vendredi 3 juin 2022

DE MOMENT EN MOMENT

Pourquoi ce chemin plutôt que cet autre ? Où mène-t-il pour nous solliciter si fort ? Quels arbres et quels amis sont vivants derrière l’horizon de ses pierres, dans le lointain miracle de la chaleur ? Nous sommes venus jusqu’ici car là où nous étions ce n’était plus possible. On nous tourmentait et on allait nous asservir. Le monde, de nos jours, est hostile aux Transparents. Une fois de plus il a fallu partir… Et ce chemin, qui ressemblait à un long squelette, nous a conduits à un pays qui n’avait que son souffle pour escalader... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

jeudi 18 juin 2020

LAËTITIA EXTREMET...Extrait

  Pour revoir la rivière, encore il me faudra l’aurore, ses lierres à l’heure des élans et des lueurs d’ogive quand viennent les lentes dérives des erreurs passagères, j’irai sans peur poursuivre ce leurre de rives aux errantes pâleurs de givre j’irai chercher l’opale furtive de sa peau minérale et son épure ou pire encore, que sais-je sa fuite j’irai chercher l’instant éphémère et me ferai ensuite silence de ces lisières et des heures clandestines . LAËTITIA EXTREMET . Oeuvre Scott Kish ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 30 avril 2020

AUTOPORTRAIT SANS MIROIR

  Il me faut maintenant un arrêt, une halte prolongée, une place dans le creux, dans les plis, hors de l'impatience.Voici mon lieu de vie mal situé encore, inachevé, à la frontière de la démesure, de l'utopie. C'est une traversée extrême, infinie, du bord au rivage, d'un train aux vitres sales à un autre plus fulgurant, interminable comme dans les rêves… Une traversée quotidienne, attendue, espérée, une découverte voluptueuse parfois.Une table trop encombrée comme toutes les tables où l'on s'arrête souvent, voici le lieu d'où... [Lire la suite]
mardi 5 juin 2018

ZOHRA MRIMI...Extrait

Car la distance te plaît Le froid a soumis ton oeil pour dérober ton orgueilTrop visible Il parle même de briser la chaîne de flamme Serai-tu encor fier à traîner tes torts ?Des clous sur le solElle les ramasse, soumise et folleFolle d' Amour Elle ne sait pas haïr   .     ZOHRA MRIMI03/06/2018     .      
Posté par emmila à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 21 août 2017

MARCEL MIGOZZI

Restons visibles sous les draps même peurEt même désir entre disparaître etVieillir où les mots se déforment si viteNous sommes si même désir attachésÀ la même chair où les mots même peurNous portent au dénuement à l’invisibleDans les blancs entre les mots restons visiblesEntre fête et blessure visibles fuiteEt perpétuité mais qui sait ce qu’un êtreDésire de l’autre quand t’aimer est plusIncompréhensible que je vais mourir   .   MARCEL MIGOZZI   .
Posté par emmila à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 20 mars 2017

JULES SUPERVIELLE...Extrait

Il vous naît un poisson qui se met à tourner Tout de suite au plus noir d'une lame profonde, Il vous naît une étoile au-dessus de la tête, Elle voudrait chanter mais ne peut faire mieux Que ses soeurs de la nuit les étoiles muettes.   Il vous naît un oiseau dans la force de l'âge, En plein vol, et cachant votre histoire en son coeur Puisqu'il n'y a que son cri d'oiseau pour la montrer. Il vole sur les bois, se choisit une branche Et s'y pose, on dirait qu'elle est comme les autres.   Où courent-ils ainsi ces... [Lire la suite]

samedi 22 octobre 2016

LES OISEAUX

Pour Werner Lambersy et Jean Marc La Frenière   Nous n'avions qu'un ciel en partage il a incendié nos jours pour quelques lambeaux de nuages nous avons fait la guerre là où s'amusent les oiseaux nous avons tenté d'arrimer le bleu au noir de l’œil et les oiseaux se sont mis à crier ils se sont enfuis nous avons tant et tant jeté la pierre au vent qu'il s'est tu et les arbres ont péri sous le poids de leurs propres feuilles   .   CHRISTIAN ERWIN ANDERSEN   .          Oeuvre... [Lire la suite]
jeudi 30 juin 2016

RAINER MARIA RILKE

Ô mes amis, vous tous, je ne renie aucun de vous ; ni même ce passant qui n’était de l’inconcevable vie qu’un doux regard ouvert et hésitant. Combien de fois un être, malgré lui, arrête de son œil ou de son geste l’imperceptible fuite d’autrui, en lui rendant un instant manifeste. Les inconnus. Ils ont leur large part à notre sort que chaque jour complète. Précise bien, ô inconnue discrète, mon cœur distrait, en levant ton regard.   .   RAINER MARIA RILKE   .       Photographie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 15 avril 2016

JE NE SAIS PLUS, JE NE VEUX PLUS

Je ne sais plus d'où naissait ma colère ;Il a parlé... ses torts sont disparus ;Ses yeux priaient, sa bouche voulait plaire :Où fuyais-tu, ma timide colère ?Je ne sais plus.Je ne veux plus regarder ce que j'aime ;Dès qu'il sourit tous mes pleurs sont perdus ;En vain, par force ou par douceur suprême,L'amour et lui veulent encor que j'aime ;Je ne veux plus.Je ne sais plus le fuir en son absence,Tous mes serments alors sont superflus.Sans me trahir, j'ai bravé sa présence ;Mais sans mourir supporter son absence,Je ne sais plus !  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 19 décembre 2015

POEME A CRIER...Extrait VII

Il est des soirs où ta vie te parvientde si loinqu’elle semble un écholas de se répéter.Le familier devient alorsétrange et si videque fuir te paraîtla seule façon de vivre.Tu partages ton coin de désertavec l’étranger de passage.Il a su entendreen même temps que toile bruit du ressacla mer lointaine.Tu partages avec celui qui te parle à peine.Sa langue a d’autres courbeset même des ailes que la tienne a oubliées.Il sait ton besoin de silenceil sait la vague qui brûle tes rêvesil a connu la même.Il sait les ponts soudain... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,