mercredi 13 mars 2013

NOUS DEUX ENCORE

 Air du feu, tu n’as pas su jouer. Tu as jeté sur ma maison une toile noire. Qu’est-ce que cet opaque partout ? C’est l’opaque qui a bouché mon ciel. Qu’est-ce que ce silence partout ? C’est le silence qui a fait taire mon chant. L’espoir, il m’eût suffi d’un ruisselet. Mais tu as tout pris. Le son qui vibre m’a été retiré. Tu n’as pas su jouer. Tu as attrapé les cordes. Mais tu n’as pas su jouer. Tu as tout bousillé tout de suite. Tu as cassé le violon. Tu as jeté une flamme sur la peau de soie. Pour faire un affreux marais de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 15 avril 2012

HENRI MICHAUX

Qu’il repose en révolte Dans le noir, dans le soir sera sa mémoiredans ce qui souffre, dans ce qui suintedans ce qui cherche et ne trouve pasdans le chaland de débarquement qui crève sur la grèvedans le départ sifflant de la balle traceusedans l’île de soufre sera sa mémoire. Dans celui qui a sa fièvre en soi, à qui n’importent les mursdans celui qui s’élance et n’a de tête que contre les mursdans le larron non repentantdans le faible à jamais récalcitrantdans le porche éventré sera sa mémoire Dans la route qui obsèdedans le cœur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 24 février 2011

MOUVEMENTS...Extrait

Gestesgestes de la vie ignoréede la viede la vie impulsiveet heureuse à dilapiderde la vie saccadée, spasmodique, érectilede la vie à la diable, de la vie n’importe commentGestes du défi et de la riposteet de l’évasion hors des goulots d’étranglementGestes du dépassementdu dépassementsurtout du dépassementGestes qu’on sent, mais qu’on ne peut identifier(pré-gestes en soi, beaucoup plus grands que le geste visibleet pratique qui va suivre)Emmêlementsattaques qui ressemblent à des plongeonsnages qui ressemblent à des fouillesbras qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 11 janvier 2011

JEUX D'ENCRE...

Que de lait entoure l'astre mort !  Que de blancheur épandue dans le ciel !  En bas la rencontre a eu lieu.  Les bras faits pour se prendre se sontpris.  Aujourd'hui,  sans limite aujourd'hui, éternel  s'accomplit,  s'allongeant jusqu'au bout du monde.  Plus  de distance.  Il n'y a pas d'au-delà des âmes entourées du cordon rouge.  L'espace est silence.  Silence comme le frais abondant tombant lentement dans une eau calme.  Ce silence est noir.  En effet,  il... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 23 février 2010

LA VIE DANS LES PLIS...Extrait

Dans le noir, dans le soir sera sa mémoire dans ce qui souffre, dans ce qui suinte dans ce qui cherche et ne trouve pas dans le chaland de débarquement qui crève sur la grève dans le départ sifflant de la balle traceuse dans l’île de souffre sera sa mémoire. Dans celui qui a sa fièvre en soi, à qui n’importent les murs dans celui qui s’élance et n’a de tête que contre les murs dans le larron non repentant dans le faible à jamais récalcitrant dans le porche éventré sera sa mémoire Dans la route qui obsède dans le cœur qui cherche sa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 22 février 2010

LA NUIT REMUE...Extrait

Celui qui n’accepte pas ce monde n’y bâtit pas de maison. S’il a froid, c’est sans avoir froid. Il a chaud sans chaleur. S’il abat des bouleaux, c’est comme s’il n’abattait rien. Mais les bouleaux sont là par terre et il reçoit l’argent convenu, ou bien il ne reçoit que des coups. Il reçoit les coups comme un don sans signification et il repart sans s’étonner. Il boit l’eau sans avoir soif. Il s’enfonce dans le roc sans se trouver mal. La jambe cassée, sous un camion, il garde son air habituel et songe à la paix, à la paix, à la paix... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 16 juin 2009

LA NUIT REMUE...Extrait

Je ne vois pas clair dans tes offres.Tu t'en vas sans moi, ma vie. Tu roules,Et moi j'attends encore de faire un pas.Tu portes ailleurs la bataille.Tu me désertes ainsi.Je ne t'ai jamais suivie.    Le petit peu que je veux, jamais tu ne l'apportes.A cause de ce manque, j'aspire à tant.A tant de choses, à presque l'infini.A cause de ce peu qui manque, que jamais tu n'apportes. . . . HENRI MICHAUX . . .  
Posté par emmila à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 16 juin 2009

FACE AUX VERROUS...Extrait

Roule, roule, sort à deux têtes,  roule, houle profonde,sortie des planètes de nos corps retrouvés.Soleil pour les retards,sommeil d'ébène,sein de mon fruit d'or.Etendus, nous embrassons l'orage,nous embrassons l'espace,nous embrassons le flot, le ciel, les mondes,tout avec nous aujourd'hui tenons embrassé,faisant l'amour sur l'échafaud. . . . HENRI MICHAUX . . .                        
Posté par emmila à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,