mercredi 7 novembre 2018

SANS RETOUR...

On est là, en équilibre. La lumière est traversée d’ombres brèves. On reste encore pour l’espace, pour les branches, pour l’ombre bleue, pour le merle, pour les visages un instant dans le jour sans nom. Pour ce qui ne revient pas. On reste encore pour ce qui vient.   Où il y a l’attente, longtemps, et sans retour, où il y a dire, et puis ne plus pouvoir dire, où il y a écouter et puis ne plus pouvoir écouter, où il y a regard et puis tenter de regarder encore, et sans retour. C’est un chant, et... [Lire la suite]

samedi 15 septembre 2018

L'ÂGE DU FRAGMENT...Extrait

Merci à Thami Benkirane   Dans l'image on n'entre pas. Elle reste en face, comme posée devant les yeux qui lui donnent limites et profondeur. La beauté est cette distance infranchissable tissée de lumière et de vols qu'on croit toujours pouvoir franchir. La main se tend, la bouche s'ouvre. Les doigts et les mots se confondent. On n'y voit plus. On touche le murmure.   .   JACQUES ANCET     .   Photographie Thami Benkirane https://benkiranet.aminus3.com/
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 26 octobre 2017

JACQUES ANCET

La fatigue a des couleurs Comme les saisons. Elle a Ses douceurs et ses éclats, Ses silences. Mais surtout Ce qu’elle permet de voir : D’une chose à son image Imperceptible, une sorte De distance sans distance. L’incertitude du monde. Comme un vacillement bref.   .     JACQUES ANCET     .
Posté par emmila à 11:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 19 octobre 2016

L'IDENTITE OBSCURE...Extrait

.... alors on s'enfonce, on traverse des étendues où le seul futur est le cœur qui bat comme cet appel auquel on voudrait répondre et c'est pourquoi on avance, même si à chaque pas rien ne bouge que le corps obstiné qui poursuit l'ombre qu'il n'a pas, on aimerait pouvoir s'arrêter, regarder simplement l'aube qui vient, poser la main sur la pierre froide et saluer la lumière, dire les premiers mots, écouter le crissement du sable, le bruissement de l'eau, la rumeur des choses qui commencent mais le jour est déjà le soir, on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
mercredi 3 août 2016

COURBE DU TEMPS ...Extrait

quand le regard devient regardla main s'arrête un peucomme pour écouterla lumière à quatre heuresest l'or déclinant d'un fruitle ciel plus pur encoreque celui de l'enfance cachéedans le vert tremblement des poiressous l'arbre s'incline une têteselon la courbe de sa vievivre vivre blessure lente comme neige   .   JACQUES ANCET   . Yann Simon Photographies    
Posté par emmila à 21:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 26 août 2015

LA BRÛLURE...Extrait

Tu me dis dans l'amour c'est toujours l'enfanceta main m'arrive de très loin quelle peauquelle main cherche-t-elle quelle impossibleconjonction dans la mienne qui s'est tendue...le désir du rien un voyage d'oublicomme lorsque ton corps traverse le mienje dis tu me brûles mais je pourrais diretu es une montagne de déchirure...je ne sais pas ce que veut dire le corpsc'est une force parfois qui nous soulèvecomme elle est sans nom je dis c'est le désir....je me demande encore ce qu'est l'amourcette folie de faire tourner le mondeautour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 14 février 2013

CHRONIQUE D'UN EGAREMENT...Extrait

Que veut dire lumière ? Et poésie ? Les noms ne désignent qu'une énigme. Je répète : lumière, poésie. Quelque chose bouge, s'éclaire. Je regarde dehors. Je vois l'éclat, les choses — je vois la lumière. Mais la poésie ? Rien d'autre que le mot. Et rien pour le poser.      La chute obscure dans la blancheur. Aucun bruit, pourtant. Seul celui des pages où se prennent des images. Pour ce qui est des voix, elles résonnent mais n'ont pas de sens. Pas plus que la brume qui gomme le paysage. Restent les losanges de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 17 août 2012

COMME SI DE RIEN...Extrait

Il y a le temps. On ne sait pas. On y est, il vous traverse. On ne sait rien. On se retourne et que voit-on ? Un chemin ? Moins, peut-être, des traces qui se perdent. Moins, encore, ce miroitement évaporé. Comme si rien n’avait jamais été. Comme si de rien. Alors, pour voir, pour savoir quand même, on trouve quelques mots. Journal, dit-on. Oui, si dans « journal », c’est « jour » qu’on veut entendre. Écrire le jour, ses odeurs, ses lueurs, ses rumeurs. Ce qui s’approche, s’éloigne. Comment parler ce pli,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 14 mars 2012

UN MORCEAU DE LUMIERE...Extrait

Je cherche ce que je ne trouverai pas Je le sais mais je cherche car dans chercher il y a trouver comme un arbre sans son ciel comme un chemin sans son terme qui avance à chaque pas le recommence et il te mène vers ce qui vient et recule et t'appelle et te déchire comme le jour déchire la nuit ou est-ce l'inverse ou est-ce le temps qui me coule des yeux et c'est pourquoi je ne vois rien devant rien derrière je marche sur un fil au milieu du jour je vacille je heurte un morceau de lumière . JACQUES ANCET .
Posté par emmila à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 20 décembre 2011

JACQUES ANCET

Printemps blessé. Vent labouré de songes.Parmi la boue et l'herbe du cheminle pas célèbre un rite très ancien. Braise qui meurt sous la cendre, la plaineau loin s'enfuit touchée par les nuages.Les champs roulent leur houle qui se brise immobile et brutale. Cà et làentre l'écho des pierres solitaires,le cri obscur de lents corbeaux les hante. Pourtant devant le tournoiement des fleursde l'arbre où neige un instant le soleil,l'épine aigüe d'un rêve nous déchire. L'ombre naissante au pied du tronc se fige,l'herbe est une caresse et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,