jeudi 15 février 2018

GEOLOGIE...Extrait

Parfois je me réveille avec un goût d’écorceen bouche, un goût qui vient de la montée des sèves.Peut-être ai-je connu un grand bonheur là-hautet dormi dans la cérémonie des branchagesquand se faisait l’accouplement des eaux du cielaprès l’hiver velu dans le tronc paternel.Peut-être dans l’enfance ou sa vaine poursuitepeut-être en ce délaissement de la lumièreai-je entendu cela qui me dit à voix basse :n’espère plus. Tiens-toi ferme dans le silence.Alors de rien, ainsi qu’un saut de truite à l’aubeje bondirai dans l’espérance, un bel... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

samedi 22 septembre 2012

LA GRILLE

Est-ce que l'amour est toujours devant cette grille Arrêté par le temps le cœur trop bref et le désert De l'âge abandonné par l'archange animal   Est-ce qu'il faut toujours déchiffrer et traduire Amour dans le langage amer ? . HENRY BAUCHAU .    
Posté par emmila à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 16 mai 2010

GEOLOGIE...Extrait

Tout est destin dans nos durées de courte paille. Tout est question, même si Dieu répond en somme. Mais dans la vraie durée, dans l’impensable espace Quelle image fait face et répond à l’énigme ? Qui pose la question du monde ? Et qui l’écoute ?.Oeuvre Léonor  Fini . Une œuvre quand elle est presque finie, on sent une chaleur, un début de rayon pour qu’on ne finisse pas. Moi, on est une espèce de presque, de pas fini. Être comme les autres, est-ce que c’est être fini ? On voudrait et le presque ne veut pas. On... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 12 mai 2010

LES MAINS LIMPIDES

Je n’aurai pas vécu dans la bénédiction de l’outil. Je n’aurai vu que les reflets de la lumière et le reflux du temps de la proximité. Je n’ai pas consenti à ma fertilité, mon lieu fut dans l’imaginaire Avec les privilèges du parleur et les propriétés du texte. Que de murs pour ne pas voir ce qui résiste, que de gants pour me préserver du vivant. Mères des mains lucides, terre formée de la matière même du soleil Délie nos mains d’images Avec tes mains de terre.. HENRY  BAUCHAU .  
Posté par emmila à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,