samedi 13 avril 2019

CHRISTINE LAVANT...Extrait

  Vieux sommeil, où sont tes fils ?Tu dois en avoir des jeunes, des solides,De ces gaillards capables de bien plus Que de survenir et d’éteindre la lampe. L’un doit s’allonger auprès de ma peur,Un autre s’agenouiller sur ma nostalgie,Ils doivent avoir tous deux des poings solidesPour que les voisins n’entendent aucun cri. Quelle poudre veux-tu me jeter dans les yeux ?Du sable ? ― Je ris ! ― je peux t’offrir tout un désert pour des yeux pareilsqui déjà s’en contentent. Les miens, tu sais, sont... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 22 décembre 2018

FILS DE LUMIERE

  des fils aux pèresnous avons étéqui ils serontavons-nous comprisqu'il restera du noirà la lumièreplus loin que nousmaintenant c'est toiqui me fais signepour creuserun ciel perduet fleurir un autresoleil         MICHEL EKHARD ELIAL         Oeuvre Salvador Dali  
Posté par emmila à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 26 juillet 2018

ANACHRONIQUE...Extrait

Quand j'ouvre l’Odyssée pour t'en lire une page ne me demande pas à moi qui fus déjà Hamlet & Gulliver -tant d'autres personnages- d'être celui que j'ai cherché avec les yeux de Télémaque     Toi l'enfant de six ans & moi le vieux marin de siècles de littérature qui durant sa vie affréta tant de contes corsaires nous voici une fois de plus embarqués tous les deux sur la même émotion sur le même poème     Il nous faudra contourner des charmes sournois & sauver de philtres... [Lire la suite]
mardi 15 mai 2018

SOUS LE FEU LA CENDRE ...Extrait

L’heure vient peu à peuParmi les heures toutes pareillesL’heure unique, l’instantLe Pont imperceptible entre le Temps et l'ÉternitéParmi les Sœurs qui passent devant toiSi transparentes, pareillement silencieuse A quoi la reconnaîtras-tu,Quel signe dans ses yeux vers tes yeux dirigé… Quand ton enfant sera devenu lui-mêmeTu ne reconnaîtras pas ton enfant Quand mon poème sera devenu lui- mêmeTu ne reconnaîtras pas mon poème Tu chercheras dans ses yeux étrangerstous les regards que tu avais semés,dans ses larmes celles que tu... [Lire la suite]
jeudi 8 juin 2017

LA FENÊTRE OUVERTE

à LR . Dehors Battements d’ailes et friselis des feuillages Dedans Un merle ponctue la voix sereine Monde d’ascensions, d’espoirs et de larmes Modelé par un christ-oiseau Souffert par l’enfant volé envolé Le fils de l’homme et le fils de l’autre Raviver la parole et l’image Pétrir l’écho et le reflet en pâte de lumière Qu’ainsi la présence froisse l’air Présence Légère et fidèle comme les printemps Souveraine comme cette fillette sous un pommier Bravant jadis la guerre dans son abri de fleurs Aux confins du cœur ... [Lire la suite]
mercredi 24 août 2016

MON ENFANT

Mon enfantMon petit toutMon garçon mon filsJe t’en prie,Par toutCe qui survit et renaîtNe grandis pas,Reste tout neufTout bleu tout jour au-dedans,N’émousse ni ton regardNi ton âmeNi ne tarisLe petit ruisseau de ta chanson.Mon petitMon abeilleMon brin de soleilCours à vau-l’eauSur les routes du ciel,Danse, danseMon arbrisseauMon roseau sur le vent,Ose encore et toujours ton rireA la face du cielEt laisse tomber je t’en prieCe qui se trameEt chuchoteDans la cour des grands.  .   JACQUES ROLLAND   .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 22 juillet 2012

ANACHRONIQUE...Extrait

Comment aller à l'essentiel quand il chante dans chaque vers Le fils cherche son père le père vers son fils revient Tous deux sont les pantins d'une distance pathétique Éloignes l'un de l'autre ils vivent l'un pour l'autre dans chaque pulsation des tempes dans chaque instant du temps intime Ils rencontrent chacun tous les sosies de l'autre   La guerre les a séparés monstres magies dieux et tempêtes s'acharnent dans la paix à prolonger l'attente à faire que chacun chaque jour un peu plus tragiquement devienne ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 2 décembre 2011

FRAGMENTS D'UN LIVRE FUTUR...Extrait

« Ton image mélancoliquesur la vitre si ténueeffacée par la pluieest l'image d'un enfanttoujours penché au-dedans de lui-mêmequi cherche à tâtons l'image briséede ce qu'il a voulu être. » . JOSE ANGEL VALENTE .
Posté par emmila à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 27 novembre 2011

PEUT-ÊTRE

Dans l'assoiffé, l'obscur, le rapide déchirement du jour t'es-tu peu à peu changé en autre chose limitrophe de toi, pas toi. Tu ne te retrouves pas si tu reviens à tâtons au corps qui fut le tien, au lieu ou avait brûlé jusqu'au blanc du rêve le métal de l'amour. Dépose ton visage qu'à présent tu ne connais plus. Laisse fuir tes paroles, libère-les de toi et passe lentement sans mémoire et aveugle, sous l'arc doré qu'étend là-haut le vaste automne comme un hommage posthume aux ombres. . JOSE ANGEL VALENTE .
Posté par emmila à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 3 novembre 2011

FRAGMENTS D'UN LIVRE FUTUR...Extrait II

À PRÉSENT tu n'as plus, mon coeur, ce vol qui t'emportait vers les plus hautes cimes. Tu bats, rampant, parmi les feuilles sèches du jaune automne. Et jusqu'à quand dans ta secrète larve ? Renaîtras-tu dans le matin pour respirer le froid de l'air où il y a un oiseau ? L'entends-tu ? Il chante tout en haut, sur les cimes comme toi, comme alors. Tu n'es qu'un battement réfugié dans l'obscur. À cet oiseau que tu as été tu dédies ce chant. (Le vol) . JOSE ANGEL VALENTE . Oeuvre Vladyslav Yerko
Posté par emmila à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,