samedi 21 septembre 2013

EXILEE

Elle installait l'Andalousieavec des gestes lentsdans un petit pré revêchecerné de murettes de pierrepar tous les chemins de la terreappel du sol familier« si jamais je t'oubliaisque ma droite se dessècheque ma bouche soit scelléecomme un ruisseau pris de gelsi je perds le souvenirde mes défunts nourriciers »elle livrait les emblèmesdes divinités domestiquesentre les arbres amaigrisaux rayons de miel du couchant   .   PIERRE ETIENNE   .        
Posté par emmila à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 6 septembre 2013

SINGULIERES ET PURIELLES...Extrait

"C'est une fille de haute liesse, à prendre la vie en proue, hisser les heures à vive allure, une femme libre de son essor. Elle rit vrai à la face du jour et son haleine a la fraicheur des pointes d'herbe quand frémit l'aube.On tenterait de la retenir. La marge d'une étreinte, d'une page partagée, d'un morceau de pain rompu. Elle est déjà plus loin que le tournant de l'été. On cherche son propre chemin dans le sillage fulgurant.   .   COLETTE NYS-MAZURE   .      
Posté par emmila à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 6 septembre 2013

NUDITES...Extrait

Tout s'y lit l'or bleu du désir l'eau qui dort sous Le sable des caresses attendues le frisson du réveil Comme une vague ramène le matin sur la peau On voudrait s'y étendre y mourir à son tour Et la fine rainure qu'on suit avec le pouce De la nuque aux reins comme un poème vertébré Partage l'est du sommeil et l'ouest des plaisirs Quand il est l'heure de lire le menu de la nuit avec les doigts » .   ALAIN DUAULT   .     Oeuvre Vladimir Rozmainsky        
Posté par emmila à 21:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 4 septembre 2013

SI RESPIRER...Extrait

… Et seulement les retombées de la neige, habillée de miroirs et de volutes. Désir de ce très pur moment quand la main grandira comme un enfant aveugle pour cueillir à même le ciel un fruit miré, et qui n’est rien. C’est alors que la lumière retournera au sol pour s’endormir, immense, dans ses linges. Pour apaiser sa fièvre, et pour, dans la cascade torsadée, éteindre, avec la rosée, sa crinière.   La lampe, mon amour. Je te revois dans ce jardin de feuilles. La lune y est légère. Et toi, d’oiseaux tes mains. Amande... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 29 août 2013

JE LIS TON CORPS...ET ME CULTIVE

Le jour où s'est arrêté Le dialogue entre tes seins Dans l'eau prenant leur bain Et les tribus s'affrontant pour l'eau L'ère de la décadence a commencé, Alors la guerre de la pluie fut déclarée Par les nuages Pour une très longue durée, La grève des vols fut déclenchée Par la gente ailée, Les épis ont refusé De porter leurs semences Et la terre a pris la ressemblance D'une lampe à gaz. Le jour où ils m'ont de la tribu chassé Parce qu'à l'entrée de la tente j'ai déposé Un poème L'heure de la déchéance a sonné. L'ère de la décadence... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 27 août 2013

LES MAISONS DE FEUILLAGES...Extrait

Et maintenant j'ai rendez-vous avec le petit jour Comme on n'aimerait pas en rencontrer au coin d'un bois. Comme il fait froid Dans un grand cœur qui s'ensommeille Versez la vie. Deux doigts, Deux doigts de femme De la tisane des grands vents. Cinq heures, dit l'horloge. La mousse du café s'assemble au bord de la tasse. On dit que ce sont les baisers perdus. La buée sur la vitre Est une femme qui regarde. Effacez la vitre. C'est vite le geste de l'adieu. L'air est une fourrure soluble. Dans la glace est restée une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 23 août 2013

CARNETS DE MARCHE...Extrait

Je suis arbre. Arbre-sensation. Mon corps s’enracine. Mes pieds cherchent appui dans la terre humide et s’enfoncent par-delà les premières couches encore visibles au-dessus du sol. Mes doigts se mêlent aux doigts du chêne, filaments et souches, tressages de végétaux, lianes et branchages invisibles à l’oeil égaré dans le vide. Je m’enroule à la sombre intimité végétale. Je m’infiltre. Chemin faisant, je creuse canaux et rigoles nécessaires à ma vie souterraine. Je bois à grands traits l’eau qui gonfle le tronc dont je sens toute la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 22 août 2013

PACTES DES MOTS

 Femme de quelques poussières Elle est un autre ou l’autre ou tous les autres. Quand s’ouvre le matin, elle part s’exprimer dans un jasmin de fleurs où la nuit n’a plus cours. Elle dévale le long des espaliers, les yeux écarquillés sur l’aube qui se lève. Elle est poreuse à l’autre, au monde et devient l’arbre qui explose au soleil de ses blessures. Elle est un tout petit être avec quelques cils d’une délicatesse extrême posés sur un visage de pêche. Elle est une fillette qui court comme une folle cachée derrière ses cheveux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 7 août 2013

NOUS LES PORTEURS DE FEU...Extrait

  Au centre des ténèbres Un tourbillon se déshabille Une femme se forme Pour que la nuit soit blanche Heureuse d'être nue D'avoir tout exprimé Son rôle est accompli Plus rien ne la tourmente Elle se sent bien D'avoir déjoué les énigmes Elle est debout dans sa victoire Qui n'a fait que des beaux gestes S'arracher les voiles Effacer de la nacre sa buée Sortir du miroir En baissant la tête Chasser la nuit de la vitre En s'y reflétant L'art d'éclairer ses profondeurs L'art... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 11 juillet 2013

ELLE ETAIT UN PEU GITANE...

..Elle était un peu gitane, un peu sorcière et parlait à la Lune.  Dans ce coin choisi, fumant sa cigarette et caressant son chien, elle déroulait un passé dont le travail avait occupé une large place. Fille, femme, mère, grand mère, une vie menée tambour battant, souvent controversée, trouvant probablement son bonheur dans cette course à la réussite. Féminine, élégante à sa manière, parfumée de qualité, elle se voulait sans défaut. Du " trés haut " de ses escarpins elle imposait sa personnalité, ses volontés et son... [Lire la suite]
Posté par emmila à 03:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,