dimanche 20 novembre 2022

SUR L'ATLAS DES MOTS... Extrait

Mes frères de l’ocre, des dunes et du sableMes frères de la jungle et du désertMes frères de l’argile et de la pierre tailléeMes frères du pain nu et de l’eau saléeMes frères du dromadaire et du chevalMes frères des canots et des piroguesMes frères de la joie et de la souffranceMes frères du langage psalmodié du bout des lèvresMes frères de voyage et des traversées périlleusesMes frères de la vie que l’on malmèneMes frères du sein qui nous enfanteMes frères du toit qui nous rassembleMes frères d’accueil et de cœurAh ! Mes chers frères... [Lire la suite]

samedi 22 octobre 2022

LES CHANTS DE MALDOROR - CHANT 1er

« Oui, je sens que mon âme est cadenassée dans le verrou de mon corps, et qu'elle ne peut se dégager, pour fuir loin des rivages que frappe la mer humaine, et n'être plus témoin du spectacle de la meute livide des malheurs, poursuivant sans relâche, à travers les fondrières et les gouffres de l'abattement immense, les isards humains. Mais, je ne me plaindrai pas. J'ai reçu la vie comme une blessure, et j'ai défendu au suicide d'en guérir la cicatrice. Je veux que le Créateur en contemple, à chaque heure de son éternité, la crevasse... [Lire la suite]
samedi 15 octobre 2022

CONFIDENCES A CAMUS

Je me confie à toi, Camus, à Lourmarin, dans ce minuscule village de Méditerranée suspendu entre les champs de lavande et le cri incessant des grillons ; ici où le sel de mer et le miel du raisin et des cerises continuent, malgré le cœur froid des hommes, de répandre leur ivresse sur ta tombe et sur cette terre qu’auraient aimée Nietzsche, Dionysos et Ulysse. . En apparence, nous ne sommes pas faits de la même laine, mais quand je consulte les pages de ton histoire, j’y trouve d’amples ressemblances entre nos blessures et... [Lire la suite]
jeudi 28 juillet 2022

LA MAISON DE KANT, CONTE MORAL...Extrait

"Ainsi le philosophe, celui qui s'est donné la peine de penser, éprouve un chagrin infini: il voit les hommes, en hordes innombrables, s'entretuer, s'exterminer avec rage, poussés par on ne sait quel désir sanguinaire; il voit les Etats entrer en guerre, prôner les massacres et les pillages, lancer leurs citoyens dans des aventures sans espoir; il voit enfin les hommes les plus courageux trembler devant la mort, eux qui gémissaient du calvaire de leur propre vie. A quoi sert-il de penser, se demande-t-il; à quoi sert-il d'ordonner le... [Lire la suite]
mardi 7 juin 2022

J'ÉCRIS

J'ÉCRIS parce que l'âme peut mourir avant le corps. J'ÉCRIS pour que l'on entende hurler le silence de l'innocent. J'ÉCRIS pour faire aimer la vie. J'AI PEUR que si nous, les poètes, cédant aux pressions de la boue, aux chantages du désespoir, cessions de chanter la beauté possible hors des bruits de ce temps, J'AI PEUR que notre monde ne soit plus vivable et que, définitivement, l'homme soit inutile. . . . . . ARMAND MONJO . . . . Oeuvre Maryam Lamei Harvani
Posté par emmila à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 6 juin 2022

CARNET DU 23 AOÛT 2O21

Alors que j’approchais du sanctuaire Je me suis reposé au pied d’un arbre Il était bien plus grand poète que moi Sa poésie lue par le vent et les libellules Moi je cherche simplement un lieu Où je pourrais me reposer sans crainte J’ai traversé l’amitié des êtres profonds J’ai nommé les uns - j’ai inventé des noms J’ai serré dans mes bras la meilleure part Des humains – J’ai pleuré de joie et de chagrin Mais l’arbre est bien plus grand poète que moi Je dois aux sources l’humilité et la diction Car je... [Lire la suite]

samedi 4 juin 2022

HILDEGARDE DE BINGEN...Extrait

Merci à Ananda . . "Dans le cosmos toutes choses sont interdépendantes, de sorte que le moindre de nos faits et gestes a des répercussions jusqu’aux frontières même de l’univers. La nature de ces répercussions dépend évidemment des actes eux-mêmes : s’ils sont positifs, ils agissent dans le sens de la régénération de la vie. S’ils sont négatifs dans le sens de sa destruction.'' - "L’énergie de nos actes se répand dans l’univers tout entier et l’univers, en retour, renvoie cette énergie vers la terre et jusqu’en chaque... [Lire la suite]
jeudi 2 juin 2022

BESOIN D'IMMENSITE -662

Profitant de l’inattention du cielPour invoquer l’inconnuNues et désentravées comme une aubeSe lèvent mes penséesJ’aime à n’être pas immortelCela donne accès à l’humanitéL’être a besoin d’immensitéDe s’y fondreJamais seul avec les étoiles sans nombreSur les sommets enneigés du monde De mon âme solitaire recouvrant les déserts La terre est mon trône, le palais de ma vie, la demeure de mon cœurCette terre chaude qui hante mes mains et mes lèvresQui s’effrite entre mes doigtsDernier berceau pour mon corps... [Lire la suite]
jeudi 2 juin 2022

CE QUE JE SAIS - 697

Que savons-nous des larmes de l’arbreDe la couleur du sang de la pierreLes âmes des corps célestes sont-elles éternelles.Que savons-nous du désir des trous noirsDe l’épuisement de la terre à la tâche perpétuelleLes mystères sont-ils des entités.Que savons nous vraiment de nousDe notre présence les uns auprès des autresY a‑t-il une ligne qui relie toutes nos existences ...??? . Moi je sais les pleurs des animauxLa sensibilité extrême des végétauxLa souffrance des montagnes à émerger.Je sais que le papillon ignore qu’il... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 1 juin 2022

LE SIECLE DE LA PEUR...Extrait

Naturellement, ce n'est pas la première fois que des hommes se trouvent devant un avenir matériellement bouché. Mais ils en triomphaient ordinairement par la parole et par le cri. Ils en appelaient à d'autres valeurs, qui faisaient leur espérance. Aujourd'hui personne ne parle plus (sauf ceux qui se répètent), parce que le monde nous paraît mené par des forces aveugles et sourdes qui n'entendront pas les cris d'avertissements, ni les conseils, ni les supplications.  Quelque chose en nous a été détruit par le spectacle des années... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,