jeudi 29 mars 2018

JOURNAL D'UN POETE...Extrait

...   Bêtes, venez à moi ! venez bêtes farouches épancher toute haine dans la coupe de mes mains ! Il est grand temps que la lune là-haut cesse enfin de laper les nuages.   Sœurs chiennes, frères chiens, traqué comme vous parmi les hommes qu’ai-je à faire de caravelles haridelles ou des voilures de corbeaux.   Si la faim suintant de murs en ruine vient à s’agripper à ma chevelure, je mangerai la moitié de ma jambe et vous offrirai l’autre en pâture.   Je n’irai nulle part avec les gens, mieux vaut... [Lire la suite]

jeudi 8 mars 2018

PROFONDEUR

Épuisée Ne restent, au fond du puits, que des boues chahutéesDes pièces de monnaie qu’on a lancées pour se porter bonheurL’anse d’un seau, brisée, le seau rouillé le souvenirD’une colèreEt la lente fatigue de l’eau usée stagnantLes pierres verdies de mousses la douleur légèreDes os Le cri que tu lances vers le mur rond et qui te revientEcho écho écho InchangéTu te penchesNulle vérité, nue, ne sortEt tu commences lentement à te haïr   .   ALEXO XENIDIS   .  
Posté par emmila à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 7 janvier 2018

NOËL...

J’en ai assez de votre bonne conscienceJ’en ai assez Messieurs-je-sais-toutJ’en ai assez de votre omniscienceJ’en ai assez de vos airs de toutouJ’en ai assez Voici Noël et ses marchands du templeVoici Noël et ses soldes à deux sousVoici Noël et ses feux qu’on contempleVoici Noël, la misère en dessousVoici Noël Qu’a-t-on gardé de la Nativité ?Qu’a-t-on gardé du mystère divin ?Qu’a-t-on gardé de la céleste cité ?Qu’a-t-on gardé du sang changé en vin ?Qu’a-t-on gardé ? On m’avait appris naguère le miracleOn m’avait appris le visage... [Lire la suite]
lundi 17 juillet 2017

RENE TAVERNIER...Extrait

Il y en a qui prient, il y en a qui fuient, Il y en a qui maudissent et d'autres réfléchissent, Courbés sur le silence, pour entendre le vide, Il y en a qui confient leur panique à l'espoir, Il y en a qui s'en foutent et s'endorment le soir Le sourire aux lèvres. Et d'autres qui haïssent, d'autres qui font du mal Pour venger leur propre dénuement. Et s'abusant eux-mêmes se figurent chanter. Il y a tous ceux qui s'étourdissent... Il y en a qui souffrent, silence sur leur silence, Il en est trop qui vivent de cette souffrance.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 16 juin 2017

MEDITATION

Merci Umar... . . L'être n'est pas en quête de vérité mais d'une consolation. Il croit désirer la vérité mais, inscrit dans la subjectivité de sa chair, il ne peut y accéder. Ce n'est pas pour autant que la vérité absolue n'existe pas, que tout relève d'une opinion, mais qu'on ne peut la cerner. Sinon sous une forme mystique, dans la plénitude de la lumière du divin, mais le partage de l'ineffable, s'il existe seulement, est impossible. La consolation est cette ivresse qui nous permet d'oublier notre destin commun,... [Lire la suite]
dimanche 11 juin 2017

SI LA MUSIQUE DOIT MOURIR

 Si la musique doit mourir Si l’amour est l’œuvre de Satan Si ton corps est ta prison Si le fouet est ce que tu sais donner Si ton cœur est ta barbe Si ta vérité est un voile Si ton refrain est une balle   Comment peux-tu aimer le soleil dans ta tanière ?     Si ta terre est un champ de mine Si ton mûrier est une potence Si ta porte est un barrage Si ton lit est une tranchée Si ta maison est un cercueil Si ton fleuve coule de sang Si ta neige est un cimetière   Comment peux-tu aimer... [Lire la suite]

mercredi 3 mai 2017

A CEUX QUI VIENDRONT APRES NOUS

Vraiment, je vis en de sombre temps ! Un langage sans malice est signe De sottise, un front lisse D’insensibilité. Celui qui rit N’a pas encore reçu la terrible nouvelle. Que sont donc ces temps, où Parler des arbres est presque un crime Puisque c’est faire silence sur tant de forfaits ! Celui qui là-bas traverse tranquillement la rue N’est-il donc plus accessible à ses amis Qui sont dans la détresse ? C’est vrai : je gagne encore de quoi vivre. Mais croyez-moi : c’est pur hasard. Manger à ma faim, Rien de ce que je fais ne m’en... [Lire la suite]
dimanche 16 avril 2017

VLADIMIR MAÏAKOVSKI...Extrait

Est-ce vous Qui comprendrez pourquoi, Serein, Sous une tempête de sarcasmes, Au dîner des années futures J’apporte mon âme sur un plateau? Larme inutile coulant De la joue mal rasée des places, Je suis peut-être Le dernier poète. Vous avez vu Comme se balance Entre les allées de briques Le visage strié de l’ennui pendu, Tandis que sur le cou écumeux Des rivières bondissantes, Les ponts tordent leurs bras de pierre. Le ciel pleure Avec bruit, Sans retenue, Et le petit nuage A au coin de la bouche, Une grimace fripée, Comme une femme... [Lire la suite]
dimanche 26 mars 2017

ESPERANCE...Extrait

"Persévérer à chercher davantage la saveur que le savoir, le balbutiement que la rhétorique satisfaite. Persévérer en ces temps de fer à faire crédit à ce qui est fragile, à ce qui vacille, à ce qui fait faillite. Persévérer à avoir foi en chaque homme, ... à préférer être déçu dix fois plutôt qu’hostile une seule fois. Persévérer à n’investir que dans le sable qui coule entre les doigts et dans les espérances non cotées en bourse. Persévérer à croire que l’instinct primordial en chaque homme est la vénération et que c’est la... [Lire la suite]
vendredi 10 février 2017

L'EFFARANT INTERIEUR DES OMBRES...Extrait

Regardez-les ceux qui échangent leur peur contre de la haineIls sont plus ordinaires que les orties ou les chardons ils sontPartout du nord au sud ils ont des papillons sous les cheveuxMais vos mains griffées leur ressemblent vos pourtant vos çàEt là tous les mots sont des aubes ou des obus tous les gestesEt s'ils ont les yeux barbelés il faut la patience du cordonnierPour remonter leurs pentes écoutez-les ils ont perdu les tracesLeurs miroirs sont brisés ils ne reconnaissent plus leurs nomsEt s'ils dorment devant vos portes c'est... [Lire la suite]