mardi 13 novembre 2018

MNEMOSYNE

  Hésiode nous la présente comme la mère du langage. Sœur aînée de Zeus, elle aurait, avec une patience et une intelligence hors du commun, pris le temps et la peine de nommer une à une chacune des choses du monde créé par ses parents Gaïa et Ouranos, et leur grand ancêtre Chaos. C'est une chose remarquable. Le nom des choses est la première brique de la pensée, et la pensée préside ensuite au récit. Sur les récits, s'élaborent des analyses et des analyses découlent les interprétations et leur infinie déclinaison. Sa... [Lire la suite]

mercredi 7 novembre 2018

SI PARMI VOUS UN JOUR JE MOURAIS

 Si parmi vous un jour je mourais mais mourrai-je jamaisne récitez pas sur mon cadavredes versets coraniquesmais laissez-les à ceux qui en font commercene me promettez pas deux arpents de paradiscar je fus heureux sur un seul arpent de terre. Ne consommez pas le troisième jour après ma mort le couscous traditionnelce fut là en effet mon plat préféréne saupoudrez pas ma tombe de graines de figuespour que les picorent les petits oiseaux du cielles êtres humains en ont plus besoin. N'empêchez pas les chats d'uriner sur ma... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 10 octobre 2018

LA REDEMPTION DES PEUPLES...Extrait

Un enterrement à Calvi Sur la place de l'église balayée par un vent violent, des dizaines de personnes venues de tout endroit de Corse et en particulier de Castagniccia attendaient le malheureux. J'étais à deux pas du cercueil et devant moi le prêtre officiait face à la foule. Que disait-il? Après avoir parlé du défunt, il lui promettait ou il espérait pour lui une vie dans l'au-delà.J'étais atterré, angoissé par cet enfermement. Moi qui savais et qui devais encore me taire, supporter encore une fois le vieux supplice de l'égarement... [Lire la suite]
mardi 10 juillet 2018

DAVID DIOP...Extrait

Aux gouvernements du monde...   ... Le peuple que l’on traîne  Traîne et promène et déchaîne à travers les théâtres  électoraux  Le peuple que l’on jette en pâture  Dans les champs avides de boucherie  Le peuple qui se tait  Quand il doit hurler  Qui hurle quand il doit se taire  Le peuple lourd de siècle de servitude  Sur ses épaules de bon géant  Le peuple que l’on caresse  Comme le serpent caresse sa proie  Mais le peuple qui se soulève  Se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 10 juillet 2018

MON CORPS ET MOI...Extrait

 Je ne recollerai pas les morceaux du souvenir. Le ciel craquelé des puzzles ne ressuscite point la féerie. Ce que je me suis rappelé ne m'a jamais donné l'impression de vie que par de nouveaux regrets suscités. Aussi, de tous les hommes, les plus tristes et les plus malheureux m'apparaissent ceux qui naquirent doués des meilleures mémoires. Ils ne triomphent point de la mort mais, par la plus inexorable fatalité, chaque transsubstantiation qu'ils essaient, au lieu de prolonger leur passé, tue leur présent. Victimes de leur... [Lire la suite]
dimanche 8 juillet 2018

DERRIERE LA PORTE

Un jour sur terre, le swing de la misèreDégoulinant de l’étagère à ampères Illuminera les dernières miettesLes restes d’un festin et les verres videsDe la clémence enlacée en paupiettesSur la table « nostre » dépitée de lipidesLe flux du pain chaud aux rizières du pauvreLe combat du ventre chez le concierge du criDes images flottent entre les dents du loupCe n’est pas chez toi, mais chez les autresCe n’est pas du blé, cela ne fait pas un pli Des images flottent encore où l’hostie n’est plus La souffrance efface la... [Lire la suite]

dimanche 7 janvier 2018

NOËL...

J’en ai assez de votre bonne conscienceJ’en ai assez Messieurs-je-sais-toutJ’en ai assez de votre omniscienceJ’en ai assez de vos airs de toutouJ’en ai assez Voici Noël et ses marchands du templeVoici Noël et ses soldes à deux sousVoici Noël et ses feux qu’on contempleVoici Noël, la misère en dessousVoici Noël Qu’a-t-on gardé de la Nativité ?Qu’a-t-on gardé du mystère divin ?Qu’a-t-on gardé de la céleste cité ?Qu’a-t-on gardé du sang changé en vin ?Qu’a-t-on gardé ? On m’avait appris naguère le miracleOn m’avait appris le visage... [Lire la suite]
jeudi 8 juin 2017

J'OUBLIE

J'oublie Gaza la Tchétchénie Guantanamo. J'oublie les écoles incendiées et les enfants brûlés vifs les parents aux yeux éteints - d'où toute lumière a soudain disparu. J'oublie les enfants bourrés de résidus chimiques ceux qui à chaque instant frappent à la frontière d'une vie inconnue. Mais personne ne leur ouvre. J'oublie le fanatisme des matches de football l'éternelle bousculade les braillements des spectateurs qui veulent leur mamelle. J'oublie ceux qui luttent pour davantage de vacances davantage de temps sans les... [Lire la suite]
jeudi 1 juin 2017

DEDICACE

Au politique de charge, couard façonnier du verbe hautIndu et imbu de bluff, rapace de ses ailerons de gerfautMaître dans l’art de convertir la plaisanterie mortifianteEn requête initiale des valeurs bêtes dites constantesAu diplomate truqué de chics qui musarde le culotDans les hauts lieux des enjeux et de l’hypocrisieCravate pendante de sa mine pimbêche de GodillotEt qui guinche luron comme un Arlequin de comédieAux avocats fesse-mathieux, façonniers de l’esquiveHâbleurs confirmés dans les calculs ascensionnelsEt les vilenies en... [Lire la suite]
jeudi 27 avril 2017

LA QUESTION D'INDIVIDU !

Dans Paris, tu pisses tes bières en vociférant ta réussite sociale en prétentieux frimeur et quand ton aide est sollicitée alors qu’un enfant souffrant a besoin de soins, tu souris d’ironie car tu y vois une arnaque burlesque et compliquée ; il ne faut donc pas chanter le vaudeville et tant pis si l’enfant gémit seul comme un poulain pendu dans la détresse de sa maman. Mais, quand un chef politique parle de petites escarmouches lancées à son endroit par la localité bancaire qui l’a enrichi, tu te déchaînes à son secours d’une volonté... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,