dimanche 18 juillet 2021

LE BLEU

Petit clin d'oeil à ma Joss . . Cette profondeur, c’est dans le bleu qu’on la trouve et, déjà, d’une manière théorique, dans son mouvement, 1° mouvement d’éloignement de l’homme et 2° mouvement dirigé vers son propre centre. Il en va de même lorsqu’on laisse le bleu (la forme géométrique est ici indifférente) agir sur l’âme. La tendance du bleu à l’approfondissement le rend précisément plus intense dans les tons les plus profonds et accentue son action intérieure. Le bleu profond attire l’homme vers l’infini, il éveille en lui le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

dimanche 7 février 2021

PALAIS DE GLACE...Extrait

  Il en est des miroirs comme de la mémoire, ils sont déformants, c’est une autre réalité mais elle reste virtuelle, si l’on pouvait se voir avec les yeux des autres, la vision serait toute autre. Nous reste toujours l’image mentale que nous avons de nous plus jeune et en adéquation avec le souvenir de notre force, de notre poitrine volontaire, ce héros secret qui nous hante et nous permet de vieillir sans nous en rendre compte jusqu’à la rencontre de notre reflet que nous ne reconnaissons pas tout de suite, qui nous... [Lire la suite]
vendredi 17 juillet 2020

L'OBSCUR VERTIGE DES VIVANTS...Extrait

"La science n'étouffe pas le chant de l'océan dans les coquillages.Savoir qu'on y entend les vibrations de sa propre oreille ne réfute pas les vagues qui roulent en nous leur nostalgie. Les chiffres forent des puits comme les mots écoutent le monde : dans la fascination de sa beauté.Ainsi, révélée ronde, la Terre enfanta encore des aventuriers au coeur plus vaste, à qui le vertige continua de fouetter le sang.Le réel ne condamne pas la poésie. Il l'appelle, comme le vent la voile lui donnant force, le savant la formule qui creuse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 30 avril 2020

AUTOPORTRAIT SANS MIROIR

  Il me faut maintenant un arrêt, une halte prolongée, une place dans le creux, dans les plis, hors de l'impatience.Voici mon lieu de vie mal situé encore, inachevé, à la frontière de la démesure, de l'utopie. C'est une traversée extrême, infinie, du bord au rivage, d'un train aux vitres sales à un autre plus fulgurant, interminable comme dans les rêves… Une traversée quotidienne, attendue, espérée, une découverte voluptueuse parfois.Une table trop encombrée comme toutes les tables où l'on s'arrête souvent, voici le lieu d'où... [Lire la suite]
samedi 11 avril 2020

LE SENS INNE...BEAUTE

Un coeur d'oiseau bat sous la plumeUn coeur d'oiseau bat frêle sous la plumeIl chante, brisé et brisantRamage grêle du soleilRoulant vers les grèves du couchantSeule j'aimeJ'aime comme on tisseToute la nuit j'aimeUn duvet de lumière sur les feuillesEclaire mon ouvrage de deuilJe ne vais guère viteMes doigts sont fatiguésDe jouer avec les cordes du métierMa vigueur ploieLe coton ne file pas droitDe ces trames empeséesDont je redresse le biais Je n'ai plus le teint fraisSauf à user de fardsInfiniment je tisseDieu sait qu'il est trop... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 12 mars 2020

PAT RYCKEWAERT...Extrait

Tu voudrais la pluie douce sur tes lèvresla terre sous tes pieds, épaisse et tendre la pourrissure aussi à coller un peu à la peauà faire la vie quelque chose qui te rappelle d’où tu viensle jour à peine écrit les premières sueurs du printempset le pollen des mots. Tu voudrais te sentir vibrante en dedanslà où ça respire, là où ça veut l’effervescence et l’envietous les sursauts. Habiter le naissant du mondesans jamais en connaître la fin.     .     PAT RYCKEWAERT     .   Oeuvre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 16 janvier 2020

LA TERRE ARRETEE...Extrait

Peut-êtreChaque geste est coupable de briser une enfance.L'enfant livre de sable avec bâtonnets noirs comme chat pour servir de repère. Une horloge du temps qui s'habille est amour. Longs petits moines avec des poings ronds et utiles, avec des cernes autour de tes yeux vides. Tu penses en couleur au portrait d'un oiseau, à la fleur qui se vide.Le ciel au bout du jardin tendu vers toi.Viens le chercher.Enfant, tu retiens la genèse.Le cordon qui relie l'enfant à la matière inépuisée n'est pas vraiment tranché.La magie vient tout... [Lire la suite]
lundi 28 octobre 2019

BRUNO RUIZ...Extrait

Nous aurons essayé. Beaucoup trop douté de nos actes. Nous n’aurons pas toujours su choisir pour ne blesser personne. Peut-être aurions-nous pu, peut-être aurait-il fallu. Mais ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui notre route est là, faites de tout ce que nous fûmes. Qui peut en être juge sans être sûr de ne pas se tromper ? Et si nous n’étions que cette somme vacillante d’invisibles ferveurs, d’obscures capitulations, d’improbables résultats ? Et si nous n’étions même pas une somme mais la soustraction lente d’un infini qui nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 16 juillet 2019

L'OBSCUR VERTIGE DES VIVANTS...Extrait

"La science n'étouffe pas le chant de l'océan dans les coquillages.Savoir qu'on y entend les vibrations de sa propre oreille ne réfute pas les vagues qui roulent en nous leur nostalgie. Les chiffres forent des puits comme les mots écoutent le monde : dans la fascination de sa beauté.Ainsi, révélée ronde, la Terre enfanta encore des aventuriers au coeur plus vaste, à qui le vertige continua de fouetter le sang.Le réel ne condamne pas la poésie. Il l'appelle, comme le vent la voile lui donnant force, le savant la formule qui creuse... [Lire la suite]
vendredi 28 décembre 2018

BERNARD PERROY...Extrait

Dis-moi...combien de fois l'on part vraiment dans une vieà la rencontre de l'inconnu, quand le temps passe sous le soleil sans crier gare,aussi invisible que le fleuve de nos désirs, quand la lumière nous réchauffecomme le sourire d'un enfant,et s'en va en s'inclinantpour pénétrer l'épaisseur de nos pas, comme si nous nous laissionstraverser par l'infini....         BERNARD PERROY       Oeuvre Zhang Weimin B.   
Posté par emmila à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,