samedi 14 septembre 2019

LES MASSACRES DE JUILLET

Pour la fête des hommes libresils ont massacré mes amispeau brune sur les pavés grisô Paris comme tu es tristetriste et sévère pour ma race Voici l’arbre sans racinevoici l’écorce frappéela fleur fermée le fruit brûléet ton grand soleil humideliberté Fallait-il fuir l’injusticela plaie ouverte dans le douarle soleil et la faim d’Alger et de Tunispour la liberté de Rochechouart O mon peuple trompéfrustré jeté dans l’ombremon peuple saccagé dans son tranquille espoirviolent naïf mon peuple d’hommesqui perds le coeur la mer et qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 7 octobre 2016

MATINALE DE MON PEUPLE...Extrait

Tu disais des choses facilesTravailleuse du matinLa forêt poussait dans ta voixDes arbres si profonds que le cœur s’y déchireEt connait le poids du chantLa tiédeur d’une clairièrePour l’homme droit qui revendiqueUn mot de paixUn mot à notre dimensionTu tirais de sa solitudeLe rôdeur qui te suit tout pétri de son ombreCelui qui voudrait écrire comme tu voisComme tu tisses comme tu chantesApporter aux autres le bléLe lait de chèvre la semoule,Et si dru dans le cœur et si fort dans le sangLa bonté de chacunLe charme impétueux des hommes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
lundi 2 novembre 2015

JEAN SENAC...Extrait

N'empêchez pas la pierrede s'accrocher à ma voixelle est plus souple que la merentre les doigts Elle reconnait son hôteelle vous aime mieux que moiau coeur éteint elle apporteun oiseau pour l'éveillerun poisson pour l'échaufferet la trame des genêts N'empêchez pas le sablede m'indiquer le cheminil est toujours agréablede se perdre dans sa main N'empêchez pas le sangde lier chaque paroleles gerbes ne sont pas follesl'été n'est pas le printemps Et moi j'essaie de poserma joue sur un mot fidèle. .   JEAN SENAC... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 20 mai 2014

DEFENSE DU POETE

Non, Messieurs, il ne porte pas des cheveux de quarante centimètres, ni le pli nostalgique au coin de la bouche. Il ne participe pas d'une planète invisible et monstrueuse mais de la vôtre ; et, s'il pose ses pieds sur la terre, il la sent, le poète. Oui, le Poète que vous honorez d'une majuscule et d'un sourire complaisant, n'est pas plus hors du temps et du lieu que vous hors des principes pantouflards. Vous souriez toujours. Votre conception bourgeoise, votre vision hermétique du monde n'admettront jamais qu'il puisse, le Poète... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 20 mai 2014

JEAN SENAC

" Poésie et résistance apparaissent comme les tranchants d'une même lameoù l'homme inlassablement affûte sa dignité.Parce que la poésie ne se conçoit que comme dynamique,parce qu'elle est écrite par tous,clé de contact grâce à laquelle la communauté se met en marche et s'exalteelle est , dans ses fureurs comme dans sa transparence sereine,dans ses arcanes, comme dans son impudeur,ouvertement résistante.Tant que l'individu sera atteint  dans sa revendication de totale liberté,la poésie veillera aux avant-postesou brandira ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 15 mars 2014

LE DON DE LA JOIE

Qui trouve au bord du dénuementsur les remparts de sa faimune larme discrètel'amère saveur du chaosqui du fond de sa solitudetire un visage attentifune fontaine coutumièreet parle sans souci de ses propres embûchescelui-là sait que Dieu s'installe dans le corpspour une éternité premièreet rien ne peut plus le distrairede cette voix qui s'est tueau centre de l'épi.   .   JEAN SENAC   .  
Posté par emmila à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 16 février 2013

ODE A L'AMERIQUE AFRICAINE

à Marc Baudon   Free Man fume. Il me lance dans la bouche sa fumée.    Des HLM éclatent. L’enfant noir rit. Ses beaux cheveux crépus aucune moisissure ne les lisse. Planètes. Planètes. Nous ne sommes pas blanc-noir Je suis beau parce que    je suis noir Je suis beau parce que je suis blanc Nous sommes beaux   Le sang a la couleur des roses de Jéricho, Du rêve de l’émigré sur l’abjecte paillasse (Négriers, patrons vous paierez !), la couleur De l’aube sur les plages du Chenoua, de Californie, Le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 30 décembre 2012

LE DERNIER POEME DE JEAN SENAC

Il ne s'est pas enfermé pour écrire son poème a flairé le danger lui a laissé la porte ouverte Pas de poème sans risque Sa barbe lissait le pubis de la page transparente et ses lèvres murmuraient la sourate du pardon Il dessina d'abord un soleil un petit rond d'écolier affublé de rayons démesure La nuit criait au viol Alger buvait à mort entre hommes Puis il tailla son crayon ou se taillada une veine mais j'imagine qu'il écrivit au rouge sans ratures les fragments que voici: « Naufrage des doigts sculptés dans le silence D'autres... [Lire la suite]
mercredi 29 août 2012

JEAN SENAC

Au fond de chaque amour des cancrelats sommeillent. Sont-ce des cancrelats, mon coeur, ou des abeilles ? Et lentement, tandis qu’en amande les yeux S’éternisent, dans le désir, le bruit soigneux De la noire légion dévore nos oreilles. Rien n’y fait, nos soupirs ni nos gémissements Ni le lin délirant dont nous vêtons nos contes, Rien, et quand la beauté nous attache et nous ment Les cancrelats sont là qui nous troublent et montent Avec notre bonheur et son double, la honte. [...] Si chanter mon amour c’est aimer ma patrie, Je suis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 25 mai 2012

L'HOMME OUVERT

 Cet homme portait son enfance sur son visage comme un bestiaire il aimait ses amis l’ortie et le lierre l’aimaient Cet homme avait la vérité enfoncée dans ses deux mains jointes et il saignait À la mère qui voulut enlever son couteau à la fille qui voulut laver sa plaie il dit « n’empêchez pas mon soleil de marcher » Cet homme était juste comme une main ouverte on se précipita sur lui pour le guérir pour le fermer alors il s’ouvrit davantage il fit entrer la terre en lui Comme on l’empêchait de vivre il... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,