mardi 28 mars 2017

JEAN LAVOUE...Extrait

Aucun accord ne se fera d’en haut Aucune puissance ne descendra des cieux C’est du très-bas que naissent les prairies Que s’allument au printemps des bouquets de jonquilles C’est du très bas que la terre est si belle Qu’elle est pour nous jardin Cette fête infinie C’est du très-bas que nos chemins se croisent Et que nos mains s’appellent Que nos corps se dénouent sous l’astre des caresses C’est du très-bas que s’annonce l’enfant Le feu d’un jour nouveau La merveille à nos yeux C’est du très bas que s’embrase le ciel Que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

jeudi 16 février 2017

JEAN LAVOUE...Extrait

Aux forces qui divisent Aux branches qui se lézardent Aux écorces mortes qui de partout craquèlent Saurons-nous opposer avec calme Cette poussée de sève Dans la nuit de l'arbre Ce surgissement de bourgeons Ce bruissement de rameaux et de tiges Ce remuement de terre Ce soulèvement par milliers Des crocus de l'aube Cette fine poussée en gloire D'un printemps qui n'a que faire De nos vieilles rancœurs De nos peurs attisées De nos calculs sans joie De nos slogans futiles De nos amertumes dérisoires ?   .   JEAN LAVOUE ... [Lire la suite]
jeudi 29 décembre 2016

JEAN LAVOUE...Extrait

Compagnies d'oiseaux remontant vers le largeNous serrons nos jours enfuis comme un butinQue nous disperserons bientôt en haute merCendres d’un matin que nous rêvions sans déclinNous voudrions à présent l'espace neufLibre la voie de nos saisonsSans prise sur nous la ligne d'horizonOuverte la brèche des possiblesC’est pourquoi nous glanons çà et là les dernières heuresPour engranger des germes avant coureursEt nous jurons de ne promettre à tousQue le moins lointain et le plus vifEt de gagner ainsi de proche en procheUn territoire en vue... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 6 juillet 2016

JEAN LAVOUE

Je fus marqué au feu de déserts inconnusDont les froides arêtes souvent me visitaientJ'eus pour seuls compagnonsD'autres marchants brûlésAux braises de leurs rêvesUne parole au cœurSans hâte ils s’en allaientFraterniser vers d’autres mainsLe bief de la rencontre était en euxUn vide ouvertUne frontière à vifUne épaule offerte aux caresses de la nuitA laquelle nul ne pouvait se dérober.Je reconnus leur chant à l'espace silencieuxQu'ils laissaient derrière euxJe naquis dans leurs yeuxD'une source étonnéeJe les suivis sans hâteEt sans me... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 14 avril 2016

DEMAIN

Habiterons-nous mieux la terreSi nos âmes horizontalesL’encerclent de barbelésEt de credo aveugles au ciel ?Habiterons-nous mieux la terreSi nous l’ensorcelons de nos réseaux,De nos marchés, de nos actions,De nos raisons dernières ?Habiterons-nous mieux la terreSi nous croyons qu’un dieu asservit l’homme,Ou bien l’argent,Au point de l’obliger à tuer son frère ?Habiterons-nous mieux la terreSi l’espace est fermé à l’oiseau,Notre coeur à l’étoileEt si l’arbre ne tend plus ses branches aux frontières ?Habiterons-nous mieux la terreSi nul... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
lundi 11 avril 2016

JEAN LAVOUE

Si la parole se fait dure à présent,Au point de glacer le sang du poème,C’est qu’elle craint tout autant les envolées belliqueusesQue les élans qui confieront bientôt aux urnesUne demande de dureté plus grande encore!Est-ce une Europe guerrière que nous voulons ainsi,Une terre grillagée,Ou bien un continent où s’invente un avenir,Un vivier de lueurs possibles,Une clairière de paix pour l’homme ?Feignons-nous d’ignorerQu’en guerre nous l’étions déjà,Et cela depuis des siècles !Dominant le reste du monde,La part de l’humanité la plus... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 26 avril 2015

FATOU DIOME....OUI !

Naufrage des Migrants, Fatou Diome dénonce l...   .   N’est-ce pas nous qui sombrons Si nos frères meurent sur nos rivages Si nous n’avons pas su partager le trop-plein Ce que nous avions ce que nous savions Si nous n’avons pas su les aider A vivre en paix sur leurs terres A ouvrir leurs propres voies A entreprendre leur propre déploiement Et à trouver leurs propres chants Si nous nous sommes emparés De leurs vies et de leurs richesses Et si nos cœurs restent vides à présent Quand ils se noient... [Lire la suite]