jeudi 26 septembre 2019

LE BAISER DE LA POESIE...Extrait

Où serons-nous quand ces fleurs deviendront fruits         dans l'étroit entre deux, où la fleur n'est plus une fleur         et le fruit n'est pas encore un fruit. Quel merveilleux         entre deux         nous formions l'un pour l'autre, entre nos corps,         entre nos yeux, entre l'éveil et le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 11 juin 2016

LETTRE A LA FEMME AIMEE AU SUJET DE LA MORT

Je veux te dire cette sorte de secretqu’on ne lit qu’en soi loinderrière les paupières ferméeslongtemps après que sur le cercueilse sont reformés les liens du jour   tes morts ne sont qu’à toitoi seule sais leur nom véritablecelui qu’on n’écrit pas aux registresparce qu’il n’est signe dans nulle langue humaineet qu’il n’est pas d’oreilles pour la voix qui le dittoi seule les vois tes mortshors leur visage de cendreset les vois sans faillir dans l’absence mêmetoi seule l’ombre plus claire dans l’ombreoù leur regard paraîtet... [Lire la suite]
lundi 4 mai 2015

SANGUINE

La fermeture éclair a glissé sur tes reinsEt tout l'orage heureux de ton corps amoureuxAu beau milieu de l'ombreA éclaté soudainEt ta robe en tombant sur le parqué ciréN'a pas fait plus de bruitQu'une écorce d'orange tombant sur un tapisMais sous nos piedsSes petits boutons de nacre craquaient comme des pépinsSanguineJoli fruitLa pointe de ton seinA tracé une nouvelle ligne de chanceDans le creux de ma mainSanguineJoli fruitSoleil de nuit .   JACQUES PREVERT   .      
Posté par emmila à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 3 octobre 2013

LA VRAIE RECIPROCITE

  Merci à Henri-Louis   Près de la Sorgue dont le circuit en est jalonné,j’observe au calme l’avance des figuiers, en passantchez lui en cette nature qui splendit dans ses veines,en patient tendre, d’inquiète dilection animé.Cher fruit, qui cristallise tant de plates convoitises,inspirant souvent hélas une hâte de hussard,dans le mystère bien clos de tes courbes presque humainestu es l’image même de l’insondable Désir,toujours plus difficile à éprouver qu’à satisfaire.D’abord dure et tendue, fermée sur toi, comme nouée,à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 30 septembre 2013

ART DE LA FIGUE

Entre chien et loup il y a la figue et le raisin mêmes couleurs blanches ou noires raisins à petits grains qui mordorent sous la treille paresseux indolents et sucrés grappes oblongues qui emplissent la paume de la main grappes gluantes du miel piqueté par les guêpes blanc le raisin de la treille préservé par les vrilles des feuilles en étoiles blanches aussi les figues du figuier blanches mais pas vraiment vertes du même vert que l’arbre qui les porte feuilles en étoiles larges mains épanies tissu qui râpe la chair tendre dénudée... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 22 janvier 2013

LES CHANTS DU REGARD...Extrait

L'analogie est dans le regard, déjà.Rousseurs d'une poire,transparence d'un raisin.L'œil les érotise.Dans leur reflet tout se dessine,le satin de la grappe,le galbe de la croupe,l'ambre du nu,des métaphores plein les yeux du désiret, derrière le miroir,le fruit charnu de la parole. .   MICHEL BAGLIN   .   Photographie Jean Dieuzaide    
Posté par emmila à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 9 décembre 2012

FRUITEE

Elle aime fabriquer des confitures. Bonheur de la cueillette : fraises dodues, grappes de groseilles rouges ou blanches, cassis, prunes grasses, velours des abricots fessus. Les mains lavent et relavent, jouent dans l'eau piquée de feuilles et d'insectes. Elle s'attarde : membranes d'orange, noyaux rebelles, rubans de peaux de pommes; des grains roulent sur le sol, s'écrasent, tachent. Les lentes cuissons irriguent la cuisine, s'élancent vers les chambres. Dans la gloire des fins d'après-midi, le jus translucide versé voluptueusement... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 6 juin 2009

ANNE MOUNIC

Ces fruits, bien disposés sur les assiettes et dans les compotiers,sur la table de la cuisine, ainsi offerts au soleil du matin, ne sont pasnature morte, mais vivent pour nous de cette vibration intérieure que nous accordent les choses quand nous les contemplons dans leur être –le nôtre, l’être du monde, le creuset, la coupe, de notre participationnon mitigée, sans réserve, sans rechigner. Nous sommes figue bleue aux lèvres de chair rouge,grain de muscat à la pulpe violette,pomme reinette à la joie de sucre – perles de saveur sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 18 décembre 2008

NOUGARO

Cet enfant surgira d'un silence de perle,de nos vies échangées dans un éclair d'azur, et le noir aujourd'hui, et l'effroi qui déferle s'enfuiront à jamais poursuivis par les murs, les murs d'une maison qui se nomme le monde, ouverte à tous les vents fredonnant des oiseaux... Il renaîtra de nous, ma brune à l'âme blonde, et la mort plus jamais ne fera de vieux os. . CLAUDE  NOUGARO .
Posté par emmila à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 27 novembre 2008

LA FIGUE

La Figue...Mes préférées s’ouvrent comme des lèvres, ont une peau d’encre, de taches violettes sur les doigts, une peau d’écriture qui cache sous le velouté de sa nuit mate la chair blanche d’un vélin qui s’amenuise avec les chaleurs de l’été, et sous ce derme tendre retient l’explosion d’un texte au cœur si rouge, si vivant et si gorgé de miel qu’on en vient à penser à l’intime aveu d’une offrande, à l’abandon, à l’ultime soupir d’un corps de femme dans l’extase. Fruit des terres parfois torrides et ivres de senteurs mellifères,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,