vendredi 10 août 2012

ALDO PALAZZESCHI

Qui suis-je ? Suis-je peut être un poète ? Certainement pas. Elle n’écrit qu’un mot, bien étrange, La plume de mon âme : Folie, Suis-je donc un peintre ? Non plus. Elle n’a qu’une couleur La palette de mon âme : Mélancolie. Un musicien, alors ? Pas davantage. Il n’y a qu’une note Sur le clavier de mon âme : Nostalgie. Suis-je donc… que suis-je ? Je mets une loupe Devant mon cœur Pour bien le montrer aux passant. Qui suis-je ? Le saltimbanque de mon âme. . ALDO PALAZZESCHI .  

dimanche 12 février 2012

LE TOURMENT DE LA LICORNE...Extrait

Il bâtit de paroles une grand mur pour se séparer du monde obscur.Des paroles sans éclat ni reflets, des paroles de chaque jour avec leur poids de choses. Et parce qu'elles n'avaient que le reflet des choses, non le sien, voici que se fit le miracle. Et la source intérieure se remit à couler, et son léger murmure devint un chant. Le chant du grillon qui va jusqu'aux étoiles. . MAX ROUQUETTE .
Posté par emmila à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 20 août 2011

RESERVES D'ALLIANCES...Extrait

« donnant du tempsà toutes les feuilles de la roseépineuseà la tige et au terreau et toi lente pousse élanne broute pas la proseprise de consciencene récuse pas l’incalculable donredonne à chaque gorgée son lot de sourcecomme à toute parole sa part de souffle toiseul retrouves les périodesles intonations suspensitinérantcaillouximprovisesprovisionune avance des cheveux un soupirun emploi sortant du verbe exister ils éconduisent l’avantl’écran subtilise le réseau les camérascomme une image escamote le compasde la comparaison en... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 22 avril 2011

LE CHIFFRE DE LA NUIT...Extrait

"Une route attire les yeux au point de mire. Toute route ! Mais celle-là qui part du coeur et se perd dans les brumes proches, à venir, aspirée par le grondement muet du gouffre, le souffle au coeur, l'énorme souffle sans odeur, je la connais avec ses arbres à contre-jour, et les cris des oiseaux venus d'un autre monde. Quels cris ? On n'entend crisser que les corps qui souffrent (baignés d'un soleil noir qui monte à contre-jour). Un seul poste désert, quand la route est coupée. La voix du fond répond : le creux en toi te... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 17 avril 2011

PREMIERE ELEGIE DE DUINO...Extrait

Qui donc, si je criais, parmi les cohortes des anges m'entendrait? Et l'un d'eux quand même dût-il me prendre soudain sur son cœur, ne m'évanouirais-je pas sous son existence trop forte? Car le beau n'est que ce degré du terrible qu'encore nous supportons et nous ne l'admirons tant que parce que, impassible, il dédaigne de nous détruire. Tout ange est terrible. Et je me contiens donc et refoule l'appeau de mon sanglot obscur. Hélas! qui pourrait nous aider? Ni anges ni hommes, et le flair des bêtes les avertit bientôt que nous ne... [Lire la suite]
dimanche 3 avril 2011

LA FACE HUMAINE...Extrait

« À peine en venons-nous à concevoir – c’est proprement nous concevoir homme – que la vraie vie est identique à la croissance spirituelle, l’une et l’autre potentiellement illimitées, nous prenons conscience, au même instant, d’être indéfiniment manquants et comblés par pure grâce. Ce sont là des sentiments fondamentaux de toute vie intérieure. (…) Avec l’exercice de ces sentiments grandit en nous, comme le débit d’une source, l’intuition d’une générosité surabondante dont les esprits, dans leur inépuisable réciprocité, doivent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 26 juin 2009

DU GANGE A ZANZIBAR...Extrait

J'avance au-dedans de moi et me voilà très au delà,déjà largué plus loin que la mémoire, plus loin que ce que je voiscomme un amnésique aux yeux éblouis qui filerait droit en dansantsur la ligne d'infini où la peau et les os s'accordent un vrai baiser de sable.Ce n'est pas rien d'être ce mouvement violent aux lèvres du néant,(...)pas rien d'échapper au corps du grand repos. . .. .ANDRE  VELTER .. .Ouvre de Giorgio de Chirico
Posté par emmila à 22:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 25 décembre 2008

SHAO YONG

Regarde les choses du point de vue même des choses,         Et tu verras leur véritable nature.         Regarde les choses de ton propre point de vue,         Et tu ne verras que tes propres sentiments.         Car la nature est neutre et évidente,         Tandis que tes sentiments en sont que préjugés et obscurités. .SHAO  YONG .   OEUVRE DE HE  YIFU
Posté par emmila à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 3 mai 2008

UN SENS A LA VIE...Extrait

 Ainsi te sens-tu emporté dans cette migration intérieure dont nul jamais ne t'a parlé. Prêt pour des noces dont tu ignores tout, mais auxquelles il faut bien que tu répondes : "On y va ? On y va." Et tu y es allé. Tu es parti en direction d'un front de guerre dont tu ne savais rien. Tu t'es mis en route, nécessairement, semblable à ce peuple d'argent qui luit, à travers champs, en marche vers la mer, ou comme dans le ciel, ce triangle noir. Que cherchais-tu ? Cette nuit-ci, tu étais presque au but. Qu'as-tu donc découvert en toi... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,