lundi 20 juin 2016

J'AI APPRIVOISE UNE MAISON

J'ai apprivoisé une maison à flanc de colline. C'est une petite maison sans prétention, pas très belle, pas vraiment sauvage non plus mais elle avait sa fierté. Je n'étais rien pour elle. La première fois où je suis venue, j'ai pensé que c'était un lieu où je pourrais me sentir bien. Une hypothèse de départ en somme. Il me fallait un toit et cette maison vide, avec son petit jardin brouillon et sa cour en terre, ressemblait à ce que je cherchais. Une maison ne peut rien dire bien sûr. Elle est choisie et il est fort probable qu'en... [Lire la suite]

dimanche 10 avril 2016

ENFANCE...Extrait

Je regardais les espaliers en fleurs le long du petit mur de briques roses, les arbres fleuris,la pelouse d’un vert étincelant jonchée de pâquerettes, de pétales blancs et roses, le ciel, bien sûr, était bleu, et l’air semblait vibrer légèrement… Et à ce moment-là, c’est venu…Quelque chose d’unique… Qui ne reviendra plus jamais de cette façon, une sensation d’une telle violence  qu’encore maintenant, après tant de temps écoulé, quand, amoindrie, en partie effacée elle me revient, j’éprouve… Mais quoi ? Quel mot peut s’en saisir ?... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 9 mars 2016

LA VAGABONDE...Extrait

« Soyez sûrs qu’une longue patience, que des chagrins jalousement cachés ont formé, affiné, durci cette femme dont on s’écrie : Elle est en acier ! Elle est ‘‘en femme’’, simplement et cela suffit ». ...   .   COLETTE   .      
Posté par emmila à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 5 janvier 2016

UNE LIBATION...Extrait

Elle m'apparaît dans le midi arborescent,ta maison qui se lamenteà l'ombre des jardins.Dès le seuil, vientà ma rencontre ton absence.Le silence et la fièvre m'entraînent.Une fenêtre ouverte sur les plantesen boit le vert, une lueur d'abîmevégétal illumine la chambre.Un muet délire grandit, agile et lisseun chat plaisante avec les fleurs. .   MARIO LUZI   .   Oeuvre Mark Briscoe
mardi 29 décembre 2015

LA TRAVERSEE DES OMBRES...Extrait

C'était la fin de l'été, à la tombée du jour - faut-il dire tombée du jour ou de la nuit ? - chez des amis, à la campagne. Un moment de douce mélancolie : l'automne s’annonçait, je m’apprêtais à quitter mes hôtes, sans doute pour longtemps.Au-delà des limites du jardin, avec sa pelouse fraîchement tondue, ses fleurs, sa tonnelle : un chêne. Je l'avais vu, admiré, ce chêne, plus d'une fois, son fût bien droit, sa ramure puissante, son feuillage que le vent faisait légèrement vibrer, ses racines noueuses, sa cime. Il me donnait un... [Lire la suite]
vendredi 30 octobre 2015

COLETTE GIBELIN ...Extrait

... « Envolés, les oiseaux, portés par la respiration du monde dans l’étonnement de l’azur Un grand déferlement de voix pures, là-haut, Là-haut Éclats du temps, rêve mystique La délivrance est musique et splendeur On dépasse le chaos On s’ouvre à d’autres innocences et nos élans intérieurs enfin déploient leurs ailes   Envolés, nos désirs, vers quel inaccessible jardin où les arbres n’ont pas d’attache où les plantes chantent la liberté Jardin aux franges d’infini ouvert à tous les pollens, aux saveurs... [Lire la suite]

vendredi 3 juillet 2015

LE JARDIN

Dans ce jardin il n’y avait rienle vide infinipas âme qui viveun jardin sans véritéqui n’avait pas de questionspas plus que de retenusmais sur une tige une rose est apparuelégère et menuele papillon bien vite l’abordace fut ensuite l’abeilleet même un scarabée s’en approchaensuitefleurit l’œil noir aphrodisiaqued’un coquelicot tout rougeses pétales tremblants sans cessede confusion peut êtrela violette vint timidede confusion aussipourquoi pasdifficile de pavaner à côté d’une roseelle se cacha sous un tapis de mousseau jardin le vide... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 20 décembre 2014

BERCEUSE AU MIROIR ENDORMI

Dors.Ne crains pas le regarderrant.Dors.Ni le papillon,ni la parole,ni le rayon furtifde la serrurene t’atteindront.Dors.Comme mon coeur,comme lui,mon miroir.Jardin où l’amourm’espère.Endors-toi sans crainte,mais réveille-toi,quand mourra le dernierbaiser de mes lèvres.       FEDERICO GARCIA LORCA         Oeuvre Serge Marshennikov      
mardi 4 novembre 2014

L'ESPERANCE

Dans l’obscurité pressentir la joie, Savoir susciter la fraîcheur des roses, Leur jeune parfum qui vient sous vos doigts Comme une douceur cherche un autre corps. Le coeur précédé d’antennes agiles, Avancer en soi, et grâce à quels yeux, Eclairer ceci, déceler cela, Rien qu’en approchant des mains lumineuses. Mais dans quel jardin erre-t-on ainsi Qui ne serait clos que par la pensée ? Ah pensons tout bas, n’effarouchons rien, Je sens que se forme un secret soleil.   .   JULES SUPERVIELLE   .     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 27 octobre 2014

CARNETS I...Extraits

"Ce jardin de l'autre côté de la fenêtre, je n'en vois que les murs.Et ces quelques feuillages où coule la lumière. Plus haut, c'est le soleil. Et de toute cette jubilation de l'air que l'on sent au-dehors, de toute cette joie épandue sur le monde, je ne perçois que des ombres de feuillages qui jouent sur les rideaux blancs. Cinq rayons de soleil aussi qui déversent patiemment dans la pièce un parfum blond d'herbes séchées. Une brise, et les ombres s'animent sur le rideau. Qu'un nuage couvre, puis découvre le soleil, et voici que de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,