mercredi 17 avril 2019

L'ART DE LA JOIE...Extrait

"Le mal réside dans les mots que la tradition a voulus absolus, dans les significations dénaturées que les mots continuent à revêtir. Le mot amour mentait, exactement comme le mot mort. Beaucoup de mots mentaient, ils mentaient presque tous. Voilà ce que je devais faire : étudier les mots exactement comme on étudie les plantes, les animaux. Et puis, les nettoyer de la moisissure, les délivrer des incrustations de siècles de tradition, en inventer de nouveaux, et surtout écarter pour ne plus m'en servir ceux que l'usage quotidien... [Lire la suite]

mardi 4 septembre 2018

UN INSTANT A SAUZET...

La porte s'est ouverte , un rayon de soleil de fin d'hiver caressait les créations douces et artisanales accrochées au mur du petit couloir , une odeur de cannelle promettait une suite gourmande et sucrée . La parenthèse s'annonçait agréable. J'entrais dans la maison qui me donnait envie d'être vêtue d'organdis rose , de soie , de grand châle cachemire, de lin clair et de blanc monogrammé. Les fauteuils ,avides d'accueillir leurs hôtes, tendaient leurs bras pour un repos confortable . Une pivoine, en passant... [Lire la suite]
vendredi 17 août 2018

ECLATS ET BRECHES...Extrait

Est-ce bien nousce tremblement fragile du cielce rire évanoui ?Nous sommes brèches, éclats ,explosions éphémères Les creux laissés par nos corpssur la plagese sont remplis de sableplus d'une foisNos cris ont la fragilité de la craie,la vitesse du goéland Nos tendresses sont torturées Nos mots s'ėcaillentNos rêves n'ont pas toujours le tempsde nous parvenirEt c'est dans cette incertitudeque nous nous plaisons à vivre. .     COLETTE GIBELIN       .   Oeuvre Max Gasparini
mardi 24 juillet 2018

UNE MISSIVE D'ARGILE

Je t'adresse une missive d'argilesur la pointe de nos pieds fragilesnous la bercerons - vasque docile Chaque jour une flamme nouvelleréveillera les mèches anciennesdes charbons d'étoiles c'est myriades ! Dés l'aube, nous bénirons une fleurchoisie parmi les mots de notre jardinsecretnous l'aiguillerons de nos regards aimants Nous serons au vent, à son souffle arrimés     .     CARMEN PENN AR RUN     .        Oeuvre Margarita Sikorskaia      
Posté par emmila à 15:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
lundi 28 mai 2018

BRUNO ODILE...Extrait

Fichtre de vie tout de même ! L’amour qui devient une plaie n’est qu’infamie. En soi, l’attribut de la vérité fait office de boussole, mais le Nord est ailleurs. Redescendre visiter ses caves intimes nous élève souvent au firmament. Souffrir pour souffrir est la panacée des âmes enclavées aux serments des consentis. Il n’y plus de réel opérant sans la notion du temps qui le fait vivre. C’est parce que rien n’est éternel que nous nous appliquons à faire durer la fragilité de l’instant. Un bonheur ruiné est le spectacle de la faillite... [Lire la suite]
mercredi 14 mars 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Cette vie si fragile,Cette fleur, ce talisman,Ce chant inconsolé,Où s’y tenir vraiment ? Il suffit d’être là, Dans l’ouverture du jour, Repoussant doucement Les portes de la nuit. Il nous faut accueillirComme un flux de silenceLa beauté de ces arbres,De ces berges aux oiseaux. Partout le vent nous dit Son énigme et sa gloire,Dans l’éclat des voiluresNous sommes au rendez-vous. Nous avons beau savoirQue le temps nous emporte,Pourtant nous dérivons Sur des eaux sans repos, Ignorant tout du Chant Ce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

samedi 13 janvier 2018

BERNARD PERROY...Extrait

... Et si nos peines ont du mal à se taire, il me reste tout de même ce sang qui court dans tous les canaux de ma vie, cette pauvre démarche en moi qui ne suis qu'un homme de peu, si fragile,   mais qui sait combien toutes ses boiteries sont sa seule façon de danser vers la lumière,   vers cet immense cadeau qui se pelotonne dans le fond de son cœur,   ce halo, cette pointe, ce regard dont la tendresse n'a pas de fin…     .   BERNARD PERROY   .   Oeuvre Deedra... [Lire la suite]
Posté par emmila à 02:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 29 octobre 2017

LA DEMANDE

 Il est des heures où je demande :   Pourquoi la fragilité des choses la frilosité des êtres   Pourquoi éclore un corps jusque au bout d’un baiser     Pourquoi la transparence l’obscurité de certains langages       La demande a besoin de liberté Non pas d’oser, mais d’une liberté née du profond silence     Comme au bord d’un lac : un lieu où dire n’existe plus que dans le frémissement d’un reflet sur l’eau de nuit Seule la demande l’entend     ... [Lire la suite]
vendredi 2 juin 2017

LIGNES DE LA MAIN

Comme émeuvent aussi les lignes de la mainun dessin grêle et fragilela mémoire ou l'empreinte d'un filigraneet loin d'un tracé qui en saurait plus que nous sur notre destindes rides peut-être, précocesmais sans accompagnement de peur,   comme elles un vol noir au loin fane le ciel.     .   JUDITH CHAVANNE     . Oeuvre Annette Messager
Posté par emmila à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 21 mai 2017

AGNES SCHNELL...Extrait

Elle sait les ponts sur l’eau rapideles voûtes végétalesleurs mystères sonoresl’estuaire toujours reculantl’amour et ses oragessoudain lassés.Elle ne parle plus.Elle sait le rire étrangléle grondement des âmeset les fêluresmiroirs brisés ou lézardes. .   AGNES SCHNELL     .
Posté par emmila à 18:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,