vendredi 15 novembre 2013

NOUS SOMMES PRESENTS AU MONDE...Extrait

.... Parce que nous en avons assez d’être parqués dans lespâtures empoisonnées du malheurparce que nous en avons assez de loger dans l’aile enruine de l’histoireparce que dans nos poignets brûlent des avoines et desseigles de tendresseparce que des faims neuves provoquent des émeutes aufond des faubourgs du sanget que les écluses de la patience fléchissent à travers lagéographie mouvementée de notre rêveNous allons seller les chevaux fabuleux de la révolte etdu courage … ANDRE LAUDE .  
Posté par emmila à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 5 février 2012

IL M'ARRIVE D'OUBLIER QUE JE PERDS LA MEMOIRE...Extrait

Père je crois en toiaussi évidemmentqu'en cet arbre solitairequi traverse mon regardMaisdonne-moi d'apercevoirquelque trace de ta bontén'importe où sur cette terreoù tout ce qui vitne vit que de meurtreCe matinles nouvelles du mondesont mauvaisesL'Afriquedévorée par la famineassassinée par le sidal'enfant palestinientué d'une balle dans la têtepar un tireur d'élitele vieux juifmort de froidsur un trottoir du Bronxla chienne aveuglequi croyait que c'était pour jouerbattue à mort par des enfantset quoi d'autredans les poubelles... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 3 décembre 2010

ROGER CUREL

Toujours ces militaires éternels et bornés qui dirigent si mal la circulation aux carrefours de l’histoire. Le souvenir d’un ami commun mort assassiné nous a     rappelé l’injustice du monde. L’inexistence de tout rempart spirituel contre la félonie des hommes et des États préfigure notre avenir : on ne court pas au fascisme, on y est. Cette     injustice du monde je continue à la vérifier dans les dépêches : ceux qui tuent au canon et au napalm continuent d’appeler « terroriste » celui qui tue au couteau.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 19 juillet 2010

CAMUS

 "A midi sur les pentes à demi sableuses et couvertes d'héliotropes comme d'une écume qu'auraient laissée en se retirant les vagues furieuses des derniers jours, je regardais la mer qui, à cette heure, se soulevait à peine d'un mouvement épuisé et je rassasiais les deux soifs qu'on ne peut tromper longtemps sans que l'être se dessèche, je veux dire aimer et admirer. Car il y a seulement de la malchance à n'être pas aimé : il y a du malheur à ne point aimer. Nous tous, aujourd'hui, mourons de ce malheur. C'est le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 11 juillet 2010

CAR VIVRE EST UN PAYS...Extrait

" J'écris avec la tyrannie des misères j'écris avec mes processions de poète errant j'écris avec les jachères sèches de la terre j'écris et la colère gronde dans mon cœur transparent j'écris avec cent milliards de balles à tirer dans la cervelle des bobards les jambes des voleurs la couronne des bavards la bourse des guerriers le calcul des imbéciles sur l'échelle des grandeurs (…) j'écris avec les hordes numides sur les routes chaudes avec violence du sang fidèle des fils et des pères avec cœurs fertiles des bédouins et leurs... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 29 novembre 2009

L'ENVERS ET L'ENDROIT...Extrait de la PREFACE

« Il n’y a pas d’amour de vivre sans désespoir de vivre », ai-je écrit, non sans emphase, dans ces pages. Je ne savais pas à l’époque à quel points je disais vrai; je n’avais pas encore traversé les temps du vrai désespoir. Ces temps sont venus et ils ont pu tout détruire en moi, sauf justement l’appétit désordonné de vivre. Je souffre encore de cette passion à la fois féconde et destructrice qui éclate jusque dans les pages les plus sombres de -  L’Envers et L’Endroit - . Nous ne vivons vraiment que quelques... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,