vendredi 23 décembre 2016

QUE LA VIE ME PARDONNE

La vie est une orange mûre et bigarrée Un présent que l’on ne finit pas d’ouvrir Une mémoire d’autres vies Une enfance qui  tourbillonne vers sa lumière J’ai habité un nuage Et j’ai tellement voyagé que j’ai avalé le noyau du monde Je n’avais que mon cœur pour monture J’ai pansé le soleil Rendu hommage aux femmes nues La vie m’a toujours tout donné Des pépites d’amour Des cimetières de rêves Des sanglots Des naufrages Et des torrents de rires Ainsi soit-elle Ma parole a usé les miracles Elle a aussi recyclé les... [Lire la suite]

lundi 4 février 2013

LA NOSTALGIE DU FEU

Une langueur moribonde, Une rencontre en petites touches D'une paresse de malentendus. Des quiproquos alanguis par la distance. Un manque à être et à se reconnaître. Des failles idoines; La voix ne porte pas. La voie ne porte pas tes pas. De mille détours de l'essentiel au rythme ailé La tache exsangue d'accrocs se pare. Des fossiles de larmes Vus à travers un papier glacé, froissé. Hors d'atteinte. Argent massif.   .   CLAUDIA CARLISKY   .   Oeuvre ?      
Posté par emmila à 00:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 19 janvier 2013

POESIE VERTICALE XIV...Extrait

Ils étaient pour un autre monde Tout dialogue, rompu. Tout amour, rapiécé. Tout jeu, marqué. Toute beauté, tronquée. Comment sont-ils arrivés jusqu’ici ? Tout dialogue, verbe. Tout amour, sans pronoms. Tout jeu, sans règles Toute beauté, offrande. Il y a sans doute une faille dans l’administration de l’univers Des créatures erronées ? Des mondes égarés ? Des dieux irresponsables ? Ils étaient pour un autre monde   .   ROBERTO JUARROZ   .