lundi 14 janvier 2019

SEULE LA VOIX DEMEURE...Extrait

Pourquoi m'arrêterais-je? J'allaite de mes seins les grappes vertes du blé. La voix, la voix, seule la voix, la voix du désir clair de l'eau à couler, la voix de l'écoulement de la lumière de l'étoilesur la paroi de féminité de la terre, la voix de la conception de l'embryon du senset l'extension de l'esprit commun de l'amourla voix, la voix, la voix, seule la voix demeure. Dans le pays des nains, les critères de la mesureont toujours tourné sur le parallèle de zéro degré.Pourquoi m'arrêterais-je? J'obéis à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

dimanche 18 septembre 2016

LUMIERE NOMADE...Extrait

O femme dévêtue comme la lune dans les prémices éparses de la lampeJe nomme tes seins donation de neigetes jambes parvis des célébrationsCar tu commences l’inventiond’un miel plus doux que laine d’agneau pascalO rivière écartelée je te mesure comme un oiseau posé sur son ombreTu me reçois mon entrouverte d’une chère blessureEt nous voici brûlants comme de folles branchesdans l’arbre de l’éclairTandis que tu dénoues ô déjà séparéeles lèvres les toisonsJe te regarde me quitter dans le ruissellement du sommeiloù tu t’éloignes en très... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 8 juin 2015

INTIMITE

Les yeuxle sourirela voixles caressesvous sentir suspendueau plaisirhaletanteperdueéperduevous sentir dépasséepar le désirattendreatteindrele seuil de la féminitéj’aime ce que précisémentje ne suis pascette différencevous êtes femme .   JACQUES BASSE « Pêle-mêle, ces choses de l’âmeà qui veut du cœurentendre la flamme »   .    
Posté par emmila à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 9 décembre 2014

SOIE

Toi que j’appelais parfois Soiepour ne pas te nommer en chair,je te regarde brasiller,montrant ce que chacun peut voirmais que moi j’aimerais voilerquand mes yeux cherchent à tâtonspar les échancrures des soiesla piste qui me conduiradans l’ombre sainte de tes seins.J’y resterais toute la nuit,dans le silence des caresseset le soupçon des frôlements,pour qu’à l’aube je puisse enfinvoir se dorer dans la lumièreces coupoles du sanctuaireô Soie, de l’ultime désir.     HUBERT NYSSEN         ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 30 septembre 2010

LES GAGES DE LA MER...Extrait

(...) la fraîcheur et nul cri marée en son cheminement avant l'éclat de la vague l'eau portée par soi précaire nue proposant une hanche et se retirant toujours berceau aux mouettes remué repris par la distance et les astres(....).MOHAMMED DIB.
Posté par emmila à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 15 septembre 2010

CHRONIQUE DES BRANCHES...Extrait

La route est une femmequi a mis la main du voyageur dans celle de l'amant,a rempli la paume de l'amant de nostalgie et de coquillages, une femme, un rêve qu'une femme a transformé en barque étroite comme l'aile, revêtue de la rose des vents,oublieuse de son port.ADONIS.Oeuvre  Adolf Seel 
Posté par emmila à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 4 mars 2008

ELOGE DE LA FEMINITE

 Farid Mohamed Zalhoud est né en 1959 à Aday, Tafraout, Maroc.Marié et père de deux enfants Siman et Yuba. Il enseigne la langue française, est poète, peintre et sculpteur. Il a obtenu trois prix littéraires. En 1997, il a reçu le prix Saïd Sifaw. En 2000, il obtient le prix du jeune créateur du Grand prix international Abdelkrim Khattabi, en 2001, le prix Tamaynut. Il a composé une trilogie poétique en amazigh intitulée : Imerruyen, takad, ighd (Étincelles, feu, cendres, éditée chez Les Editions Berbères à Paris sous le titre «... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,