jeudi 8 novembre 2018

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

Pierres poliesPierres de patienceCombien d'effleurementsCombien de lamesDans la brutalité du roc Ont sculpté en silenceL'harmonie d'un seinL'apparence d'un flancDressant sur les rives des ruissellementsDe la Terre sans cesse s'enfantantDes stèles aux yeux voilésOù en un même corps d'autelS'épousent le germe mâle et l'essence femellePierres de naissancePierres de crépusculeLes rivières dansent vers la merComme vous marchez vers le sableAvec la lenteur d'une caresse sur la peauSi je ferme les yeux assez longtempsPour traverser un... [Lire la suite]

jeudi 1 novembre 2018

SOUS L’AILE DU MYSTERE

  Il y a dans ton cœurUn oiseau qui se tait Mais qui reconnaît l’heureOù la vie a tremblé Est-ce un ange aux lisièresUn voyant aux aguetsUn matin qui se chercheUn prophète endormi Il reste au bord du videEt ne sait pas compterIl absout les saisonsRessuscite l’été Il est devant le mondeComme un prince éveillé Qui connaît tout de l’ombreEt de ses traversées Il chante solitaireDans le ciel de ta voixPlein de rumeurs d’enfanceDe hautes peupleraies Tu le sais d’une fêteA l’avant d’un paysD’une rivière sans... [Lire la suite]
samedi 5 mai 2018

DANS LE DOUTE ET LA FERVEUR...Extrait

 ...   Tout est donné Tout est repris La lumière aigue des citrons Le vent dans les cheveux Savoure les Savoure les encore un peu   Malgré tout ce qui crie, bute, tombe, tout ce qui déchire,  le sang versé, rêve à des ruisseaux de lait Sur l'horizon doré, la branche est nue et noire L'arbre d'hiver dessine son destin   Malgré désordres et dérives Ecoute L'instant est harmonie Notes frêles dans le grand concert   Ne songe pas à des demains de sables incertains Tout est là, dans le... [Lire la suite]
samedi 23 décembre 2017

COMME UNE PROVENDE DE PLAISIR

La roche ruisselle         De profonds sillons dévoilent à nue l'empreinte des TitansEt monte des millénaires un pérennel plain-chant La vie s'écoule      comme l'eau claire chantonne Son cours apaisé accomplitfidèlement les desseins du printemps Ainsi du cycle tutélaire des choses invisiblesque la mer ravit  et rend indéfiniment à la beauté    Une terre ocreuse que le couchant safraneDes arpents parcourus de vignobles antiques et sains   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
dimanche 4 septembre 2016

LE POUVOIR DE CHOISIR

 ...l'être humain est constitué d'un Être intérieur (auquel on a donné différents nomsdans différentes cultures et traditions : Âme, Centre, Ange solaire, Christ intérieur, Source,Moi supérieur, Conscience supérieure,Guide intérieur, Ego (avec une majuscule) et qu'il possède un véhicule de manifestation (appelé souvent "personnalité" ou ego) formé d'un corps mental, d'un corps émotionnel et d'un corps physique permettant à l'Etre intérieur de se manifester dans le monde de la matière.Cet Être intérieur, nous l'appellerons ici le... [Lire la suite]
mardi 12 avril 2016

CE N'EST QUE VIVRE...Extrait

Peut-être n'est-il pas,hélas,de phares dans la nuit,Que sommes-noussinon reflets de lune et vibrations du vide, nuances et passagesfluctuationsflux et reflux,et le creux et le grouillementet le désordre et l'harmonieNos géographies s'éparpillentNos terres s'érodentet se désoriententNous n'avons inventé ni l'axe ni l'éclatNous sommes méandres et mouvances,oscillations et scintillementsN'est-il pas,oh, n'est-il pas,quelque part,une île fourmillante et nue,gonflée de sève,une île où vivre est une vitre claire,un miroitement d'or ? . ... [Lire la suite]

samedi 2 avril 2016

LE JOUR VIENDRA, LA NUIT AUSSI...Extraits

J'avance dans la nuit. J'écarte l'ombre et j'ouvre les étoiles pour y trouver la perle opaline. Les oursins se rétractent. J'ai désancré mes ailes pour un très long voyage. Je m'irise et je plane. L'espace jaillit de mon vol. Ne me rappelez pas dans vos terres obliques.Volutes. Spirales. Enroulements. Je tourne et tourbillonne dans le lisse et le doux. Tendres torsions. Je m'évapore dans le vent. Je vais je ne sais où, dans le velours de l'aube ou la soie fragile du couchant. Je me dissous, m'éparpille, arc en ciel éphémère.... [Lire la suite]
mardi 15 septembre 2015

AU SYBILLIN BALLET DE LA MER

Ô mon immensité hyalinema nuit perse     au visage voilé De renaître à  ton choeur sombreperpétuel et vagueà l'étreinte des vagues  Où divaguent le profond hiverdes ciels  les vastités confondues L'esquisse sublime de nos arabesques insensées  chaque fois nous révèleharmonique à ton plain-chantQue ne  m'emporterez-vous assez   Comme la danse de l'amour transcende et saouleembrase l'essence d'une ivresseà nulle autre pareille Et c'est au long poèmede l'absenceque vont sans rimele penser... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 4 mai 2015

JE VEUX

Je veux vous dire un pays de mots  Ou la nuit enfante la lumière,  La mélancolie engendre L'ivresse  et le silence est un langage…   Je veux vous offrir un espace Dans mon paysage intérieur Que ma poésie soit une Maison commune   Je veux un verbe solidaire Même traversant la page en solitaire Je veux être écho de mes frères   Je veux écrire Dans la solitude Une poésie Pour la multitude   Je veux du sang, de la chair Des larmes, des rires  Je veux la vie qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 16 février 2015

PATRICK CHEMIN...Extrait

Ainsi tu veux être une étoile.Il te faut attendre que le peintre finisse la toile du ciel.Tu dormiras longtemps avant.Il y a des retouches sur la gauche du tableau.Du pourpre, du carmin et puis plus rien.La noirceur de la nuit évoque nos profondeursMais toujours le songe élargit l’obscurité.Ainsi tu veux être le jaillissement de la lune.Il te faudra attendre que le musicienTermine la partie des violoncelles dans l’indécision du ciel.Il te faudra attendre l’évidence de ton existenceEt un jet de lumière dans la musique des âmes.Dans la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,