vendredi 22 avril 2016

PERSONNE NE QUITTE SA MAISON...

Personne ne quitte sa maison à moins Que sa maison ne soit devenue la gueule d’un requin Tu ne cours vers la frontière Que lorsque toute la ville court également Avec tes voisins qui courent plus vite que toi Le garçon avec qui tu es allée à l’école Qui t’a embrassée, éblouie, une fois derrière la vieille usine Porte une arme plus grande que son corps Tu pars de chez toi Quand ta maison ne te permet plus de rester. Tu ne quittes pas ta maison si ta maison ne te chasse pas Du feu sous tes pieds Du sang chaud dans ton ventre C’est... [Lire la suite]

samedi 16 janvier 2016

EN CETTE IMPASSE

On vient sentir ta boucheQue tu n'aies dit je t'aimeOn vient sentir ton coeurQuelle étrange époque vivons-nous, ma toute gracieuseQuant à l'amour,On lui donne le fouetLe long des remparts sentinellesL'amour, on l'enfouit au fond d'une arrière-courEn cette impasse torve, torturée par le froidBrille l'amourPar la grâce nourricière des chants et des poèmesNe te risque pas à penser, ma toute gracieuseQuelle étrange époque vivons-nousCelui qui, nuitamment, martèle à notre porteEst venu en meurtrier de la lampeLa lumière, on l'enfouit au... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 28 octobre 2015

DE L'EXIL

Légers les martinets dans l’oblique des rais Suivent le vent, éclairs légers Ton regard les suit. Tu as fui le ciel chargé de la guerre Tu te souviens, les ombres Le pas rouge de l’aube Te voilà posé sur l’autre rive Tout déborde dans tes rêves La lumière, les collines, les feuilles Ton histoire n’émeut personne Tu te perds dans le halo des âges. Rien, la vie ou le vide t'ensevelit La nuit, l’autre face du rien L’horizon, son étendue vide Les étoiles, des points de lumière Où tu deviens nomade Et plus tard l’oasis, l’imposture ... [Lire la suite]
samedi 29 août 2015

L'ORIENT APRES L'AMOUR...Extrait

« Le vent se lève, il n'y a plus de Beyrouth, cette ville renaît non pas de ses propres cendres, mais de celle de ses incendiaires. Flinguée à bout portant avec l'argent des pétrodollars, elle ressuscite, comme elle peut, grâce à une fortune d'Arabie. Les immeubles de Beyrouth se dressent comme autant d'anthologies de trous d'obus, de roquettes, de balles et de mémoire. Ici, on tue pour embellir l'oubli. Ici, les ruines de la guerre semblent avoir été dessinées par de grands couturiers. Ici, même la mort passe au maquillage avant... [Lire la suite]
jeudi 13 août 2015

PARIS OBSCENE

   .   Un Paris-plage pour rendre hommage à Tel-Aviv, une ville, un pays, une colonie qui vient juste de retirer la vie à un bébé ! Qui l'aurait parié sans passer pour un attardé mental ou moral ? Notre part d'infamie peut-être ? Ou alors notre lien d'amitié avec un pays qui nous apprend chaque jour comment se débarrasser des arabes à peu de frais... On est passé du nationalisme primaire au national-sionisme secondaire... pour signifier aux puissants que notre pays n'est plus antisémite. Il œuvre désormais pour le... [Lire la suite]
mardi 16 juin 2015

AU CAFE DES FAITS DIVERS...Extrait

Le monde brûle…Mon père, à ma nuque, comme une peau de mouton… me laboure les flancs et ma mère dans ma chair qui tremble encore son dernier souffle…Dors, père…Les femmes ont cessé de pleurer leurs enfants… ou leurs corps et la terre sous nos pieds vaste… charnier… de couleuvres, et de cendres…Asphyxie…Les flammes montent vers le ciel, expirent dans les nues un dernier souffle blanc… Je sais que ma mère est l’une de ces flammes qui montent vers le Bon Dieu…Le Paradis…Asphyxie…Le Paradis et ses fleuves de miel et ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 9 mai 2015

DANS LA NUIT SURVIVANTE

J'apprends très lentement à vivre à ciel ouvert j'enterre la face humaine sous des gangrènes d'or et j'ai abandonné des tessons de soleil dans la chair oubliée des hommes inutiles   dans la nuit survivante les hommes sont contagieux il y a des fusils plus lourds que les épaules j'ai vu tomber la neige grise des phalènes et le corps maternel excisé sous les arbres   mais quand l'écorce enfin aura pitié de l'arbre quand les oiseaux aveugles chanteront malgré tout les vagues arriveront jusqu'aux maisons... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 6 novembre 2014

UN OISEAU CHANTE

    Un oiseau chante ne sais où    C'est je crois ton âme qui veille    Parmi tous les soldats d'un sou    Et l'oiseau charme mon oreille    Écoute il chante tendrement    Je ne sais pas sur quelle branche    Et partout il va me charmant    Nuit et jour semaine et dimanche    Mais que dire de cet oiseau    Que dire des métamorphoses    De l'âme en chant dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 29 septembre 2014

LA GUERRE

Terriblement, tristement, violemment, la guerre s’invite dans notre histoire de siècle en siècle . « La guerre » ? Peut-on évoquer ce fléau identiquement de siècle en siècle ? Le doit-on ? Dans un regard moral, assurément oui. Mais d’un point de vu politique, c’est à dire avec l’exigence de combattre et vaincre ce fléau, je suis convaincu que non. Nous avons un chemin de pensée à reprendre, une recherche de sens à trouver pour l’efficacité de l’engagement pacifiste.Tout bouge, tout change, tout influe, venant ainsi jeter un voile de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 19 juillet 2014

SOLO DE TOURNESOL...Extrait

Le soleil de van Gogh est tombé Rien ne pouvait l’arracher C’était l’invincible géant du pauvre et du fort la lumière fixe des courages Maintenant, retour au soleil sans van Gogh Qui flambe par devant mais fusille par derrière Et reste seul à brûler sans jamais retrouver le toucher de colline de sa boule à feu ni le sentier au visage troué de la terre au ciel qui n’est plus qu’un bagne d’œil noir et tes yeux pouvaient voir et ton sang aller Dans ce ciment de sarcophage le soleil de vie ne sait rien faire du sanglot de vide et même... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,