samedi 5 octobre 2019

LIERRE...Extrait

Il me touche qu’on ne te dise ni herbe ni arbre,végétal si vivant, métèque partout à jamaisdont comme les bourgeons de rosier les pousses sont tendres.Est-ce une faute que vivre sur de tels entre-deux ?Est-il condamnable d’échapper à toutes les normes,de s’espérer libre de se sentir chez soi partoutet de ne s’enfermer nulle part dans le vaste monde,avec l’itinérance pour unique identité ?Mal toléré de ceux qui redoutent ta différence,intégré à la seule catégorie du Vivantsans aucun support autre que celui de la naturequi jamais ne te... [Lire la suite]

vendredi 8 mars 2019

MARIANNE WILLIAMSON

Notre peur la plus profonde n'est pas d'être nul ou incapable notre peur la plus profonde c'est d'être puissant au-delà de toute mesure.Nous nous demandons:"Qui suis-je pour être brillant,talentueux, génial ? "Mais la vraie question devrait dire :"Qui êtes-vous pour ne pas l'être ? "Vous êtes un enfant de la Vie.Rester jouer dans votre école maternelle n'offre aucun service au monde d'aujourd'hui.Il n'y a rien de sain ou d'illuminé à vous rétrécir et à vous cacher pour ne pas insécuriser votre... [Lire la suite]
samedi 10 novembre 2018

LES RICHESSES DANS LE DESERT. SUR LES ROUTES DE LA MEUSE ET DE L'ARGONNE

 "Quatre ans. Ils ont vécu là quatre ans. Ils ont vu, pendant quatre ans, se lever sur ces collines inexorables le jour tardif de décembre et quelquefois le soleil d'hiver qui se soulève à peine au-dessus de l'horizon. Pendant quatre ans, ils ont vu chacun de ces puits d'eau recevoir et vomir le feu... Ils comptaient les retours des saisons, du fond de ces terriers forés au bas de la colline... Quel grand coeur d'homme, quel coeur surmené d'adolescent battit sous ce hutteau de guetteur ? Le soldat qui trouva la mort ou le salut... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 19 octobre 2018

CHRONIQUE D'HIVER...Extrait

Merci à Marie-Paule et Raymond Farina   Tu aimerais savoir qui tu es. Comme tu n'as pas grand chose pour te guider,  voire rien, tu supposes que tu es le résultat de vastes migrations préhistoriques, de conquètes, de viols et d'enlèvements, que les longs et tortueux croisements entre les membres de ta horde ancestrale se sont multipliés sur de nombreux territoires et royaumes, car, après tout, tu n'es pas la seule personne à avoir voyagé - des tribus entières d'êtres humains se sont déplacées sur toute la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 21 septembre 2018

RIVES EN CHAMADE...Extraits

Méditerranéenne je suisPar ma silhouette et ma peau mâtinéeKabyle par les épices de mon regardCorse par les sonorités de la langueKabyle-corse par la cuisine rougeUnie par l'arba barona et le cumunuFrançaise par Villon et Louise MichelFardée par toutes les intempériesJe suis femme     ...   Piège du sirocco et di a tramuntana détournés Je m'engouffre dans les rêves qui incisent l'horizonConfins déplacés je scrute l'espoir qui m'espionneA califourchon entre Bavedda et le DjudjuraCrainte blottie dans les grottes de... [Lire la suite]
jeudi 20 septembre 2018

LA HAINE EST FAITE DE SENS COAGULÉ

1 – de la nature   L’apparition dans le lexique juridico-politique, social et institutionnel d’un terme jusqu’ici propre au registre affectif ne peut pas manquer d’attirer l’attention. Les lois et les discours sur la société et les mœurs touchent rarement aux affects. On parle du mariage, des rapports sexuels licites ou illicites, des rapports qui peuvent donner lieu à des « conflits d’intérêt » mais on ne parle pas d’amour ni d’amitié. On parle d’injure, d’outrage ou de diffamation, mais récemment encore on ne parlait pas de «... [Lire la suite]

mardi 28 août 2018

LES PLUMES D'EROS...Incipit

Désormais, l’état lumineux a changé d’orientation : il est à présent isolé et n’ouvre que sur lui-même. Si j’essaie d’en préciser la nature, je n’aperçois que sa ressemblance avec l’espace qu’autour de moi ouvre le regard. Non, ce dernier est substantiellement le même que l’état ancien mais il n’est pas environné du même lieu. L’ancien est dans mon corps : c’est une poche lumineuse qui se dilate, qui envahit tout mon volume intérieur, et qui l’illumine en abolissant toute frontière entre dehors et dedans. Le bonheur est dans cette... [Lire la suite]
vendredi 13 avril 2018

LE SOLITAIRE

Ainsi, le solitaire ne peut survivre à moins qu'il ne soit capable d'aimer tout le monde, peu importe le fait qu'il est probablement considéré par tous comme un traître. Seul l'homme qui a pleinement atteint sa propre identité peut vivre sans la nécessité de tuer, et sans la nécessité d'une doctrine qui lui permette de le faire avec une bonne conscience. Il y aura toujours une place, dit ionesco "pour les consciences isolées qui se sont mises debout par la conscience universelle" comme contre la mentalité de la masse. Mais sa place... [Lire la suite]
mercredi 28 février 2018

JEAN SULIVAN...Extrait

Que vous manque-t-il, vous qui avez tout ? Hommes, femmes, enfants, chiens, voiliers sur la mer, un cheval pour galoper dans les forêts, le samedi, parce que, disiez-vous, « rien n'est plus orgastique que le cheval ». Qu'est-ce que ce léger malaise qui vous suit partout ? L'absence dans le bonheur et la tendresse même. Les arbres ou l'herbe des champs vous parlent-ils, leur parlez-vous, quand vous êtes seuls ? Êtes-vous jamais seuls ?Un pas est fait quand un homme a compris qu'il est la résultante de pressions sociales, familiales,... [Lire la suite]
jeudi 10 août 2017

DJAFFAR BENMESBAH...

Bonjour la rue des sottes nuits hivernales Pavée de mes pas et mes détours maudits Mes soupirs, mes plaintes et mes râles Reviennent ombrager tes accès interdits Vieux drille je suis, assidûment étranger Tel un Oyat des plages de colères arraché Obviant vaille que vaille aux vergetures Et à l'essor guindé des vaudevilles futurs Du village qui m’a vu naître et les déconvenues Passant par les cités d’ombres que j'ai connues Jusqu'à Paris où j'ai chaviré de mes ails d’agami Étranger là où j'ai été et chanté, là où j'ai dormi. ... [Lire la suite]