mercredi 5 octobre 2016

RÊVES BLEUS

                                                             Je vampirise le bleu de l'azur, il coule dans mes veines telle une drogue douce . Mes rêves de petite fille étaient bleus . Ma grand mère me les souhaitait de cette couleur juste... [Lire la suite]

samedi 23 janvier 2016

LES MAISONS DE MA GRAND-MERE...

Un mois déjà... .    Ma grand-mère paternelle, Maria, était une forte femme. Dans tous les sens du terme et plus particulièrement dans son caractère.Solide Flamande, elle savait ce qu'elle voulait et ne se laissait jamais influencer. Elle avait élevé ses neuf enfants quasi seule : mon grand-père était ouvrier saisonnier "loué" et partait souvent pour plusieurs mois.J'ai connu mon aïeule un peu plus de vingt ans et je lui ai connu une dizaine de maisons, au moins !Elle arrivait chez nous, souvent à l'improviste, et disait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 23 octobre 2015

LE REPAS DES GRAND-MERES

Dans l'épaisse chaleur Des petites cuisines Qu'un pauvre lustre à fleur Chaque jour illumine D'un éclat tamisé Echaudant les paupières Pour parfois nous griser D'une étrange manière;   Entre un panier de fruits Issu des poteries, Les champêtres récits De la tapisserie Nous parlant de gibiers De chasseurs et de crosses La fenêtre et l'évier Où on lavait les gosses;   Aux tomettes en sang Sous les plis de l'éponge Et sur les bords cassants D'une table à rallonge, A deux pas du frigo Et de la gazinière ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 19 octobre 2015

POEME A MA GRAND-MERE TASSADIT

Visage endormi sur un siècle de fractures gravé dans ma mémoire en éveil me voilà dans les affres mon cœur a atteint son paroxysme une voix gorgée d'amour s'est tue quand ma main a caressé l'ancêtre au féminin le courage s'est évanoui et ma sève refroidie l'aède enveloppait ma présence au sol s'est agenouillée ma sagesse mon unique conteuse est morte et sa raison gesticule encore la terre assoiffée prie la source éteinte que m'apporte la sécheresse des yeux fermés à jamais s'est étouffé le souffle de ma centenaire je porte la clé... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 2 juin 2013

QUE FAIS-TU GRAND-MERE ?

Que fais-tu grand-mère? J’apprends la patience et l’ennui, Le goût de l’instant, la joie de chaque jour, J’apprends que la tristesse du cœur est nuage, Et nuage aussi le plaisir… Que fais-tu grand-mère, assise-là, dehors, toute seule? Eh bien, vois-tu, j’apprends. J’apprends le petit, le minuscule, l’infini, J’apprends les os qui craquent, le regard qui se détourne. J’apprends à être transparente. À regarder au lieu d’être regardée. J’apprends le goût de l’instant quand mes mains tremblent, La précipitation du cœur qui bat trop... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 23 mai 2013

MANIE

Sa Manie d'Aix en Provence était une grand mère qui gérait presque tout. Son visage auréolé de fins cheveux blancs un peu fous - " les cheveux blancs ont du charme lorsqu'ils encadrent le génie " -  aimait-elle dire en riant, un corps mince et souple,une allure déterminée, cette femme réglait tout sur son passage. Il est vrai que le domaine était vaste et  le travail ne manquait pas. Les animaux, les arbres, ,la terre ,la maison et ses occupants que constituait la famille. Rien n'était laissé au hasard. Presqu'invisible dans... [Lire la suite]

lundi 27 février 2012

CAHIERS DE VERDURE...Extrait

L'enfant s'est accroupiaux pieds de la très vieille et douce dameen robe noire d'un autre temps.Dans la corbeille,encore toute enroulée,la laine de sa vie,et les ciseaux. .   PHILIPPE JACCOTTET . Oeuvre Jean-François Millet
Posté par emmila à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 16 mars 2011

GRAND-MERE

« Que fais-tu grand-mère, assise là, dehors, toute seule ? » Eh bien, vois-tu, j’apprends. J’apprends le petit, le minuscule, l’infini. J’apprends les os qui craquent, le regard qui se détourne. J’apprends à être transparente, à regarder au lieu d’être regardée. J’apprends le goût de l’instant quand mes mains tremblent, la précipitation du cœur qui bat trop vite. J’apprends à marcher doucement, à bouger dans des limites plus étroites qu’avant et à y trouver un espace plus vaste que le ciel. « Comment est-ce que tu apprends tout cela... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 1 août 2009

ILE....

Le paysage s'est arrêté. Une rumeur revient, toujours la même, la soif des fontaines sur un pays sans eau. Si je bouge, je tombe. Nul rebord. Le loup amoureux, le chaperon, le beurre et la grand-mère sont au fond du panier, recouverts de quotidien. Je marche à l'avant du déchir. Le jour glisse et quand j'essuie mes yeux c'est du bleu que j'arrache. Une couleuvre change de pierrier, un oiseau se fracasse contre la vitre. Elle copiait le ciel. Le sang ne bat plus à la tempe des doigts, la buée d'un bain chaud n'efface pas l'escalier qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 1 décembre 2007

ILE ENIGER...Extrait

L'enfant, penché sur le bois patiné de la grande table, s'applique à écrire. L'apprentissage est laborieux qui penche sa tête, attentif. Une pendule fait son chemin d'heures. Grand-Ma tricote. Parfois elle regarde par-dessus l'épaule de l'enfant, l'encourage. - C'est beau, c'est bon.L'enfant lève la tête, soupire un grand coup satisfait, et demande, - C'est quoi beau ? - Et toi ? tu penses que c'est quoi, beau ? L'enfant réfléchit, concentré sur des images. A l'intérieur.Dehors, le ciel prépare un orage. Des zébrures... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,