lundi 20 mars 2017

BRUNO RUIZ...Extraits

Je vis dans une discontinuité qui s’articule malgré moi. Un infini provisoire. Je choisis des hasards. Des vertiges de souvenirs. Une enfance réécrite. Je suis chaque matin la préface d’un récit. Une photo prise au temps. Mes projets brûlent au soleil. Mes tempes battent au rythme de rêves transparents jusqu’à l’invisible. Je le sais désormais : je n’atteindrai jamais entier l’autre rive du fleuve. Un courant m’emporte dans un chaos merveilleux de fragments et de confidences. Ce que j’écris n’a pas plus d’importance qu’un miroir qui... [Lire la suite]

dimanche 18 décembre 2016

JOEL GRENIER...Extrait

 "Pourquoi a-t-il fallu qu’un bout de nuit s’entasseAu fond de cette allée oubliée par le temps,Que la pluie de janvier recouvre de sa crasseCes semblants de pavés balayés par le vent?Pourquoi a-t-il fallu que des ombres sans âme,Fantômes du Néant, viennent s’y perdre un soir,Pour planter le décor d’un mauvais mélodrame,D’un film de quatre sous sur un écran trop noir?Pourquoi a-t-il fallu qu’une femme perdueDépose son bébé dans les bras du hasard?Personne n’habite cette maudite rueQui ne fait après tout qu’abriter le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mardi 12 juillet 2016

UNE BOUSSOLE

Choses sont mots. Quelqu'un - mais qui, mais quoi? -                        Nous écrit: cette incessante graphie                        Inextricable et qui ne signifie                       ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 8 juin 2016

MON AMOUR...

Mon amour, le désespoir est une discipline du soir de ce moment soudain léger où les poids semblent envolés de ce moment perfide dont j'essaye d'écrire la couleur Mon amour, l'ivresse des choses uniques installe sa dentelle La vie soudain exaltée est sublime et dérisoire Tu entres dans l'inconstance du temps, les solides se liquéfient, l'air est sensible au geste   ...   Mon amour, j'ai parcouru toutes les pages en vain mais sans regret, étais-tu là, tapi dans la pénombre des lettres usées, dans... [Lire la suite]
lundi 16 mai 2016

MARIA ZAMBRANO

Il y a des choses qui semblent autres ou ressemblent à d'autres ; l'orchidée qui a l'air d'un papillon ou la pierre du ruisseau qui ressemble à un crâne. Et cet air ou cette ressemblance suggère à l'esprit une autre idée que celle d'une simple analogie formelle, même lorsqu'il en est ainsi non par nature mais par hasard. Celui qui découvre un petit caillou semblable à un crâne le ramasse, le regarde et le met de côté autrement qu'il ne le ferait pour une pierre qui ne ressemblerait à rien, qui serait seulement jolie. Celui qui se... [Lire la suite]
samedi 9 avril 2016

DEMEURE LE SECRET...Extrait

Le visage de l'amiJe le prends le reprendsl'anime et le pétrisLe rivage de la vieLe poursuis le harcèleJe le pétrifieEn mes mainsLe bel oiseau frustreLe vol à peine arrêtéLa branche qui plieMa terre mon dépit L'air se reposeColline à collineLe tout est de savoirLe poids d'un motLe poids d'un nuageLes atolls de l'amourLes tulles du soirColline à collineJe t'avais devinéPar des fleurs coupéesPar les nids dénudésLes bateaux démâtésLe hasard la rencontreLe tout est de savoir le poids d'un nuageLe poids d'un motTa valeur mon imageTon... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

mercredi 18 novembre 2015

POEME A CRIER...Extrait II

... Ce besoin de l’autrequi te prend malgré toice besoin qui te brûleles reins        ou le cœurou l’âme quand tu y croiste submerge trop. Un mot seul pour te dire, dénudéetoujours et encore dépossédée envahie…Ce n’est peut-être qu’illusionun voile   une buéeun jeu dans le miroirun passage du dedansvers le fluctuant.Ce n’est peut-être qu’une partie de déscontre soi-mêmeune partie pour durerdans l’inhospitalierun jeu noirsur un damier videune terrible partieavec l’absolu. . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 16 novembre 2015

ERRANTS ELDORADOS...Extrait

Nous avancerons dans le brouillard des jours avec entêtement Car il faut avancer, vers ces pays promis, toujours en fuite, avancer sans répit, sans repères, riches de nos défaites et de notre espérance   Ce qui n'a pas lieu sera ce qui pourrit, meurtrit, noircit s'épanouira comme fleur au soleil   L'espace envahira nos paroles étroites, nos rêves étriqués Un souffle nous traversera, la grande respiration du monde, balayant les ressentiments et ce sera comme un retour à l'origine Oh bercement des songes ! ... [Lire la suite]
samedi 19 septembre 2015

LEÏLA ZHOUR

La solitude est comme du chocolat. Amère et douce à la fois, elle a l'âpreté de notre condition, tout comme la cocotte de pâques garde trace de la dureté du cacao brut. Etre seul, c'est parfois être confronté à un insoutenable isolement. Enfermé dans la ronde des pensées, on se heurte aux barreaux du silence, et même un cri dans les montagnes n'est encore que de la solitude. Confiné dans le secret de l'esprit, les sentiments entrent en guerre avec les mots. Plus on parle, plus on rencontre de monde, plus on mesure combien hermétique... [Lire la suite]
samedi 22 juin 2013

OUVRIR L'INSTANT INCALCULABLE

Les lueurs orange auront portéL’ouest à fondre dans la nuit …Alors – nous aurons chantéLa part du ciel qui essuieLes orages et la pénombreJusqu’au brut règne de l’ombreEt l’horizon sans merciNous laisse à notre souci –Il pleure sur tous les toits :Cet obscur en son pavoisLe temps cuve le silenceDans ce qui monte en présence … :Le riche être de l’exilQui parade comme en notre île –Avec l’étuve des motsFaisant entrave à nos mauxOn voudrait cueillir la trameD’un beau futur au seuil d’âmeD’un ailleurs en aventureParachevant notre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,