vendredi 7 octobre 2016

LA VRAIE VIE EST ABSENTE...Extrait

Un jourune annéedes sièclessans toile courage se défaitl’agonie prend forme d’éternitésans toisans euxles autres qu’il faudrait rejoindrequi sont trop loin déjàailleursinsaisissablesentre nousune paroi de roches si lisseque les mains n’y trouvent pas d’appuion se lève le matinhébétéon se regarde dans la glaceces yeuxce visagece rictuspas moiun autreun étrangerun malade bien sûrils l’ont tant répétéles lâchespour qu’il ne reste vraiment plus rienà accrocher au gibet de l’amour avorté. .   FRANCIS GIAUQUE   .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 26 juillet 2016

JOURNAL D'ENFER ET POEMES INEDITS...Extrait

Ne trouvons plus de mots assez aiguspour exprimer l'ampleur du désastrevivons disloquésdans les convulsions de l'angoisseparmi les remous d'un désespoir si absoluque rien n'en altère la cruautéSommes réduits à mendier les caresses de la mortà accepter l'horreur pour s'en faire une défroquedérivons vers les ravines de bouejaillirons enchaînés du centre putréfié de l'humiliation .   FRANCIS GIAUQUE   .   Photographie Nathalie Magrez
Posté par emmila à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 16 mars 2013

SYLLOGISME AMEN...Hommage à Francis Giauque ....Extrait

Je sais ... Mes rêves ! Mes châteaux ! Mes pays magiques ! Mes animaux ! Je sais que s'y briseront mes os Perçant aux rayons x, je m'en peins d'ici le tableau Enfermé dans un aquarium sans le secret des larmes J'attaque le sens du monde et la paresse est mon arme Et je me gave Et je me gave de toutes les drogues de la solitude Je considère les actes humains comme un ensemble de turpitudes Je voudrais qu'il y ait un dieu pour lui cracher à la face La mémoire fait mal quand le délire s'efface La mémoire fait peur quand elle me cloue sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 13 mars 2013

SILENCE

Amer breuvage du silencequand la dernière voix s'est tueet qu'il faut repartir dans la nuitseul face aux pans d'ombremenacés par l'absence de toute clartéamer breuvage du silencedistillé goutte à gouttedans l'alambic souterrain des veineson voudrait qu'un seul criarrache un frisson aux lichens de l'ombrequ'un appel fraternel décime le troupeaudes mots pétrifiés dans la glace du mutisme   .   FRANCIS GIAUQUE   .      
Posté par emmila à 01:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,