dimanche 16 juillet 2017

POEMES....Extrait

Les enfants ce sont des hommes petits et rien d'autre. Les vrais enfants ce sont des hommes fatigués d'être des hommes. Fatigués d'être debout sur les années, voici qu'ils veulent descendre. Ils balancent les livres les fusils les maisons les chapeaux les ornements les couteaux - asolument tout ! - et ils jouent au moineau et au vent, au si léger flocon de neige. Ils jouent à mourir.     .   I bambini sono uomini piccoli, e nulla più. I veri bambini sono gli uomini stanchi di essere uomini. Stanchi di... [Lire la suite]

mardi 21 février 2017

UGARITICA

Au bout de mes doigts je détiens ces blancs oiseaux cunéiformes mon souffle mon amour mon désir voyageur ces oiseaux effilant le loin fortuits & brefs dans l'incessant combat du feu & de la mer ces moments d'ailes donnant ciel à mes mots insoucieux de moi lointains déjà comme les vagues & le vent & miens oh rythmiquement miens   Dans la cendre & le sable à ce delta du temps Alasia Samara appelant de leur nuit la source que nous serons peut-être   Creusant ameublissant le sens trembler de ne sauver... [Lire la suite]
dimanche 8 décembre 2013

UN ARBRE, UN HOMME...

On se désaltère à la bouche de la langue. Les lèvres du vieil homme aux cheveux blancs sont recouvertes de terre depuis trente années. Celles d’un autre remuent plus vivement depuis quinze ans. Combien de fois image-t-il sa vieillesse ou sa mort dans cette écriture réceptacle ? La seule scène de la grande Absence serait celle d’un effondrement du corps à terre, sur une des allées du jardin, la main portée au cœur dans une vive douleur, un cœur dans un étau qui se resserre sûrement. Une pierre au cœur, juste avant de céder. La... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 27 septembre 2013

FRERES DE TERRE

Je n'ai pas de frères de race, J'ai des frères de condition, des frères de fortune et d'infortune, de même fragilité, de même trouble et pareillement promis à la poussière et pareillement entêtés à servir si possible à quelque chose à quelqu'un , même d'inconnu, à quelque frère de même portée, de même siècle, ou d'avenir...   Je n'ai pas de frères de race, ni de religion, ni de communauté, pas de frère de couleur, pas de frère de guerre ou de combat, je n'ai que des frères de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 24 novembre 2012

CE QUE J'ETANCHE

Je m’habitue aux mouvances Du voyage et N’entends plus rien que le souffle de la monture   Et puis ce que je vois    Je vois un peuple cendré D’irrévérence Dans la plaie   uni Trente mille morts ici Et la marche pèlerine Se lève et le torrent, ailleurs   Je vois l’onde   morne et symétrique Les déchirements d’Abraham puis Les terrassiers Fouettant les bandes L’enchaînement des faits Se lève et le torrent, ailleurs    L’étincelle du peuple S’enfle et dore à la noce ... [Lire la suite]
vendredi 2 novembre 2012

FEMMES ET HOMMES

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents,Ne vous laissez pas attacher,ne permettez pas qu'on fasse sur vous des rêves impossibles...On est en Amour avec vous tant que vous correspondez au rêve que l'on a fait sur vous,alors le fleuve Amour coule tranquille,les jours sont heureux sous les marronniers mauves,Mais s'il vous arrive de ne plus être ce personnage qui marchait dans le rêve,alors soufflent les vents contraires,le bateau tangue, la voile se déchire,on met les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 1 juillet 2012

HOMMES ET BÊTES...Extrait

On dit que l'amour de l'humanité est la plus grande des vertus. Je l'admire et je sais qu'elle est l'attribut des esprits nobles. Mon âme est trop petite, mes pensées survolent la terre de trop près, pour jamais atteindre si haut, et je dois avouer que plus je vis, plus je m'éloigne de cet idéal. Je mentirais si je disais que j'aime les hommes. Mais j'aime les animaux, les animaux opprimés et méprisés, et il m'est égal que les gens se moquent de moi, quand je dis que je m'entends mieux avec eux qu'avec la majorité des gens que je... [Lire la suite]
mercredi 20 juin 2012

GHETTO

Pourquoi m'enfermerai-je dans cette image de moi qu'ils voudraient pétrifier ? pitié je dis pitié ! j'étouffe dans le ghetto de l'exotisme non je ne suis pas cette idole d'ébène humant l'encens profane qu'on brûle dans les musées de l'exotisme je ne suis pas ce cannibale de foire roulant des prunelles d'ivoire pour le frisson des gosses si je pousse le cri qui me brûle la gorge c'est que mon ventre bout de la faim de mes frères et si parfois je hurle ma souffrance c'est que j'ai l'orteil pris sous la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 7 mars 2012

EXIL DE LA POESIE...Extrait

à CEA Andersen blessantes les ailes de la vérité il y a des paradigmes perdus des non-sens pernicieux une place pour la vacuité et des mots qui s'aiguisent il y a des hommes étoilés sur des routes d'exode ne laissant derrière eux qu'une trace légère si légère qu'on n'y prête guère d'attention et pourtant ils ont mesuré l'infini l'absence s'écoule entre les rives du fleuve céleste où le temps s'est noyé. . ANDRE CHENET . Oeuvre ?  
Posté par emmila à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 29 février 2012

LENINGRAD...Extrait

Pour les siècles futurs et pour leur gloire altière, Pour l'altière tribu des hommes, J'ai dû renoncer  ma coupe au festin de mes pères.  A ma joie et  mon honneur.   Sur mes épaules le siècle loup-garou s'élance, Mais je ne suis pas un loup par le sang de mes veines. Enfouis-moi plutôt comme une toque dans la manche De la brûlante pelisse des steppes sibériennes.   Que je ne voie ni le poltron, ni la fange malléable, Ni sur la roue les os ensanglantés, Mais que toute la nuit brillent les renards... [Lire la suite]