lundi 7 septembre 2015

ANACHRONIQUE...Extrait

Oh tant de bleu sur la conscience tant de matins légers et de brumes pudiques votre précise fébrilité mains féminines ouvrant la porte aux peupliers rassurant les choses inquiètes vérifiant la fraîcheur des fronts   Pas un avril féroce Pas un baiser amer Et pourtant parfois une peine comme une écharde quand une seule feuille oubliait l'allégresse du vert quand un oiseau doutait du ciel quand résistant à tes douces tisanes l'insomnie regardait dans les yeux la grande nuit muette   Puis-je te... [Lire la suite]

vendredi 20 décembre 2013

MILLE GRUES DE PAPIER...Extrait

Les yeux des insomniaques n’ont pas de paupières. Ils portent des pétales, transparents. Leur regard continue à autopsier les fleurs jusque dans le milieu de la nuit.     CHANTAL DUPUIS - DUNIER        
Posté par emmila à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 26 mai 2012

TRAVAIL POETIQUE...Extrait

De temps à autre l'insomnie vibre avec la netteté des cloches, ou du cristal. Alors, de deux choses l'une : les cordes tendues de son insupportable harpe se brisent, ou ne se brisent pas. Dans le second cas, l'homme qui ne dort pas pense : « le mieux est de me retourner sur le côté gauche et ainsi, en déplaçant tout le poids du sang sur la moitié la plus usée de mon corps, d'écraser le coeur. » . CARLOS DE OLIVEIRA . Oeuvre Felice Casorati
dimanche 12 février 2012

NUIT BLANCHE

Il n'y a dans notre maison qu'un lit, trop large pour toi un peu étroit pour nous deux. Il est chaste tout blanc, tout nu; aucune draperie ne voile, en plein jour, son honnête candeur. Ceux qui viennent nous voir le regardent tranquillement, et ne détournent pas les yeux d'un air complice, car il est marqué, au milieu, d'un seul vallon moelleux, comme le lit d'une jeune fille qui dort seule. Ils ne savent pas, ceux qui entrent ici, que chaque nuit le poids de nos deux corps joints creuse un peu plus sous son linceul voluptueux, ce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 25 octobre 2011

AFFÛTS...Extrait

Au cœur de la nuit. Cette ardente sereine lumière de l'insomnie, cette effervescente intimité de soi avec soi, et tant de choses inconnues qui vagissent, et tout qu'on ne sait jamais formuler, soudain là, vibrant, gorgé, précis, sur le point de se dire. Mais les mots, les mots qui déjà montaient, se pressaient, animaient la voix, les mots retombent, s'éteignent. Cet instant rayonnant et sitôt perdu. Ce silence qui meurtrit. . . . CHARLES JULIET . . .  
Posté par emmila à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 13 octobre 2008

SINGULIERS...Extrait

"C'est l'heure de l'insomnie, maîtresse de la Terrela torture est l'odeur de ce tempsoù lentement, lentement se figele sang du vivant.Laisse les arbres s’échanger les oiseauxLaisse les fenêtres faire accueil à une aube qui soit autre.Regardons la durée se rompre entre nos mainsEn direction d’un lieu ceint de sa ruptureRupture d’où vont surgir des temps secondsCeux de la houle des massesQuand la toux se mêle au ParadisEt qu’au pain se mêleL’auréole des anges. ». ADONIS .
Posté par emmila à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,