vendredi 24 août 2018

L'EMIGRANT DE LANDOR ROAD...Extrait

Gonfle-toi vers la nuit Ô Mer Les yeux des squalesJusqu’à l’aube ont guetté de loin avidementDes cadavres de jours rongés par les étoilesParmi le bruit des flots et les derniers serments   .   GUILLAUME APOLINAIRE 1905   .   Oeuvre Odilon Redon  
Posté par emmila à 11:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 19 octobre 2016

AUTOMNE MALADE

Automne malade et adoréTu mourras quand l'ouragan soufflera dans les roseraies Quand il aura neigé Dans les vergers Pauvre automne Meurs en blancheur et en richesse De neige et de fruits mûrs Au fond du ciel Des éperviers planent Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines Qui n'ont jamais aimé Aux lisières lointaines Les cerfs ont bramé Et que j'aime ô saison que j'aime tes rumeurs Les fruits tombant sans qu'on les cueille Le vent et la forêt qui pleurent Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille Les feuilles Qu'on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 6 février 2015

APOLLINAIRE

Remuer le silence jusqu'à ce qu'il bascule dans un vacarme assourdissant et me perdre dans la tendresse de ton repos quand les vagues de bombes s'apprêtent à calmer définitivement nos rages de dents quand les prisonniers fabriquent des cordes pour se pendre sous le dernier rire d'un lever de soleil quand les enfants sont prêts à être programmés dans les fichiers d'une invraisemblable justice scientifique quand des humains parmi d'autres humains sont emmurés dans le coma éthylique de la solitude absolue quand les êtres humains sont... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 6 novembre 2014

CHEVAUX DE FRISE

Pendant le blanc et nocturne novembreAlors que les arbres déchiquetés par l’artillerieVieillissaient encore sous la neigeEt semblaient à peine des chevaux de friseEntourés de vagues de fils de ferMon cœur renaissait comme un arbre au printempsUn arbre fruitier sur lequel s’épanouissentLes fleurs de l’amourPendant le blanc et nocturne novembreTandis que chantaient épouvantablement les obusEt que les fleurs mortes de la terre exhalaientLeurs mortelles odeursMoi je décrivais tous les jours mon amour à MadeleineLa neige met de pâles... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 6 novembre 2014

UN OISEAU CHANTE

    Un oiseau chante ne sais où    C'est je crois ton âme qui veille    Parmi tous les soldats d'un sou    Et l'oiseau charme mon oreille    Écoute il chante tendrement    Je ne sais pas sur quelle branche    Et partout il va me charmant    Nuit et jour semaine et dimanche    Mais que dire de cet oiseau    Que dire des métamorphoses    De l'âme en chant dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,