mardi 5 septembre 2017

UNE VIE BOULEVERSEE...Extrait

... En moi un immense silence, qui ne cesse de croître. Tout autour, un flux de paroles qui vous épuisent parce qu'elles n'expriment rien. Il faut être toujours plus économe de paroles insignifiantes pour trouver les quelques mots dont on a besoin. Le silence doit nourrir de nouvelles possibilités d'expression. ...   .   ETTY HILLESUM     .
Posté par emmila à 12:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 2 juin 2017

PIERRE NOIRE, SANGUINE ET PASTEL

Je t'ai tutoyée, tout de suite. Depuis notre brève rencontre, il y a trois semaines au musée des Beaux-Arts de Besançon, je ne te quitte plus.     On ne devine qu'un fragment de ton épaule, dépassant d'un carré d'étoffe. Tu sembles si pudique, si jeune encore. Cependant ton visage, bien que détourné, s'offre sans réserve. Donné à son intériorité. Et le peintre à son tour a voulu rendre ce miracle de transparence.     Je te rencontre quatre siècles plus tard.   M'aideras-tu à comprendre le passage... [Lire la suite]
samedi 30 avril 2016

JACQUES DERRIDA

Ainsi se lève en toi le rêve d’apprendre par cœur. De te laisser traverser le cœur par la dictée. D’un seul trait, et c’est l’impossible et c’est l’expérience poématique. Tu ne savais pas encore le cœur, tu l’apprends ainsi. De cette expérience et de cette expression. J’appelle poème cela même qui apprend le cœur, ce qui invente le cœur, enfin ce que le mot de cœur semble vouloir dire et que dans ma langue je discerne mal du mot cœur. Cœur, dans le poème «apprendre par cœur» (à apprendre par cœur), ne nomme plus seulement la pure... [Lire la suite]
dimanche 18 octobre 2015

L'ART D'ECRIRE

Tu exprimes le manque, l’incertitude, l’abandon peut-être Le gouffre où tu te débats Tu affectionnes un style et cherches le ton qui te ferait exister tu es là dans l’immensité, le bleu et la voix la voix se heurte au bleu et l’horizon renvoie un écho ne cherche pas l’écho l’écho est l’exil du même rapproche-toi de la sérénité, les puissants battants du songe ailes ouvertes répétant à l’infini le geste heureux d’aller vers l’autre et tu découvres la précarité de l’être, ou le refus ou le silence ou la mort Tu crées en... [Lire la suite]
dimanche 11 octobre 2015

IL A PLU

Il a plu Il a plu, Ça m'a plu Je dois dire, De verser Mes versets, Oui, d'écrire; Que mon encre Pose l'ancre En mon sein, Et recueille Sur mes feuilles Mon dessin. .                                                         Il a plu, Je n'ai plus En... [Lire la suite]
lundi 14 septembre 2015

MUSIQUE...

O musique, écho d'un autre monde, soupir d'un ange qui réside en nous, lorsque la parole est sans puissance, lorsque tous les sentiments sont muets dans nos cœurs, toi seule est la voix par laquelle les hommes s'appellent du fond de leur prison, c'est toi qui fais cesser leur isolement et réunis les soupirs qu'ils poussent dans la solitude. .   JOHANN PAUL FRIEDRICH RICHTER   .  
Posté par emmila à 11:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 31 août 2014

LE MANUEL D'EMMANUEL

  .   J’ai feuilleté le manuel d’Emmanuel J’y ai trouvé des perles à la pelle Du genre « la fleur est belle » Mine de rien c’est une proposition essentielle La fleur est belle C’est tout sauf anecdotique C’est pour ainsi dire un jugement esthétique Un jugement de goût, un jugement sur le beau Il n’a pas le vrai, ni le bien pour objets… mais le beau Qu’est-ce que je dis quand je dis que la fleur est belle ? Pas la fleur en général mais cette fleur particulière Je la regarde, je la contemple et j’obtempère En déclarant :... [Lire la suite]
samedi 18 juillet 2009

ISRAEL GALVAN

Posté par emmila à 23:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,