvresSes paroles d’araignée au fil lentIl m’a dit de chanterJusqu’à remonter le courant de l’an neufIl m’a ditDe convier les pierres au jeu de l’oraclePour te souhaiter une belle et bonne annéeEt mon chant bêche l’espaceRemue toute la bonté du monde. ... Si nous existonsC’est que le possible existeBruissant de nous-mêmesFurieux de nos défaites passéesBattant inlassable le tambourin du bonheurEt l’année qui s’en vient remplie de tous mes voeuxT’appelle à fleurir la branche du soleilA deviner la voyance du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 22 décembre 2019

AGNES SCHNELL...Extrait

En pensée, Agnès, 4 ans....     Une toile bat dans le ventune porte s'ouvresur l'imprévisible.Entre l'autre et soil'épuisant voyagepar saccades. Des murs s'effondrentcommedans un demi-sommeil.On granditnon par désirmais par convenances On attend la fraîcheurl'inattenduun rire peut-êtreou un adieu à reculons. Faroucheon meurt un peuà peine rassasié. Aura-t-on assez touchéassez étreintavant de sombrer ?         AGNES SCHNELL       Photographie Katia Chausheva
Posté par emmila à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 8 décembre 2019

JULES SUPERVIELLE...Extrait

J'aurai rêvé ma vie à l'instar des rivières...vivant en même temps la source et l'océan...sans pouvoir me fixer même un mince moment...entre le mont, la plaine et les plages dernières...Suis-je ici? Suis-je là bas? Mes rives coutumières changent de part et d'autre et me laissent errant...Suis-je l'eau qui s'en va, le nageur derrière ? Ou serai-je plutôt sans même le savoir celui qui dans la nuit n'a plus que la ressource de chercher l'océan du côté de la source puisqu'est derrière lui le meilleur de l'espoir ???     ... [Lire la suite]
dimanche 8 décembre 2019

AGNES SCHNELL...Extrait

Afin de rappeler ton jour de naissance, Agnès...     Tu marches pieds nus par déférencepour ton exil sans fintu marches sur une terrelourde de silences. Voix égaréesd’un pays d’herbes amèresoù tu t’es meurtri bien avant,bouches agacées d’où le chant se retirevers la nuée d’ombreou la canopée des oiseaux siffleurs… Jours de sableque dans le désordre tu égrènesjours fiévreuxd’images craqueléesd’orages lents à mourir. Quelque part remiséstes mots aux courbes doucesaux balancements d’ailestes mots seront cet indéfiniqui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 1 décembre 2019

JOËL GRENIER...Extrait

Elles ont la couleur des nuits trop longues, les ombres blanches.Elles collent le soleil au mur et le fusillent de mépris. Trois fleurs en rang d'oignons, au garde-à-vous et recueillies, attendent sur une planche le chant du coq, celui du cygne.Elles mettent les rêves en cage , les ombres blanches. Comme les yeux, ils sont cernés. Une araignée sur le plafond creuse un trou noir dans le vide.Ça sent l'hospice et le formol est leur parfum d 'éternité, aux ombres blanches.Elles ont les mots du silence et le discours de l'ennui. Sur une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 1 décembre 2019

IN PRAESENTIA IN ABSENTIA

  Ceux qui savent pleurer ne seront plus comme tant d’autres :ménageant à grand peine leur vulnérabilitéaux mots prononcés, ou par l’écriture qu’on déroule,ils laissent opérer toute la résonance en eux. Sans le moindre barrage (protège ou doubles-fenêtres)l’Ailleurs les pénètre et garde possession de leur for,des scrupules les inhibent tant qu’ils ne voient plus outre,paysage intégrant leur native déréliction. Défait sous son blindage de papier à brioche.plus rien de positif ne leur est venu du soleilqui sitôt réapparu s’est... [Lire la suite]
samedi 16 novembre 2019

BRUNO RUIZ...Extrait

Il y a ce qui naît et ce qui meurt. Ce qui circule dans les veines et ce qui s’arrête. Une aurore qui parle et le soir qui descend vers le silence. Il y a cette sève qui cherche une cime et le sauvage velours du coquelicot. Mais je n’explique pas le monde. Je me fatigue à tant d’absence. Tout savoir n’est qu’une très longue attente. L’espérance d’un possible. Le désespoir d’un impossible. Qui sait où nous sommes au fond de ce vieux rêve ? Je ne creuse que pour planter. Je me déleste de vieilles larmes. M’illumine et m’engloutis.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 14 novembre 2019

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Il était une fois...cet enfant millénaire au berceau de nuit[ blancheet de jour sans le cielil était une foisce regard de soleil foudroyé Un oeil sans paupièrespleuretoute la misère du mondedepuis que le monde est monde Il était une fois...cette femme éternel visage raviné de larmes[ sèches Il était une fois...la nuit du mondeà pas tremblés traînant guenillessous l'envers de la viefatigue et froidfatigue et faimrasant les murs En grands cheveux de pluied'yeux absentésles serres étiques étreignent au ventre un cri[ oublié Et... [Lire la suite]