mardi 10 avril 2018

LE CHANT DE LA FOLIE SAUVAGE

Nos mains rejointes rassemblées devant le soleil d’ombre du cœur  étroit devant l’aurore obscure d’insomnie ô belle éveillée vive de la muette mort poursuivrons-nous enfin l’élan du psaume ailé de joie le chant de la folie sauvage ! A mi-chemin du lac ensommeillé de noire ivresse et de la grande neige d’esprit clair est-il resté là-bas qui tremble de pluviers et d’anémones dans son rêve ainsi qu’une lisière âgées de vieux sapins sur le suspens d’abîme et de silence ! Et ce seront d’abord les branches les plus lourdes et parées... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

jeudi 29 mars 2018

JOURNAL D'UN POETE...Extrait

...   Bêtes, venez à moi ! venez bêtes farouches épancher toute haine dans la coupe de mes mains ! Il est grand temps que la lune là-haut cesse enfin de laper les nuages.   Sœurs chiennes, frères chiens, traqué comme vous parmi les hommes qu’ai-je à faire de caravelles haridelles ou des voilures de corbeaux.   Si la faim suintant de murs en ruine vient à s’agripper à ma chevelure, je mangerai la moitié de ma jambe et vous offrirai l’autre en pâture.   Je n’irai nulle part avec les gens, mieux vaut... [Lire la suite]
dimanche 25 mars 2018

AURORE INHUMABLE

Parfois grâce plus lente un pan de vie soufferte est là tremblant que tu ne rejoins plus. Dans ce relâchement du ciel désert le temps désespérant et pur explose à travers feux et pierres. Une mélancolie travaille en pourrissement le silence à l’aurore inhumable. Et toi ma très proche pensée de blancheur en ton parfum de lait durci au jour d’été poudre de chaux coquille concassée dans cette gorge quelle fatigue de quel amour m’es-tu ? Rien que seul et me taisant me dis-je Dieu jamais ne me retrouvera. Plus de terribles ferveurs et... [Lire la suite]
lundi 19 mars 2018

RUCHES...Extrait

Que la folie du monde se taiseQue la vie soit plus belle que la vieQue les anges vacillent dans la mouvance du désirQue le baiser de la jeune mariée donne au cielUne aurore de santal et de selQue dure sur la mer immenseEternelleLa traversée des innocences Que la noce des arbres en pollensDonne aux insectesLa déraison des sentimentsUn chemin de terre de pommes et de mielDans ces rues de marbre Villages et lumièresEnroulés autour des collinesPrintemps de Toscane S'il vous plaîtRefermez la chambre un moment     .   ... [Lire la suite]
lundi 30 octobre 2017

EN SONGEANT A UN ART POÉTIQUE

    Merci à Marie-Paule et Raymond Farina . La poésie vient chez moi d’un rêve toujours latent. Ce rêve j’aime à le diriger, sauf les jours d’inspiration où j’ai l’impression qu’il se dirige tout seul. Je n’aime pas le rêve qui s’en va à la dérive (j’allais dire à la dérêve). Je cherche à en faire un rêve consistant, une sorte de figure de proue qui après avoir traversé les espaces et les temps intérieurs affronte les espaces et les temps du dehors – et pour lui le dehors, c’est la page blanche. Rêver, c’est... [Lire la suite]
samedi 30 septembre 2017

PASION DE LA TIERRA / LA PASSION DE LA TERRE...Extrait

Si me vuelvo loco, que no me encierren. Que me permitan soñar con las nubes. Con la firmeza de mi voluntad yo levantaré vagos techos y luego los alzaré como tapas. Mis ojos os traerán los columpios. Os gobernaré con polvillo de santos. Sabréis adorar otros paños, y la elegancia de su caída hará que acerquéis vuestras bocas Dejadme que nazca a la pura insumisa, creación de mi nombre.   .   Pasión de la tierra .      Si je deviens fou, ne me faites pas enfermer. Qu'ils me... [Lire la suite]

samedi 26 août 2017

RETOUR AU POEME

Retour au Poème, À la demeure en soi, À la ferveur sans frontière Et au Chant fraternel : L'été se ressource Au jardin rajeuni. Après cris et douleur, La rumeur qui s'efface Et l'effroi qui s'inscrit ; Août aura reçu Ses violences arides : Sur le front des humains Cette folie sans âme, Cette plaie sans remède. Puis les jours diminuent Dans l'attente de ce silence Que brode l’amitié, Déjà soleil, déjà matin Perçant les brumes de l'automne, Et ces mains bienfaisantes, Et ces musiques d'ange, Et cette voix qui concélèbre Au... [Lire la suite]
vendredi 7 juillet 2017

HADES EN MANGANESE...Extrait

Vent dans les marronniers. A faire éclater les bogues – piquants, duvet. Artaud se brisant sous l’électro-choc, comme si pour chier du sang par le nombril il avait dû passer au gril à fond. Qui n’est en traitement chez La Mort, la servante Perséphone ? Qui ne rayonne de tout ce qu’il a fait sortir de son accordéon de roc rouillé ? Quand nous rentrons en nous-mêmes, les ratures font d’étranges nourrissons. Les traces forment des entrelacs – fugue fœtale à la Giacometti, langes de retraits et de recommencements. Le fait d’écrire... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 2 juillet 2017

SEUIL D'ERRANCE...Extrait

Je construis une balance pour équilibrer la norme et la folie le pendule et le chant du coq la parole d’explication et la poésie le travail inutile et l’oisiveté vitale l’obligation et l’acte libre l’usure et l’aumône Je construis une balance pour peser la glace et sa combustion le privilège et la misère ambulante dans le labyrinthe global dans l’impasse de l’arnaque sur la place des propagandes au jardin des pendus au cimetière disparu dans l’éclair et le tonnerre Je construis une balance pour le bourreau des lucioles et le... [Lire la suite]
mardi 27 juin 2017

LES JARDINS DE L'ARTHROSE ‒ Extrait 1 et 2

Van Gogh a peint ce soleil qui répand son soufre sur les jardins de l'arthrose Comment en verrions-nous la lumière aveuglante Mais nous savons que c'est ici à des fractures mal scellées à des divorces de jointures à de froides incandescences Il m'arrive l'image noire de buissons retournant contre eux-mêmes leurs épines greffes de la folie Les oiseaux ne se posent pas ils s'accrochent à quelque défaut de paroi à quelque frottement de branches contrefaites ils ne jouent de la flûte ni du violon mais du bec cela fait ... [Lire la suite]