samedi 25 avril 2020

JE NE SUIS PAS DES VÔTRES

Je ne suis pas des vôtres… Je n’étais ni de vos armateurs ni de vos équipages lorsque de vos ports de l’Atlantique, vous affrétiez vos bateaux pour y charger du « nègre » réduit en esclavage et le transportiez vers le nouveau monde. Je ne portais pas vos uniformes quand: « Je naquis quand la patrie périssait. Vingt mille Français vomis sur nos côtes, noyant le trône de la liberté dans les flots de sang, tel fut le spectacle odieux qui vint le premier frapper mes regards… » Ma terre était rude, elle avait besoin de mes bras, de mes... [Lire la suite]

mardi 21 avril 2020

LA PARENTELE

  Je suis désormais mon père ma mèremes grands et arrières-grands parentsJe suis tous mes aïeux d'ici ou d'ailleursrecyclés dans les cellules passagères de ma chairjaillissant avec les sources de mon sangbattant les tambours brûlants en exil de l'existenceje suis cette invérifiable famille aux racines profondesrevenue des fins fonds de la nuit des tempsJe connais tous ces millions de visagesqui m'ont donné la vie transmis le secret de la morttous ces êtres dont je vois les gestes quotidiensleurs labeurs leurs liesses et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 3 avril 2019

DECLARATION

  Par la montagne bleueQui frissonne d’émotionPar le gommier rougeQui incendie les boisPar le sang des ancêtresQue promène la merJe t’aime Mon amourNe crois pas que je mensJ’ai pour toiLa tendresse des cannes où se lève mon histoireL’audace de la vague qu’épouse un rivage Le miroir oublié par les temps Ne crois pas que je mensLes vents n’ont pas dit autre choseAu moulin où tourne mon cœurAu rêve qui emprunte ta voixAu berceau fou de nos corpsJe suis ce que tu veuxQuand tu le veuxUn pays en pâtureUne jachère qui se meurtOu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 15 février 2019

NOCES A TIPASA

mardi 13 novembre 2018

MNEMOSYNE

  Hésiode nous la présente comme la mère du langage. Sœur aînée de Zeus, elle aurait, avec une patience et une intelligence hors du commun, pris le temps et la peine de nommer une à une chacune des choses du monde créé par ses parents Gaïa et Ouranos, et leur grand ancêtre Chaos. C'est une chose remarquable. Le nom des choses est la première brique de la pensée, et la pensée préside ensuite au récit. Sur les récits, s'élaborent des analyses et des analyses découlent les interprétations et leur infinie déclinaison. Sa... [Lire la suite]
vendredi 9 novembre 2018

A CET INSTANT MÊME

   À cet instant même, j’enfile cette aiguilleavec le fil d’un propos que je tais et je me mets à ravauder.Aucun des miracles qu’annonçaient les très éminents prophètesn’est advenu et les années défilent vite.Du néant à si peu, toujours face au vent, quel long chemin d’angoisse et de silences. Et nous en sommes là: mieux vaut le savoir et le dire,les pieds bien sur terre et nous proclamer les héritiers d’un temps de douteset de renoncements où les bruits étouffent les paroleset la vie en miroirs déformés.Plaintes et... [Lire la suite]

samedi 6 octobre 2018

TOUTE REVOLTE EST UN POEME

Toute révolte est un poème  Celui de la terrible intuition des hommes silencés Dont le chant d’allégresse s’élève soudain Vers des cieux approbateurs Il en est des yeux illuminés des insoumis Ouverts sur d’autres plaines Comme de leurs bouches monumentales Proférant la langue étrangère à la tyrannie Chaque voix hier encore solitaire Dessine maintenant l’image déconcertante D’un nouveau recommencement-clair-désir De métamorphose La révolte est ce poème d’étonnement de chacun à lui-même Quand il s’atteint par l’enfance... [Lire la suite]
vendredi 24 août 2018

UNE FOI POUR TOUTES

A Jean Bastien   Mon cœurveine ou déveineaura des ailesdans les montagnes et dans la plainedes hommes meurent pour la liberté L’oiseau parle une langue inconnueil n’a jamais pensé à la chancemais la chance est pour luidans les chansons mêmes de la peurla vie n’est qu’un signepour ceux qui meurent dans la nuittrahis par la clarté lunairepar les regards obstinés du soleil Il y parfois un homme qui vient d’Albanieil parle de la liberté comme d’un sein de marbreil y a des hommes qui viennent des villages perdusils... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
jeudi 5 juillet 2018

NOTRE PART D'OMBRE ET D'OR...Extrait

Cela commence à la fin d’un mondeau dernier printemps d’un monde qui va mourir.Cela surgit dans une apocalypseoù les guerriers croyaient mourir avec l’HistoireDe chair aimante aimée (du pur bonheur)de la chair déchirée (de l’onde bien-aimée)de la chair en son fond ouverte découverte(de l’âge d’or où l’être en sa plénitude dormait,où l’être en dormant se formait à naître)de la chair justifiée (et le temps, le tempsqui va se jeter sur sa proie nouvelleun instant à jamais est nié)de la chair merveille écartelée émerveilléecela cela cela... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
jeudi 28 juin 2018

AGNES SCHNELL...Extrait

Ta pensée parfoistu la sens qui se froisseet t’échappe. Tu marchessur la pointe de ton âmesur les éclats pillés de ton histoire. Quitte doucement ton fatrasce magma de trop plein de mémoirede trop vif de trop grave. Ne reste pas dans l’inachevéla parole suspenduele non-dit sur tes lèvres scellées.     .     AGNES SCHNELL     .   Oeuvre Antonio Lopez Garcia  
Posté par emmila à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,