lundi 31 décembre 2018

LA NUIT SERA CALME...Extrait

 On a volé à l'homme sa part imaginaire, mythique, et cela ne donne pas un homme «vrai», cela donne un homme infirme et mutilé, parce qu'il n'y a pas d'homme sans part de poésie, il n'y a pas d'Europe sans part d'imaginaire, sans la «part Rimbaud», ce n'est pas le règne du réalisme, c'est le règne du zéro. Or, s'il est une part humaine qui ne peut pas se passer d'imaginaire, c'est notre part d'amour. Tu ne peux pas aimer une femme, un homme, sans les avoir d'abord inventés, tu ne peux pas aimer l'autre sans l'avoir d'abord... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 28 juillet 2018

HISTOIRE COMIQUE DES ETATS ET EMPIRES DE LA LUNE...Extrait

Là de tous côtés les fleurs sans avoir eu d’autre jardinier que la nature respirent une haleine si douce, quoique sauvage, qu’elle réveille et satisfait l’odorat ; là l’incarnat d’une rose sur l’églantier, et l’azur éclatant d’une violette sous des ronces, ne laissant point de liberté pour le choix, font juger qu’elles sont toutes deux plus belles l’une que l’autre ; là le printemps compose toutes les saisons ; là ne germe point de plante vénéneuse que sa naissance ne trahisse sa conversation ; là les ruisseaux par... [Lire la suite]
mardi 24 juillet 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Les arbres t’enseigneront plus que tous les livresOn a oublié qu’un moine disait celaBien avant les écrans et tous les processeursAvant même la presse à imprimerAlors que chaque page était soigneusement gravée à la mainCalligraphiée comme nervures de feuillesEnluminée comme soleil levantDéployée comme barque sur la merQue dirait-il maintenant que des forêts entières se trouvent sacrifiéesAu monde artificiel et froidDont naïvement nous comptons peut-être apprendre un jourDe quel bois le cœur de l’homme est fait   .   ... [Lire la suite]
mardi 17 juillet 2018

POESIE VII...Extrait

  Matin d’aurore fraîche lune des grandes fuites je m’éveillais le vent cachait le feu la table beige du bois luisant les herbes hautes dans le pré à jamais l’heure des joies un silence de roses l’escalier, l’évier, libre de son eau un ailleurs qui consume l’absence lente nous imaginons le monde à notre image vertiges des hasards croyons nous aux mêmes légendes, aux ombres rugueuses dans le livre des courbes bleues devant la source   .     PATRICK ASPE     . ... [Lire la suite]
lundi 16 juillet 2018

LES EPIPHANIES...Extrait

Le lit des choses est grand ouvert. Je me suis endormi, pensant que c'était trop beau et que la terre s'échapperait. Je craignais tout des ventilations absurdes d'une nuit en colère. Les matins me fustigeaient. Je vivais crédu­lement. Sourcier infatigable, je cherchais l'Orifice originel, premier ouvrage par où passer la tête et crier au Soleil. J'ai trouvé! Je confectionne sur mesure une amoureuse. (En vérité, elle m'est venue d'une ville rêvée posée sur de grands boutons-d'or.) Les peu­pliers s'organisent. Les rossignols... [Lire la suite]
vendredi 22 juin 2018

ARTHUR HAULOT...Extrait

Tu ne sais pas cela fait mal au sang qui brûle le visage cela fait mal au cœur qui tourne sur lui-même cela fait mal aux yeux cela fait mal à l'âme Tu ne sais pas combien c'est dur et douloureux d'avoir treize ans et de s'aimer et d'être odieux. Alors tu pars tu fais des rêves tu te construis un fort au bord de l'océan tu guettes les bateaux qui vont passer au large lancés à l'abordage de féroces pirates et tu emmènes pour toi seul la grande dame ou la servante ou la princesse noire ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

samedi 9 juin 2018

LETTRE DE GASTON CHAISSAC A RAYMOND QUENEAU

Je ne me dis pas artiste, je ne me dis pas poète, mais je me sens artiste, je me sens poète parfois. Je me sens paysan. Je me sens traceur de piste, guide. Je me sens dompteur. Je me sens prêtre. Je me sens voyageur. Et je me sens surtout le spectateur d’une pièce ou tous les hommes et tout ce qui existe sur  la terre, jouent un rôle. Je me sens soldat qui doit lutter pour la paix. Je me sens tout.   .   GASTON CHAISSAC  Mars 1946    .       Gaston Chaissac photographié par... [Lire la suite]
samedi 9 juin 2018

LE FOU DE BAB CHÂBA

Soliloque du fou assis sur le trottoir Journal où il découpe de ses doigts minutieux comme un théâtre d'ombres   silhouettes de quel chaos quelle intime dramaturgie descendance de quel secret   confidences d'épouvantail que n'écoutent plus les oiseaux     .     RAYMOND FARINA Extrait de Détails in Anecdotes, Rougerie, 1988     .  Oeuvre Gaston Chaissac  
samedi 24 mars 2018

GUISANE...Extrait

Pose ta vie un moment près des iris sauvages du marais. Demeure un instant dans le secret des arbres. Ne demande rien. N’attends rien. La patience de la terre est infinie. C’est un long murmure depuis la nuit des temps. Ta vie est une éternité. Ne passe pas à côté. Parfois la lenteur. Parfois la précision du mot et l’humilité du chant. Parfois le vent du soleil. Parfois tout en haut des cimes de l’imaginaire. Parfois dans l’abîme du trop et des impasses de la pensée obsédante. Ton petit caillou, pose-le sur ton cœur. Respire. Ta vie... [Lire la suite]
vendredi 9 mars 2018

MEMOIRE

La mémoire me revient, me surprend au détour d’un mot, d’une image, d’un parfum, d’une route, Bruit de l’eau, ressac de la peur,Chants des coqs, cris des oiseaux,Ronronnement d’un moteur évoluant sur le lagon ! La mémoire surgie à l’improviste me submerge, Mais flotte-t-elle haut dans le ciel, comme aux heures du crépuscule, la saisissant au vol, je l’intériorise à souvenirs retrouvés ! La mémoire sait que je la guette, aux heures sombres des jours d’averses et de grande crue, Tout comme je sais qu’alors elle s’y impose en... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,