mardi 5 juin 2018

SÉRÉNITÉ...Extrait

 Parvenue au milieu de mes jours, je glane    cette vérité fraîche comme une fleur :    la vie a la douceur dorée du blé,    la haine est brève, immense l'amour.      Changeons le chant amer, à reflets de sang,    contre le chant souriant.    Les divines violettes s'épanouissent,    le vent se charge dans la vallée d'un parfum de miel.     .     GABRIELA MISTRAL       .

mardi 5 juin 2018

GABRIELA MISTRAL...Extrait

Arbre, qui n'es pas autre choseque le tendre sein d'une femme,puisque chacune de tes branchesberce un être dans chaque nid :  ... fais qu'à travers tous les étatset les âges, plaisir, douleur,mon âme ait un invariable,universel geste d'amour...     .     GABRIELA MISTRAL     .       Oeuvre ?
samedi 19 novembre 2016

D'AMOUR ET DE DESOLATION...Extrait

Chair pétrifiée de l’Amérique,hallali de pierre éboulée,rêve de pierre, notre rêve,pierres du monde avec leurs pâtres ;pierres qui se dressent d’un coupafin de s’unir à leurs âmes !Dans la vallée close d’Elqui,par pleine lune de fantôme,nous doutons : sommes-nous des hommesou bien des rochers en extase !Les temps reviennent, fleuve sourd,et on les entend aborderdu Cuzco la meseta, marchesgrimpant à l’autel de la grâce.Sous la terre tu as sifflépour le peuple à la peau ambrée;ton message, nous le dénouonsenveloppé de salamandre;et dans... [Lire la suite]
lundi 7 mars 2011

NOCTURNE

 Notre Père qui es aux cieux,pourquoi m’as-tu donc oubliée ?Tu t’es souvenu du fruit de l’étéquand tu as blessé sa chair de rubis.Moi je porte aussi blessure à mon flanc,mais tu ne veux pas regarder vers moi ! Tu t’es souvenu de la grappe noireet tu l’as donnée au pressoir carmin ;du peuplier as dispersé les feuillesavec ton haleine, dans l’air subtil.Mais dans le vaste pressoir de la morttu ne veux encore fouler ma poitrine ! En marchant, j’ai vu s’ouvrir les violettesmes lèvres ont bu du vent le falerneet j’ai abaissé,... [Lire la suite]