samedi 11 février 2017

TRANSPARENCES

Un matin bruissant froissé de bruits sourds de voix contenues un matin chagrin s’il n’y avait cette ferveur inavouée récurrente ce chant au loin palpitant. Le nom imprononçable s’est replié avec la nuit comme une carapace vide une cuirasse d’insecte craquant sous nos pas. Le nom s’est pulvérisé sur nos lèvres impatientes. Reste le souffle l’élan qui nous porta. Aller au plus saillant de notre légende aller jusqu’à l’ardeur blessante et chercher chercher ranimer l’éparpillé aller au-delà de la voix aimée dans l’absence marquetée... [Lire la suite]

dimanche 19 décembre 2010

A CHAQUE DEGRÉ, L'INACCOMPLI (extrait de Éclats d'une poétique de l'inaccompli) LIVRE IV

…sous les marées et au haut des déserts de neige, suivre ses vues, ses souffles, son corps, son jour.  Rimbaud. Par degrés, d'un degré l'autre, ça avance. Ni ennemis, ni amis, ni contre, ni pour, ni neutre pour autant, ― ailleurs. Vers l'irisation des couleurs, ni noir, ni blanc. Mais la palette des gris, la clarté des argents. J'entre dans la nuance et, dans une légère pénombre, j'avance. À l'heure où tout s'accélère, la vie est détail. Et non dans les plans d'ensemble. Vers la fusion.Parfois la clarté est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,