vendredi 8 mai 2020

SETIF, GUELMA, KHERRATA, L'AUTRE 8 MAI 1945

Un mardi pas comme les autres. Il y a 75 ans jour pour jour, le 8 mai 1945, tandis que la France et ses alliés célèbrent avec fierté leur liberté marquant la fin du nazisme, d’autres en sont privés. De l’autre côté de la Méditerranée, dans une Algérie française, un rassemblement pacifiste est organisé à Sétif, une ville du Constantinois, située à 300 km à l’est d’Alger.  La manifestation est autorisée sous certaines conditions : les slogans politiques sont proscrits et le drapeau algérien y est... [Lire la suite]

samedi 25 avril 2020

JE NE SUIS PAS DES VÔTRES

Je ne suis pas des vôtres… Je n’étais ni de vos armateurs ni de vos équipages lorsque de vos ports de l’Atlantique, vous affrétiez vos bateaux pour y charger du « nègre » réduit en esclavage et le transportiez vers le nouveau monde. Je ne portais pas vos uniformes quand: « Je naquis quand la patrie périssait. Vingt mille Français vomis sur nos côtes, noyant le trône de la liberté dans les flots de sang, tel fut le spectacle odieux qui vint le premier frapper mes regards… » Ma terre était rude, elle avait besoin de mes bras, de mes... [Lire la suite]
dimanche 5 avril 2020

A TE...

À TOI qui meurs en EHPAD .!!!. Seule..Seul.À TOI, à qui, "ILS" ont volé le dernier pan de vie.Vargogna à elli...les rapaces.Les chiens.! .(Fisichella et Lily excusez moi, vous les valez cent fois). Toi ma sœur..Toi mon frère.. Toi son Père.. Toi sa Mère..Toi sa Grand Mère..Toi son Grand Père.. Toi mon cousin, ma cousine, Toi mon voisin, ma voisine..Toi mon inconnu..Toi ma si belle et si tendre inconnue ...je VOUS aime.-Je vous aime VOUS si belles et si beaux aux cheveux blancs si blancs.-Je vous aime VOUS , qui pour certains encore,... [Lire la suite]
vendredi 1 novembre 2019

ANNA MARIA CARULINA CELLI

J'ai oublié la cruche d'eau claireJ'ai oublié la tranche de pain lourdLes noix et les châtaignesAu bord de la fenêtreJ'ai même oublié les prièresEt ce matin il pleutNoyés sous la brumeLes oiseaux n'ont pas chantéPour apaiser mon réveilJ'ai oublié de nourrir mes mortsVergogne à moi !J'irai frotter mes pieds nus sur les rochesJ'irai verser mon sang sur les autels de pierreJ'irai mendier la pitié de l'aigle silencieuxJe frôlerai la lisière des ravinsDe grâce, que la mort ne m'attrape pas!J'étais rentrée de la merLes doigts pleins de... [Lire la suite]
jeudi 4 juillet 2019

REPONSE DE WILFRID LUPANO AU MINISTRE DE LA CULTURE

Monsieur le ministre,     À ma très grande surprise, vous m’avez adressé la semaine dernière un courrier pour m’annoncer que vous me décerniez le grade de chevalier des arts et lettres. Je vous remercie de cette délicate attention, mais j’ai bien peur de devoir refuser cet « honneur ». Déjà, spontanément, je n’ai jamais été très excité par les médailles. Pierre Desproges disait « les décorations, c’est la libido des vieux ». Je me plais à penser que je n’en suis pas encore là. Il y a... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 18 février 2019

LA HONTE...

"Je crois qu'un des motifs de l'art et de la pensée c'est une certaine "honte d'être un homme". L'homme, l'artiste, l'écrivain, qui l'a dit le plus profondément c'est Primo Levi : "Quand j'ai été libéré, ce qui dominait, c'était la honte d'être un homme." C'est une phrase à la fois très splendide, très belle, mais ce n'est pas abstrait, c'est très concret, la honte d'être un homme. Mais elle ne veut pas dire les bêtises qu'on risque de lui faire dire. Ça ne veut pas dire que nous sommes tous des assassins, ça ne veut... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 9 février 2019

SUPPLIQUE

Je vous prie Qu'on me lave d'eau douce, celle du puits où dort la salamandreTout au fond du jardin près du figuier à l'ombre mortelleQu'on me lave de pluieCelle tombée qui fait bouger la terre de miracles légersJe vous prie,Qu'on me lave de neige, de grêle,Et du flot de la mer que je ne reverrai pas,De l'eau des larmes que j'ai pleurées quand je pleurais encoreDe ce que vous n'avez pas touchéQu'on me lave, nue,Du vin, du sang, des paroles, qu'on me laveDe la puanteurOn donne, on reprend, je ne sais rien de la tête des hommesDe ce qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 18 juillet 2018

ANNE MARGUERITE MILLELIRI

Il y a ce ravageque la raison écarteun temps ; il y ace grésil craché du ciel, et l'aile alourdie de cendre est sang sec ; les eaux mêlées du fleuve viese figent dans les veines. La vérité est blanche ou noire ;solarisée, la vérité crève les yeux :dans le réduit cubique de la question,la lumière blanche ensanglante les murs,la tache noire au fond de l'oeilabsorbe le cri,le lisse, le lyse,le silence-on-tue ; le silence honteuxdéchette. Ici naît l'homme-guenilled'âme sans mémoire.Sur la terre piétinée pousse l'herbe... [Lire la suite]
jeudi 22 février 2018

MOMENT VITAL

Plus que deux mots Dans ma besace de misère, à côté du couteau au manche d’olivierDont j’ai tordu la pointe dans je ne sais quelle rencontreEt de la ficelle, du mouchoir bleu, à plonger dans la merQu’il devienne rougeDe ces hontes dont nous détournons les yeuxNe sont ils pas de notre espèce, ceux qui nagent, s’étouffent et s’enfoncent,Et sont ce des statues ces enfants pétrifiés couverts de cendreDans des villes crevées par les bombes vendues par nos pays ?Quels pays ? nous n’en sommes plus que les esclaves muets,Pendant ce... [Lire la suite]
mardi 1 août 2017

CARLO BORDINI...Extrait

Il y a quelque chose d’obscène Nous qui sommes tout entier recroquevillés dans nos rêves nous savons que Il y a quelque chose d’obscène dans les rêves d’autrui Il y a quelque chose d’obscène qui consiste dans le fait que les rêves d’autrui sont / absurdement / et épouvantablement pareils aux nôtres et dévoilent la honte de nos rêves privés leur petitesse infantile leur caractère honteusement (pour nous) préfabriqué et puisque ils sont tous pareils nous sommes jaloux d’eux et nous les haïssons quand nous savons qu’ils sont rêvés par... [Lire la suite]