samedi 12 février 2022

NIKOLAOS ALIAGAS

La patience de l’olivier nous relie à l’essentiel : le silence des ancêtres, la promesse d’une aube fraîche, l’alacrité de l’enfance. J’aime caresser l’écorce plusieurs fois centenaire de l’arbre sacré pour y lire les textes apocryphes de la création. L’olivier de Stamna me rappelle qui je suis, une âme de passage... . .   .   NIKOS ALIAGAS   . . .   Photographie Nikos Aliagas #instanikos
Posté par emmila à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 13 septembre 2021

LE CHEVALIER, LA DAME, LE DIABLE ET LA MORT...Extrait

Ne sommes-nous pas les alchimistes malhabiles d'un destin que nous revendiquons pour le mieux avilir? A chaque heure du jour et de la nuit, j'ai le sentiment que nous sommes là à fabriquer, sans le savoir, l'or de nos infortunes et le plomb de nos amères félicités. Sorciers de nos propres sottises, nous agissons avec une telle incurie, une telle ignorance, qu'une incertaine magie opérationnelle se déroule à notre insu, brassant un embrouillamini d'éléments qui se contrecarrent, vent de bricole et s'ouvrent à... [Lire la suite]
mardi 17 novembre 2020

CARMEN PENN AR RUN...Extrait

Prendre la fleur par ses racines aériennes devenir oiseau aquatique et d'une génuflexion lente faire descendre la grâce dans une réflexibilité de bouton d'or Pénétrer la lumière d'un accord dense ainsi s'harmonise à l'ange notre part humaine un temps venue aimer sur Terre . . . . . CARMEN PENN AR RUN . . . . Oeuvre Paul Chabas
Posté par emmila à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 11 janvier 2020

DE PASSAGE

Être, de la première heure, matinale, aurorale, fébrile  ; la mer et le ciel se confondent sur la moire changeante et chatoyante  de la lagune. Ils s'interpénètrent, en silence et nous confient tant de choses essentielles. L'instant  est aux ocres chaleureux du petit matin, aux rochers mordorés  de la côte occidentale  et très découpée  de l'Île de  Corse. Le chemin littoral  consacre les accords  complexes  et  mélodieux du long  cordon lagunaire. Le temps  s'y arrête,... [Lire la suite]
mercredi 10 avril 2019

PROMENADE

  Il est des lieux limpides où dorment les lumières, Filtrant l'intimité comme un secret d'église,Ces endroits qui invitent à se mettre en prière,Délivré du vulgaire à la mine trop grise. Cette grâce qui vient gercer les plaies impures,De nos fronts fatigués des pensées qui déroutent Et fait la seule ride d'un horizon si sûr, Vers des lèvres qui lèvent le voile de nos doutes. Il est des lieux profonds qui parlent comme la mer,Quand notre âme a repris sa lenteur à aimer, Et les pas d'un rêveur tranquille... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
jeudi 13 décembre 2018

LES BLESSURES...

Que ferons-nous de ces blessures qui ne guérissent pas ? Apprendre à les aimer. Jour après jour, en prendre soin. Pleurer quand il le faut, Au pied d’un arbre Ou au bord d’un ruisseau : Dans les bras d’un amant. Et découvrir le chant discret Plein d’amour et de grâce, Qui s’élève avec douceur De tout ce qui est deuil en nous.         AEDAN       Oeuvre Montserrat Gudiol  
Posté par emmila à 13:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

mardi 28 août 2018

LES PLUMES D'EROS...Incipit

Désormais, l’état lumineux a changé d’orientation : il est à présent isolé et n’ouvre que sur lui-même. Si j’essaie d’en préciser la nature, je n’aperçois que sa ressemblance avec l’espace qu’autour de moi ouvre le regard. Non, ce dernier est substantiellement le même que l’état ancien mais il n’est pas environné du même lieu. L’ancien est dans mon corps : c’est une poche lumineuse qui se dilate, qui envahit tout mon volume intérieur, et qui l’illumine en abolissant toute frontière entre dehors et dedans. Le bonheur est dans cette... [Lire la suite]
dimanche 25 mars 2018

AURORE INHUMABLE

Parfois grâce plus lente un pan de vie soufferte est là tremblant que tu ne rejoins plus. Dans ce relâchement du ciel désert le temps désespérant et pur explose à travers feux et pierres. Une mélancolie travaille en pourrissement le silence à l’aurore inhumable. Et toi ma très proche pensée de blancheur en ton parfum de lait durci au jour d’été poudre de chaux coquille concassée dans cette gorge quelle fatigue de quel amour m’es-tu ? Rien que seul et me taisant me dis-je Dieu jamais ne me retrouvera. Plus de terribles ferveurs et... [Lire la suite]
vendredi 2 mars 2018

CADEAUX

Je donneDes soleils couchants ivres de cuivre blondLeurs fanfares rouges la passementerie des nuagesLes prairies où bleuit l’ombre de tes paupièresEt cette terre fine d’où jaillirent tes mainsLa peur ancrée des nuits aux bastingages du navireLa faiblesse jaune du fanal qui trembleEt les cordages qui soutiennent ta gorgePour qu’elle s’ouvre au vent comme une voile rassuréeLa vie qui bat dans le poignet des pierresFrissonnante et le souffle qui court sous ta peauLa grâce descendue sur la fleur penchée Sa tête qui s’incline et... [Lire la suite]
mercredi 6 décembre 2017

AZRAËL

Ailes mortes, ailes mortes en moi,Tomber, c’est renaîtreHors de la solitude, dans la mer –La mère des âmes égarées, des voyageurs perdusEt des exilés du ciel. Le souvenir de la terre est comme un poidsDe vagues et d’îles ; dans mon sang et mes osLa pesanteur de mon incarnation,Plus forte que ma volonté d’être singulier,Me brise et me détruit, me rappelle en mon lieu. Prisonnier de ma faute, de ma beauté, de mon vouloir,Des cellules de la vie transparentes mais murées,Délivré par la mort innocente, je m’abîme avec joieDans la tombe... [Lire la suite]