mercredi 26 septembre 2012

LE TRAVAIL DU POETE

La route est courte on arrive bien vite aux pierres de couleur puis à la pierre vide On arrive bien vite aux mots égaux aux mots sans poids puis aux mots sans suite Parler sans avoir rien à dire on a dépassé l'aube et ce n'est pas le jour et ce n'est pas la nuit rien c'est l'écho d'un pas sans fin . . . . PAUL ELUARD . .  
Posté par emmila à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 1 septembre 2012

L'ECRITURE DU DESASTRE...Extrait

Plus de dates. Le temps reculera. C’est à mon cœur de sonner les heures de ma vie. A minuit, un bruit de porte m’arrache à mon mauvais sommeil de fiévreux. Devant quelques amis je reprends difficilement l’usage de mes sens. Mes yeux me pèsent. La gorge serrée, je regarde ces jeunes femmes, ce gros journaliste luisant comme un obus, un grand garçon qui les accompagne et qui paraît à la fois délicat et violent. Quelque part, très loin de moi, les choses de la vie s’agitent ; et elles me semblent me concerner d’autant plus qu’elles sont... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 1 juin 2012

JE PENSE QUE TOUT EST FINI

Je pense que tout est finiJe pense que tous les fils sont cassés qui retenaient la toileJe pense que cela est amer et durJe pense qu’il reste dorénavant surtout à mourir. Je pense que l’obscur est difficile à supporter après la lumièreJe pense que l’obscur n’a pas de finJe pense qu’il est long de vivre quand vivre n’est plus que mourir. Je pense que le désespoir est une éponge amèrequi s’empare de tout le sang quand le cœur est détruit. Je pense que vous allez me renvoyer à la vie qui est immenseet à ce reste des femmes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 10 mars 2012

CHAQUE FOIS UNIQUE , LA FIN DU MONDE

 « Avoir un ami : le regarder, le suivre des yeux, l’admirer dans l’amitié, c’est savoir de façon un peu plus intense, et d’avance meurtrie, toujours insistante, inoubliable de plus en plus, que l’un des deux fatalement verra mourir l’autre. L’un de nous – se dit chacun - l’un de nous deux, il y aura ce jour, se verra ne plus voir l’autre et le portera en lui un temps encore, suivant des yeux sans voir, le monde suspendu à quelque larme unique, chaque fois unique, à travers laquelle tout désormais, le monde même, viendra, et il y... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 18 septembre 2011

LA DERNIERE URGENCE

Quand ce sera la dernière fois de nousLe dernier cœur à corpsLa dernière urgenceEt que nous ne saurons pas plus qu’avantPas plus qu’aprèsQuand ce sera déjà aprèsEt que nous lèverons un peu la tête comme avantMais sans plus de foiMais sans moins de foiSans plus de courage qu’avantMais avec ce souffle vainUne dernière foisNous rentrerons dans l’ombreDont nous n’étions jamais sortisAutrement que par cet amourQuand ce sera la dernière fois de nousQuand ce ne sera plus que notre amour à jamaisEt à jamais finiQuand ce sera la dernière fois... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 31 octobre 2010

FIANCAILLES DE LA FRAÎCHEUR...Extrait

Bientôt la fin. Bientôt dira la bouche Ce que le puits. Qui a les lèvres pures On le saura. Les mots décideront. Nous serons allongés dans le simple. Les uns et puis les autres. Il n’y aura Personne pour nous toucher. Et si les linges s’usent Ce sera par des nœuds faits et défaits Sans nous, sous le vent couvert de pierres Et qui dira les mots sera ce jour l’aimant Pour attirer le corps du feu. Et qui Ne dira rien sera habillé par les mots D’un autre, dits pour le sauver .. .SALAH  STETIE .. .Oeuvre Arnold  Böcklin
Posté par emmila à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 16 septembre 2010

DEMI-MOTS AMERS

On voudrait qu'un amour qui meurt Soit de mort maléfique... Et qu'il tue en partant ce qu'il reste de l'autre Et on lui a pris tant... On lui a pris son ciel..son eau,sa voix basse... Sa houle,son ressac aprés tant de marées Tant de temps pour ne pas rester Tant de fuites à n'en plus finir Pour s'ajuster,s'assujetir.. Tant de temps pour mourrir... De ne savoir pas vivre où l'on est!... Je vous dit: -Adieu,comme on dit:-Salut! Comme on dit:- ça va!...parce que ça n'a pas d'importance... Comme on dit:-Laissez-moi en paix dans la tempête... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 18 août 2010

SOUS LE SCEAU DU SILENCE...Extrait

    Nous surveillons une présence, une enfance qui persiste. Ni espérance, ni faux-semblants, mais une incroyable volonté d'accueillir ce qui fut, d'inventer ce qui subsiste.        Les paroles, l'imagination prolongent l'allé­gresse provoquée par la perspective d'une colline, par les remous d'une forêt. La nuit même semble radiée ; seule s'impose l'aube après laquelle tout est possible. Aucune attente ne sollicite notre hâte.        Au-dessous de nous, un oiseau s'égare... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 12 juillet 2010

ANTECOMMENCEMENT

Ne pas s'arrêterEt lorsqu'il te sembleraque tu as pour toujours fait naufrage dans les aveugles méandres de la lumière, boire encore à l'obscure dépossessionlà où seul naît le radieux soleil de la nuitCar il est aussi écrit que celui qui montejusqu'à ce soleil ne peut s'arrêteret va de commencement en commencementpar des commencements qui n'ont jamais de fin...JOSE ANGEL  VALENTE . Oeuvre Janusz  Migacz
Posté par emmila à 19:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,