jeudi 6 décembre 2018

NUIT CHORALE, LE SOLEIL SOUS LES PAUPIERES...Extrait

A la mémoire de Ghyslaine Leloup, décédée le 5 décembre 2018    .   A la rose de Desnos .Et la plage se fait et se défaitCoquilles, étoiles, varechsÉcriture et réécriture illimitéeDe la matrice du mondeEt un autre paysage affleureBoues, ferraille, bétonDébris gris brun rouilleDe l’histoire des hommesTemps fixe lumière globaleEt ce silence que la marée ponctueEt ce ciel que tracent les oiseauxTa verticale contrant le ventL’écran de tes penséesTu es aveugle quand tout se révèle sur le sableNe pas poser de... [Lire la suite]

mercredi 25 juillet 2018

ON M'APPELLE L’ANGE DÉCHU

Le cosmos m’a enfanté J’ai quitté l’éther pour un ventre de femme J’ai quitté l'éden pour capter le chant des hommes     Je suis   La spirale de plumes éventant vos baisers Les ailes abritant vos membres emmêlés Les rémiges blanches éclairant vos alcôves Je vois vos corps frémir à l’appel Sombrer dans cet or dont je ruisselle Vous ployez sous tant de chatoyances Et je taraude vos fibres dérobées Les griffe et les lisse les tords et les caresse   Je suis le Désir qui jamais n’est comblé ... [Lire la suite]
mardi 8 mai 2018

GHYSLAINE LELOUP...Extrait

Voici un bouquet d’oiseaux rouges, bleus, jaunes Chardonneret et rouge-gorge Pinson et geai Mésange et bouvreuil Un jour Un vieux musicien a capturé des oiseaux Dans les filets illusoires d’instruments à vent Mais on n’enferme pas plus l’oiseau que l’étoile Même dans la somptuosité d’un vitrail Ou l’éclat intermittent d’un piano stellaire Et des poètes ont évoqué le Grand Jardinier du ciel Ce jour j’ai esquissé un brin de muguet Dont chaque clochette aurait un nom d’étoile Aldebaran et Coronis Electra et Alcyone Mérope... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 18 décembre 2017

CONSTANCE DES OISEAUX

Saisons des dormances Et nous passons Dans le silence ascendant des arbres Ombres sans ombre au soleil frugal En cette veille Même si tu doutes de la lumière Les oiseaux dépêchent l’aube freinée d’hiver Ecoute-les Etourneaux pinsons mésanges Chantent l’étoile tardive et le retour des couleurs Et demain comme en cette veille Leurs cœurs rapides éloigneront l’obscurité     GHYSLAINE LELOUP     Artiste ?
jeudi 8 juin 2017

LA FENÊTRE OUVERTE

à LR . Dehors Battements d’ailes et friselis des feuillages Dedans Un merle ponctue la voix sereine Monde d’ascensions, d’espoirs et de larmes Modelé par un christ-oiseau Souffert par l’enfant volé envolé Le fils de l’homme et le fils de l’autre Raviver la parole et l’image Pétrir l’écho et le reflet en pâte de lumière Qu’ainsi la présence froisse l’air Présence Légère et fidèle comme les printemps Souveraine comme cette fillette sous un pommier Bravant jadis la guerre dans son abri de fleurs Aux confins du cœur ... [Lire la suite]
vendredi 20 janvier 2017

LA NUIT SE LEVE

Tout vous fait malY compris la lune et son éclat de viergeMiroirs trop aliénésPour réfléchir les rides du mondeEt ce que sait votre visageVous l’aviez invité à bien d’autres banquetsIl avait puisé dans votre boucheLes mots qui étonnent la salive qui apaiseParoles de sueur dans la transcription des mainsVous aviez partagé le silenceCe lit sans draps où se cacherBalustrade des paroles chassées du plein soleilLa nuit se pencheEn son corps s’exilent vos désirs apatrides   .GHYSLAINE  LELOUP   .      ... [Lire la suite]

jeudi 15 décembre 2016

GHYSLAINE LELOUP

Ça murmure ça chuchoteEntendsLàDedansLa petite voixLàQui te remonteAu détour du printempsUne petite plainteUn couinement de pauvre bête entravéeEt moi ?Où ?Comment ?Pourquoi ?Le bleu de la mésange ecchymose l’enfanceLe vieux rêve obsolète qui ne veut pas mourirUne serre cobalt veinée de plombLa vie miroitante empoignant ses fêluresRenvoyer l’enfance au coin des illusionsL’abandonner encore et encoreAux sentiers battusAux petits cailloux imbécilesÀ l’ogre gave de pain d’épices« On dirait qu’on serait des plumes d’oiseau-lyreEt qu’on... [Lire la suite]
dimanche 11 décembre 2016

GHYSLAINE LELOUP...Extrait

Voix envolée, cris d’hirondellesArc du corps, traduction des ailesVenant d’en bas les crisSilhouette furtive des futaiesMes élixirs guérissent, on me dit maléfiqueArrachée des forêts aux grandes fougèresIls me fouettent me fouaillent me forcent et m’étouffentMa robe est jaune pour le feu et son orgie de ténèbresToujours les crisMusique condamnée jusque dans les cagesLe glas de la prière tombe comme nos larmesTraquée dans un orient aux fontaines séchéesJe porte ma prison en un voile tissé lourdCiel obscurci sous les barreaux de mon... [Lire la suite]
mercredi 7 décembre 2016

LA PAIX, DISENT-ELLES

La paix disent-ellesLa guerre font-ilsNous avions maquillé nos yeux pour contempler le cielEt rougi nos lèvres au suc des grenades pour embrasser la terreNous avions arrondi nos ventres pour honorer le mondeLes oiseaux se sont tusÔ silence des déserts rendus plus aridesSous l’acharnement des charsQue restera-t-il sous la cendre ?Nous cherchons les chemins, les champsDévastés par les bottesNos yeux sont cernés de deuil, nos jardins de décombresNos sexes ont été fouaillés au nom des frontièresNos bouches souilléesNos ventres ont... [Lire la suite]
jeudi 7 mai 2009

COMBIEN DE FOIS NAÎT-ON ?

Ils ont tant de fois tentéDe broyer mon corps et d’effacer ma mémoirePloyant sous l’anathèmeLeurs mots lacéraient ma chair autant que leurs pierresJe sais les deuxL’obscurité du temps n’y fera rienPas plus que leurs souilluresUne lumière d’un autre ordreBrûleIntacte dans ma chair peuplée de voixJ’ai trois mille ansMariage blanc sur une faille d’encensPour la prophétie de dieux supposésLes hommes m’exilent loin des vivantsVenant d’en bas les crisToujours les crisJ’ai deux mille ansÉpouse des aubes de granitRépudiée des chênes et des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,