jeudi 11 août 2011

LES OISEAUX ARRIVENT

Tout était vol sur notre terre. Comme des gouttes de sang et des plumes Les cardinaux ensanglantaient L'aurore d'Anáhuac. Le toucan était une adorable Caisse de fruits vernis, Le colibri regarda les étincelles Originales de l'éclair Et ses bûchers minuscules Brûlaient dans l'air immobile. Les perroquets illustres emplissaient La profondeur du feuillage Comme des lingots d'or vert Récemment sortis de la pâte Des marais submergés Et de leurs yeux ronds Ils regardaient un anneau jaune, Vieux comme les minéraux. Tous les aigles du ciel... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 27 juin 2011

TOMBEAU POUR NEW-YORK...EXTRAIT

Pulvérisez-vous, statues de la libertés, clous enfoncés dans les poitrines avec une sagesse qui imite la sagesse des roses. De l'Orient le vent souffle à nouveau, arrache tentes et gratte-ciel. Deux ailes écrivent :
un alphabet second se lève sur les pentes de l'Occident et le soleil est fils d'un arbre planté dans le jardin d'al-Quds. Ainsi j'attise ma flamme. Je recommence, façonne et définis : New York, femme de paille dont le lit se balance de vide en vide. Et voici que le plafond se délite : toute parole est signe de chute,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 3 mai 2011

LE JEU DE LA VIE

Le jeu de la vie, ses poids et ses mesures, tous ces mots que l'on ne comprend pas   dans l'atelier du temps,   la longue nuit qui précède la brise et les rayons lumineux d'un enfantement…    Devant tout cela, les hommes ont besoin du calcul et des chiffres, même lorsqu'ils se perdent dans la mathématique de l'infini,    mais qui sait déchiffrer le chant profond, la longue histoire - et si courte, de chacune de nos vies ?    Qui sait comment lancer la toupie du mystère ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 15 avril 2011

LETTRE OUVERTE D'ERNEST PEPIN

Comme de nombreux Guadeloupéens, je suis fasciné par cet homme qui a réussi à faire entrer un noir à la maison blanche. Les commentaires élogieux pleuvent de partout. C’est l’état de grâce bien mérité. Pourtant une petite voix me souffle : et nous ?Et nous guadeloupéens qu’avons-nous fait ? Que faisons-nous ? Que ferons-nous ?Passé les brûlures de l’esclavage, passé les interminables débats sur l’identité, passés négritude et créolité, comment devons-nous aborder le XXIe siècle dans une perspective qui soit la notre.Je ne renie aucune... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 13 mars 2011

MAHMOUD DARWICH

J'ai du travail  faire sur la géographie des volcans de la désolation Aux ruines du temps de Loth A celui d'hiroshima Comme si je n'avais encore jamais  vécu Avec une soif qu'il me reste à connaître Peut-être Maintenant s'est-il éloigné Et qu'Hier s'est rapproché Alors je prends la main de Maintenant Pour marcher à la lisière de l'histoire Et éviter le temps cyclique Avec son chaos de chèvres de montagne Comment mon Demain peut-il être sauvé? Par la vitesse du temps électronique Ou par la lenteur de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 8 mars 2011

L'HISTOIRE DE L'ART A TRAVERS L'IMAGE DE LA FEMME

Posté par emmila à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 22 janvier 2011

L'ARBRE DE FER FLEURIT...Extrait

  (...)             Je n'ai jamais cessé de marcher               vers mes racines d'homme               sans sourciers, sans boussole               sauf ma colère puisée dans le poumon du peuple               et les clameurs inédites de l'histoire               sauf... [Lire la suite]
jeudi 28 octobre 2010

PARCOURS

 Tu n'as qu'une histoire.                  Ton histoire incommensurable.                   Elle s'étend à perte d'étonnementsans perfectiondans les couloirs de la passion.               Ton histoire est précieuse.              Moi, j'exige de toiun silence.Pas de ce silence des états communsaux aguet du moindre... [Lire la suite]
jeudi 7 octobre 2010

LE TUMULTE DES PIERRES

. C'est avec solennité et beaucoup d'émotion que je reproduis ici ce texte, cette contribution de Pierre-Yves ORTOLI . Il est des vérités à ne pas enfouir, à ne pas saccager, des constats amers qui forgent et confortent hélas une modernité intransigeante et sectaire dont on aurait souhaité qu'elle ne fût jamais possible tant elle sévit et s'exprime à travers tous les extrêmes de la négation. Entre le tumulte des pierres, un passé défait et disjoint, un avenir sans racines ou tout simplement dépossédé au quotidien des... [Lire la suite]
lundi 23 août 2010

JUSTIFICATION DE L'ATTENTE...Extrait

(...) Jadis tout avait un sens: et l'ombre et la lumière. Aujourd'hui tout n'est plus que justification: pour l'ombre comme pour la lumière.( Mais quelle science exacte peut répondre du silence majeur au faîte du clocher ? ).L'ombre - les ruines répandues et, parmi elles, les statues de nos folles croyances. Suspendues dans le silence: les pierres contre le temps, combat qui n'existe que par ma présence. Je nomme le néant et l'attente se peuple de feux follets imaginaires. Chaque mot se débat avec un cri - son double - : les pierres... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,