dimanche 4 novembre 2018

LORSQUE L'ENFANT PARAIT ...Extraits

Lorsque l'enfant paraît, le cercle de familleApplaudit à grands cris.Son doux regard qui brilleFait briller tous les yeux,Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,Se dérident soudain à voir l'enfant paraître,Innocent et joyeux. Soit que juin ait verdi mon seuil, ou que novembreFasse autour d'un grand feu vacillant dans la chambreLes chaises se toucher,Quand l'enfant vient, la joie arrive et nous éclaire.   ...   Vous êtes parmi nous la colombe de l'arche.Vos pieds tendres et purs n'ont point l'âge où l'on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

samedi 22 septembre 2018

FICTION D'UN DEUIL

Hommage à mon père... pour ses marguerites et ses coquelicots, qu'on admirait sans jamais les cueillir   . L’innocence, je l’ai toujours vue accrochée à ton regard comme un voile d’eau qui danse les lumières du monde, enveloppe et sublime chaque chose du monde  Les chevelures folles des enfantsLa nacre des coquillages aux teintes indécidablesSculptésAux croisées des vents et des marées Un chapelet de beignets enfilés dans une feuille de palmierLes marchands ambulantsLes figues fraîches et le maïs grillé sur les... [Lire la suite]
lundi 27 août 2018

OUI, NOUS PARLONS

Nous parlons la démesurenous parlons l’appartenance à un sourire et le dédale de ses secretsnous parlons l’attente tournée vers l’horizonsans possession dissimulée dans la voixsans usage d’un lieu de la parole nous parlons entre le réel inquiet et le mystère de son appelnous parlons depuis les veilles rauques des délaissésnous parlons la mélancolie de l’étendue portant d’escale en demeure l’épreuve de chacunnous parlons l’éclair élucidé du dire vraiquand n’apparaît plus que l’attention de l’horizon au jour nous ouvrons la volière... [Lire la suite]
lundi 23 juillet 2018

POEMES POUR RAOUDHA...Extrait II

Il est innocent comme un papillon le réfugié en exode généreux comme le repas des pauvres il aime le blé les nuages la cadence des rimes et de la métrique le figuier le miel les méandres de l’ombre et de l’eau le refugié en exode le cri d’un peuple emmuré massacré notre humanité meurtrie la mort et sa définition il n’a d’autre tâche que vivre le réfugié en exode est l’ultime souffle d’Aylan al-Kurdi l’enfant-lumière l’ange-cadavre notre humanité échouée au refugié ne demandez point son lieu de naissance ... [Lire la suite]
lundi 25 septembre 2017

LE BONJOUR ET L'ADIEU...Extrait

... Que l’innocence demeure qu’il lui soit donné de pouvoir se perdre dans l’inutilité de ce monde qu’elle soit suffisamment forte pour oublier de le clamer que dans son silence où elle éclaire il n’y ait pas d’obstacle à son silence qu’elle soulève ce monde las et danse dans sa poussière que son sourire de fleur soit à jamais inscrit sur mes lèvres lorsqu’elles deviendront givre qu’elle soit l’innocence à jamais. Que d’aucuns puissent s’en saisir qui voudront sauter hors du bourbier ...   .   PIERRE-ALBERT JOURDAN ... [Lire la suite]
vendredi 8 septembre 2017

LE CORPS DU POEME

 ... La fleur s’ouvre au soleil et, quoique dans la même espèce le nombre de pétales parfois varie, il n’y a jamais rien à lui ajouter ou à lui retrancher pour lui donner la perfection. Le lézard, le serpent, le cristal, le galet, le filet d’eau qui coule de la roche sont de si éclatantes réussites que rien ne les pourrait améliorer. Ainsi doit être le poème (quand on considère qu’il est sorti de la période de travail, et que l’on a décidé de la montrer et possiblement de le publier). Il doit se présenter comme un poisson dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 28 mars 2017

LE BONJOUR ET L'ADIEU...Extrait

L'herbe parsemée de violettes, un bosquet de lilas dont les grappes s'éveillent devant la masse armée d'un yucca; un jeune pêcher fleuri contrastant avec la haie de cyprès d'où surgit le profil du mont au sommet dardé vers le ciel comme un sein perlé de neige; un ravage d'oiseaux dans le feuillage des chênes, mordoré et cassant; une pie traversant le verger à hauteur de regard.   Vient aux lèvres un goût de roseau, le sifflement tremblé, le sang léger, la salive sur la langue d'un baiser.   Cette innocence abandonnée est... [Lire la suite]
samedi 19 novembre 2016

JEAN-MARIE BERTHIER...Extrait

Tu es née pour vivre aussi longtempsque j'aurai la forcede te porter dans mes brasjusqu'au berceau lointaindes lumières fossilesTu es née de la première neigeet tu marches sur les étoilesen prenant bien soin d'éviterla lourde pierre des nuagesTu es née de la terreavec laquelle tu as joué autrefoisen refermant sur elle tes mains d'enfantavant qu'elle ne les referme sur toien toute innocenceet te fasse cortègeà en perdre haleine   .   JEAN-MARIE BERTHIER   .  
Posté par emmila à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mardi 15 novembre 2016

ESPOIR QUI DEPASSE LA DOULEUR

Bombes d’épouvante qui tombent,Euphémismes ravageurs,Horreurs d’un conflit long, long, si longVictimes innocentesDe grands malheursEt de pertes cruelles.Le sang n’ a pas fini de couler,Les cadavres s’entassent,Des montagnes de cadavresDans une Palestine martyrisée,Effroyablement torturée,Accablée de meurtres et de blessures,Une Palestine épuisée et démunie,Dans son ghetto.Massacres et violences perpétrées à l’infiniPar une idéologie sanguinaire,Contre une population soumise à une politique de terreur,En toute impunité,Par une... [Lire la suite]
dimanche 4 septembre 2016

CORPS INNOCENTS

Le monde succombe Aux mains des égorgeursEn carcan de haineQui déciment les corps innocentsPuis s'échappant comme l'eauDe toute empriseLa liberté jaillitHors du joug des violences Et des hantises du temps.Mais qui ramèneraDes contréesDe l'ombre et des glaives Ces vies interrompuesAux lisières de nos vies.   .     ANDREE CHEDID Photographie Yvelyne Wood    
Posté par emmila à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,