lundi 7 juin 2021

CHANSON ORIENTALE / CANCION ORIENTAL

  L'odorante grenade est un ciel cristallisé. (Chacun des grains est une étoile, chaque voile un soleil couchant.) Ciel sec et compressé entre les serres des années.   La grenade est comme un téton vieux et parcheminé, dont le bout se change en étoile pour illuminer la campagne.   C'est une ruche minuscule avec du sang sur ses rayons, car avec des bouches de femmes, ses abeilles l'ont façonnée. Alors en explosant, elle rit des violets de ses mille lèvres ...   La grenade est un cœur qui... [Lire la suite]

mercredi 6 janvier 2021

SERENATA

Por las orillas del ríose está la noche mojandoy en los pechos de Lolitase mueren de amor los ramos.Se mueren de amor los ramos.La noche canta desnudasobre los puentes de marzo.Lolita lava su cuerpocon agua salobre y nardos.Se mueren de amor los ramos.La noche de anís y platarelumbra por los tejados.Plata de arroyos y espejos.Anís de tus muslos blancos.Se mueren de amor los ramos. .  . . Sur les bords de la rivièrevoyez la nuit qui se baigneet sur les seins de Lolitameurent d’amour les bouquets. Meurent d’amour les... [Lire la suite]
lundi 22 juin 2020

CASIDA DE LA MUCHACHA DORADA

     .     La muchacha doradase bañaba en el aguay el agua se doraba. Las algas y las ramasen sombra la asombrabany el ruiseñor cantabapor la muchacha blanca. Vino la noche clara,turbia de plata mata,con peladas montañasbajo la brisa parda. La muchacha mojadaera blanca en el agua,y el agua, llamarada. Vino el alba sin mancha,con mil caras de vaca,yerta y amortajadacon heladas guirnaldas. La muchacha de lágrimasse bañaba entre llamas,y el ruiseñor llorabacon las alas quemadas. La muchacha doradaera... [Lire la suite]
vendredi 31 août 2018

LA PRIERE DES ROSES

  "..Je vous salue, ô roses, étoiles solennelles. Roses, rose joyaux vivants de l'infini, bouches, seins, vagues âmes parfumées, larmes, baisers! grains et pollen de lune, ô doux lotus sur les étangs de l'âme, je vous salue, étoiles solennelles. "   .     FEDERICO GARCIA LORCA     . Oeuvre Goxwa Borg
samedi 18 août 2018

FEDERICO GARCIA LORCA - 5 JUIN 1898-18 AOÛT 1936

Les gitans, qui, comme toi, nomadesVont où les guide le ventInvoqueront ce soir Sarah la noire.O taureaux messagers ailés de la mortPortez son âme vers les pâturages éternels ;Qu'il repose le cœur bourdonnantComme un vol d'abeilles des Hurdès,Toujours plus près de la lumière et que son chantSoit l'aurore nouvelle de notre peuple. André Laude   .  Buscaban a García Lorca en una fosa común de Granada, pero lo encontraron vivo en todas las bibliotecas del mundo... Ils cherchaient Garcia Lorca dans une fosse commune de... [Lire la suite]
samedi 18 août 2018

QASIDA DE LA FEMME ETENDUE/ CASIDA DE LA MUJER TENDIDA

Te voir nue c'est se rappeler la terre.La terre lisse, dégagée de chevaux,la terre sans roseaux, forme purefermée à l'avenir : confins d'argent. Te voir nue c'est comprendre l'enviede la pluie à la recherche d'une taille fragile,ou de la fièvre de la mer à l'immense visagesans trouver la lumière de sa joue. Le sang sonnera dans les alcôves,et viendra avec l'épée flamboyante,mais tu ne sauras où se cachele cœur du crapaud ou la violette. Ton ventre est une bataille de racines,tes lèvres sont une aube sans contour,sous les roses... [Lire la suite]

lundi 11 juin 2018

ENCRUCIJADA / CARREFOUR

¡ Oh, qué dolor el tenerversos en la lejaníade la pasión, y el cerebrotodo manchado de tinta !¡ Oh, qué dolor no tenerla fantástica camisadel hombre feliz : la piel,alfombra de sol, curtida !(Alrededor de mis ojosbandadas de letras giran.)¡ Oh, qué dolor el dolorantiguo de la poesía,este dolor pegajosotan lejos del agua limpia !¡ Oh dolor de lamentarsepor sorber la vena lírica !¡ Oh dolor de fuenteciega y molino sin harina !¡ Oh, qué dolor no tenerdolor y pasar la vidasobre la hierba incolorade la vereda indecisa !¡ Oh el más profundo... [Lire la suite]
mardi 30 janvier 2018

SONNETS DE L'AMOUR OBSCUR...Extrait

 Je veux pleurer ma peine et te le dire pour que tu m'aimes et pour que tu me pleurespar un long crépuscule de rossignolsoù poignard et baisers pour toi délirent. Je veux tuer le seul témoin, l'unique,qui a pu voir assassiner mes fleurs,et transformer ma plainte et mes sueursen éternel monceau de durs épis. Fais que jamais ne s'achève la tressedu je t'aime tu m'aimes toujours ardentede jours, de cris, de sel, de lune ancienne, car tes refus rendus à mes silencesse perdront tous dans la mort qui ne laissepas même une ombre à... [Lire la suite]
mercredi 1 novembre 2017

FEDERICO GARCIA LORCA...Extrait

 Je veux dormir un instant, un instant, une minute, un siècle ; mais que tous sachent bien que je ne suis pas mort ; qu’il y a sur les lèvres une étable d’or ; que je suis le petit ami du vent d’Ouest ; que je suis l’ombre immense de mes larmes.   .   FEDERICO GARCIA LORCA     .    
samedi 29 juillet 2017

DESIR

Rien que ton cœur brû­lant,Rien d’autre. Mon para­dis : un champSans ros­si­gnolsNi lyres,Un ruis­seau dis­cret,Une sim­ple source. Pas de vent qui épe­ronneLes fron­dai­sons,Ni d’étoile qui veuilleSe faire feuille. Un jour immenseY seraitLe ver lui­santD’un autre jourDans un chant deRegards bri­sés. Lumi­neux reposOù tous nos bai­sers,Grains de beauté sono­resDe l’écho,Iraient là-bas éclore. Et ton cœur brû­lant,Rien d’autre.     .  FEDERICO GARCIA LORCA   .       ... [Lire la suite]