dimanche 5 juin 2016

A FLEUR DE MOTS

L’insurrection poétiqueÀ fleur de mots À fleur de chantsUn soulèvement du verbeÀ pas de colombeDes mots qui s’insurgent Se révoltentDes mots de résistanceDes mots qui se dressentDes barricades d’adjectifsDes articles et des noms Des NON À l’oppressionDes mots mutinsDes mots rebelles Des poèmes qui se lèventDes mots d’émeuteDes mots en meute Pour défendre la libertéDes chants d’insoumis Des mots pour dire la paix Des mots pour faire TAIRE Les faux culs venimeux Ceux du « Travail rend libre » Au seuil d’un camp de mortPetits mots de... [Lire la suite]

lundi 2 juin 2014

EN TRENTE TROIS MORCEAUX ET AUTRES POEMES, SUIVI DE SOUS MA CASQUETTE AMARANTE...Extrait

Dans le tissu du poème doit se retrouver un nombre égal de tunnels dérobés, de chambres d'harmonie, en même temps que d'éléments futurs, de havres au soleil, de pistes captieuses et d'existants s'entr'appelant. Le poète est le passeur de tout cela qui forme un ordre. Et un ordre insurgé. ....    On ne peut pas commencer un poème sans une parcelle d'erreur sur soi et sur le monde, sans une paille d'innocence aux premiers mots. .   RENE CHAR   .   Photographie Nathalie Magrez    
Posté par emmila à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 19 décembre 2013

POESIE, ART DE L'INSURRECTION...Extrait

Je te fais signe à travers les flammes. Le Pôle Nord a changé de place. La Destinée manifeste n’est plus manifeste. La civilisation s’auto-détruit. Némésis frappe à la porte. À quoi bon des poètes dans une pareille époque ? À quoi sert la poésie ? L’imprimerie a rendu la poésie silencieuse, elle y a perdu son chant. Fais-la chanter de nouveau ! Si tu te veux poète, crée des œuvres capables de relever les défis d’une apocalypse, et s’il le faut, prends des accents apocalyptiques. Tu es Whitman, tu es Poe, tu es Mark Twain, tu... [Lire la suite]
samedi 16 novembre 2013

TANT QU'IL Y AURA DES MURS

Tant qu'il y aura des murs élevés en frontière de liberté.Des miradors et des armes pointées sur les populations civiles.Tant que des camps, quelque soient le nom qu'on leurs attribue,où des humains parqués, existeront.Tant que le dictat de l'argent "esclavera" les petites-gens.Tant que quelques un seront nantis au détriment des majorités.Tant que l'on mourra de faim et de maladietandis que l'occident verra la nourriture et les médicamentsdévaler des présentoirs de ses hyper-marchés.Nous seront là à écrire des poèmes.A manifester... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
lundi 25 février 2013

POESIE DE L'INSURRECTION

“Si tu te veux poète, crée des oeuvres capables de relever les défis d’une apocalypse, et s’il le faut prends des accents apocalyptiques” La poésie est un bateau en papier sur le déluge de la désolation spirituelle. Plus le temps pour l’artiste de se cacher au-dessus, au-delà ou derrière le décor, indifférent, à se ronger les ongles à se raffiner jusqu’à ne plus exister. Plus le temps pour nos petits jeux littéraires, plus le temps pour nos paranoïas et nos hypocondries, plus le temps pour la peur et la haine, juste le temps pour... [Lire la suite]
mercredi 25 avril 2012

ET JE DIS NON

Je dis NON aux miasmes et marasmes et à tout ce qui rampe et glisse et se décompose. Je dis NON aux paroles en beurre avec tous les honneurs, prix des prix, médailles, promotions, nomenclatures, carrières diverses et de sable. Je dis NON aux nargues et venargues et subardes à l’air conditionné. Je dis NON aux cabotons pieds de biche, archivoltes, croupions et portails, jarretelles et jarretières et collants intégraux. Et je dis NON au gros, au détail, aux tarifs, aux clients, au débit, au crédit, aux factures et l’escompte. Je dis NON... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 21 septembre 2010

A BOULETS ROUGES

  Oeuvre de H. Pille . " Des pourris c'est moi qui vous le dis     regardez ces tronches ces gueules ces faciès     Des espagnols des Italiens des Croates des Bulgares     Des bougnoules     Des sales nègres merdiques     Il y en a même qui portent chapeau     et cravate comme les bourgeois         Des pourris c'est moi qui vous le dis     Des chiens affamés de sang Des sauvages     Des brutes qui tueraient père et mère... [Lire la suite]