samedi 8 janvier 2022

VENTS DES PRESENCES...Extrait

Mourir debout plutôt que de vivre à genoux est un cri pluriel, on ne le pousse pas dans l’isolement. Classer les événements historiques, classer les registres de la création et du savoir, classer tout selon des secteurs pliés et fermés vise la mise en place de normes dans lesquelles la pensée humaine ne se perçoit comme totalité. Se perdre comme totalité pour la pensée revient à s’isoler absolument, elle ne peut plus rien lier à l’intérieur d’elle même et avec les autres. L’isolement emmure la... [Lire la suite]

jeudi 11 février 2021

LA TACTIQUE DU DIABLE...Extrait

"Un jeune diable : Comment avez-vous réussi à envoyer autant d'âmes en enfer? Vieux diable : - Avec peur! Le jeune : - Bon travail! De quoi avaient-ils peur ? Guerre ? Famine ? L'ancien : - Non, d'une maladie ! Le jeune : -N'ont-ils pas été malades ? N'étaient-ils pas en train de mourir ? N'y avait-il pas un remède ? L'ancien : - ils sont tombés malades, ils sont morts, il y avait un remède. Le jeune : - Je ne comprends pas... L'ancien : -Ils ont accidentellement cru que la seule chose qu'ils devaient garder à tout prix... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 10 juin 2020

SOUFFLE ERRANCE...Extrait

Que finissent les routesQue partent les blessuresQue disparaissent les fissuresQue des flux de lumières déroulent leurs lanièresSur les lieux, les choses et la merQue tout redevienne silence, absenceIl me faut juste un endroit à l écartUn instant qui me servira de rempartContre ce qui vous envahit puis repartUn mur de solitude pour le regarder et le garderM'y protéger contre cette chose qui désempare , sépareUn pan de solitude pour y installer du videDe la tristesse et des zestes de désertsDes mots qui fuient et des silences qui se... [Lire la suite]
mercredi 29 avril 2020

LE CREPUSCULE DES VIEUX

  Des fois, j'ai hâte d'être un vieux.Ils sont bien, les vieux, on est bon pour eux, ils sontbiens. Ils ont personne qui les force à travailler; on veut pasqu'ils se fatiguent.Même que la pluspart du temps, on les laisse pas finirleur ouvrage.On les stoppe, on les interruptionne, on les retraitefermée. On leur donne leur appréhension de vieillesse et ils sonten vacances.... Ah! Ils sont bien les vieux! Et puis, comme ils ont fini de grandir,ils ont pas besoin de manger tant tellement beaucoup. Ils ont personne qui les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 05:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 24 novembre 2018

LE SILENCE LÉTAL DES POÈTES

Les poètes isolés et désintéressés, réfractaires aux honneurs officiels, lorsqu'ils ont fait leur temps, c'est à dire qu'ils sont épuisés par la maladie, leurs excès mais surtout par leur quête incessante d'expérience et de voyances, sont jetés sans états d'âme en pâture aux médecins assermentés qui les bourrent de médicaments, de produits chimiques quand ils ne sont pas charcutés au bistouri ou objets d'expérimentations pour “essayer” de nouveaux traitements. Ils sont placés de force dans des maisons de soins et c'est avec des... [Lire la suite]
jeudi 16 février 2017

QUESTIONS DE POESIE

Dans ta patrie de neige, Quête muette des mots depuis toujours, jusqu'à l'ultime frontière. Viens boire à l’arc-en-ciel de la beauté Au grand passage Au lien à la terre Point de paroles vaines pour l’enfance absente des mots Natale est la lumière Silencieuse la pierre du retour Au peuple du poème. Qui se réduit à l'isolement ? Qui va vivre en exil intérieur ? Quelle étoile est la plus triste ? Natale est la lumière Désenchantée et écartelée entre rêve et néant. Qui veut franchir le grand passage ? Qui porte le chant ? Qui porte le... [Lire la suite]
lundi 30 janvier 2017

CARNETS - CAHIER I

Ne pas se séparer du monde. On ne rate pas sa vie lorsqu'on la met dans la lumière. Tout mon effort, dans toutes les positions, les malheurs, les désillusions, c'est de retrouver les contacts. Et même dans cette tristesse en moi quel désir d'aimer et quelle ivresse à la seule vue d'une colline dans l'air du soir. Contacts avec le vrai, la nature d'abord, et puis l'art de ceux qui ont compris, et mon art si j'en suis capable. Sinon, la lumière et l'eau et l'ivresse sont encore devant moi, et les lèvres humides du désir. Désespoir... [Lire la suite]
dimanche 20 septembre 2015

POEME DE CAMPAGNE III

Si un soir,NonSi tous les soirsVous sentez que votre visageA été souillé par du purinQue votre main N’a pas serré un seul bonjourQue votre sourireN’a pas fleuriDans un autre sourireDites-vousQue vous avez trop cherchéL’amitié du jour,L’amitié des chiens domestiquesOu l’amitié des champs de maïs.La nuit distribue ses litsLe vôtre est au clair de luneAvec les renards bleusEt les chats sauvagesGriffez, chassez, copulezEt ne rodez pas autour des fermesLe piège pourrait se refermerDerrière vousEt ce serait pire Que le purin, les bonjours... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 15 novembre 2010

REQUIEM...Extrait

Pourquoi errer, sans se fixer,Pourquoi regarder sans respirer ?Tu dois savoir qu’une seule âmePour deux est fortement soudée.Je te consolerai, je te consoleraiComme personne n’a rêvé de l’être,Et si tu m’offenses d’un mot violent,C’est toi qui souffriras. . .. .ANNA  AKHMATOVA . . . Oeuvre Miquel Barcelo