lundi 7 février 2011

ANDREE CHEDID....HOMMAGE

« Je relève d’un pays où personne ne règne. Un pays sans fanion, sans amarres. Le Nil à mes yeux contient tous les fleuves. (…) Je n’éprouve pas et je n’ai jamais ressenti le besoin d’un dessein final, la soif d’une certitude, cette passion terrible des hommes pour les vérités intangibles, et auxquelles ils sacrifient tout. Au contraire, j’aime le mystère de la condition humaine, l’énigme est le langage même de la vie et je me suis toujours vécue de passage dans ce mouvement. C’est comme ce fleuve, qui ne s’arrête pour personne et qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 4 février 2011

HOMMAGE ...EDOUARD GLISSANT

Si la nuit te dépose au plus haut de la mer N'offense en toi la mer par échouage des anciens dieux Seules les fleurs savent comme on gravit l'éternité Nous t'appelons terre blessée ô combien notre temps Sera bref, ainsi l'eau dont on ne voit le lit Chanson d'eau empilée sur l'eau du triste soir Tu es douce à celui que tu éloignes de ta nuit Tel un gravier trop lourd enfoui aux grèves de minuit J'ai mené ma rame entre les îles je t'ai nommée loin avant que tu m'aies désigné pour asile et souffle je t'ai nommée Insaisissable... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 15 janvier 2011

LE CRI DU COEUR

Avenue Habib Bourguiba. Hier, sous le couvre-feu, un homme sort dans la rue. Il lance un de ces cris intraduisibles qu’on n’oublie jamais. J'essaie de  le traduire tel quel pour lui dire mon amitié.Jalel El Gharbi . Personne ne nous l’a donnée Nous l’avons arrachée notre liberté Le peuple tunisien a arraché sa liberté Le peuple tunisien s’est payé sa liberté Vive le grand peuple tunisien Vive la grande Tunisie Vive la Tunisie libre Vive la grande Tunisie Hommes libres de Tunisie Vous voilà affranchis Il n’y a... [Lire la suite]
samedi 11 décembre 2010

A VICTOR JARA

Nus pieds le vieux paysan, dos courbé, travaillait déjà la terre était grise comme un sang séché   Nus pieds comme le sont les travailleurs sans terre un enfant regardait   Chante chante paysan le sel de tes yeux n’abreuvera pas le champ Chante chante l’été encore voûtera ton dos Chante chante paysan la terre grise déjà t’attend     Dansait dansait l’enfant qui ne savait pourquoi le soleil brûlait l’enfant qui ne savait pourquoi le maïs mourait Dansait dansait le fils qui demandait   Père, qui veux-tu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 4 juillet 2010

LAURENT TERZIEF....HOMMAGE

    Alors vous l'aurez délivré  de tous les automatismes et rendu à sa véritable liberté.Alors vous lui réapprendrez à danser à l'envers comme dans le délire des bals musette et cet envers sera son véritable endroit .. ANTONIN  ARTAUD   . Un très bel article de Gil Pressnitzer sur le site ESPRITS NOMADES .   « On n’éclaire pas sans brûler » disait Nicolas de Staël, et Laurent, immense charbon noir, aura tant et tant brûlé pour nous faire lumière et nous apporter le feu volé aux dieux et surtout... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 15 mai 2010

LE SEPTIEME SOMMET...Extrait

 J'ai pour te bâtir un tombeau           des mots du soleil et des rêves,           rien qui appartienne au poids du monde rien qui t'impose une mort enchaînée,           rien qui ralentisse ta course plus haut           que tous les sommets.   Tu vois je t'invente           un tombeau sans dorure,           sans marbre ni couronne, je t'élève... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 13 mars 2010

HOMMAGE....JEAN FERRAT

Maria avait deux enfants Deux garçons dont elle était fière Et c'était bien la même chair Et c'était bien le même sang Ils grandirent sur cette terre Près de la Méditerrannée Ils grandirent dans la lumière Entre l'olive et l'oranger C'est presque au jour de leurs vingt ans Qu'éclata la guerre civile On vit l'Espagne rouge de sang Crier dans un monde immobile Les deux garçons de Maria N'étaient pas dans le même camp N'étaient pas du même combat L'un était rouge, et l'autre blanc Qui des deux tira le premier Le jour où les fusils... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 30 mai 2009

HOMMAGE A LA MEMOIRE DE TAHAR DJAOUT, MON PERE

Le 26 mai 1993, Tahar Djaout a été victime d’un lâche attentat terroriste. Il succombera à ses blessures le 2 juin 1993 à l’hôpital de Baïnem. Il était journaliste, poète, écrivain et l’un des fondateurs du journal Ruptures. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Solstice barbelé (poèmes), l’Arche à vau-l’eau (poèmes), l’Exproprié (roman), l’Oiseau minéral (poèmes), l’Étreinte du sablier (poèmes), les Rets de l’oiseleur (nouvelles), Chercheurs d’os (roman), l’Invention du désert (roman), les Vigiles (roman) et Dernier Été... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 27 octobre 2008

SHEKINAH

                   Le regard d’une femme : voilà ce qui règne sur son cœur en secret. Dans la solitude dans les vains combats du jour il est couronné de présence Mais parfois le regard s’éloigne ou le rêve peut-être ? Où s’est retirée la force de vivre ? Que revienne, que revienne le temps de la joie que s’éloigne cette fois le temps de la peine !.ALAIN  SUIED .
Posté par emmila à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 16 septembre 2008

A FEDERICO GARCÍA LORCA

Español, español,saca los pechos y ponte al sol!Llévate a cuestas la casa;el vivido es lo que pasay se queda el porvivir.Mañana será otro día;cada día su alegríacon su pena de sufrir.Cada día su mañanacon la santísima ganade cantar.Quién nos quita lo vivido?En el seno del olvidoel descanso de soñar! . MIGUEL DE UNAMUNO .
Posté par emmila à 15:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,