mercredi 11 février 2009

PETIT MATIN

Chaque matin je déjeune D'une gorgée d'azur. Par la fenêtre ouverte Je syntonise l'horizon. Les ailes des oiseaux Tournent les pages du ciel. Les premières cigales Me lisent les nouvelles. Comme les collines au loin, Les montagnes, les lacs, Je lave ma peau nue Dans un grand bain de soleil. Un brin d'herbe fait signe Aux étoiles endormies. Des hirondelles se croisent Et narguent Chibouki. L'oreille contre le pouls du vent J'écoute battre le monde. Il y a toujours Un bout de voie lactée Dans le nid des abeilles, Un murmure d'étoiles... [Lire la suite]

jeudi 27 novembre 2008

PARCE QUE....Extrait

"J’ai trois épouvantails dans mon jardin, dont l’un à bicyclette. Je le soupçonne de pédaler jusqu’au village durant la nuit. Il a toujours des brins de paille en sueur et le chapeau de travers. En fait, ils aiment les oiseaux et ouvrent même la porte aux ratons laveurs. Sur le rang, mon jardin est le plus pauvre en légumes mais le plus riche en mots. Plus loin, j’ai un étang plein de grenouilles, de nénuphars, de carpes japonaises et de cheveux de fée. Quelques canards et un héron s’y posent quelques fois. Il sert aussi de patinoire... [Lire la suite]
jeudi 9 octobre 2008

IL N'Y A PAS DE REPOS

Il n'y a pas de salut, pas de repos.La lâcheté cohabite avec le mépris.La lumière titube sous les paupières de l'abîme.J'ai vu les eaux de la colère noyer les larmes des enfants.J'ai vu le pain des pauvres à la table des riches.J'ai vu les aimants de la mort détourner les ruisseaux.J'ai vu l'acétylène embrocher l'espéranceet les tigres en papier égorger la colombe.J'ai vu l'obscénité remplacer la caresseet les fusils cracher sur le vagin du monde.J'ai vu les loups apprendre à pleurer,les poules picorer la limaille des balles.J'ai vu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 17 septembre 2008

SUR LE PAPIER GLACE...Extrait

Je retourne dans les bois, creusés d’âge et de mousse. Je préfère être pauvre à mon compte que riche aux dépens des autres, ceux qui se graissent la patte et se remplissent la panse en détruisant la vie. J’ai tout appris par la force des choses. J’ai tout appris du feu, du verger, du lichen. Selon le cours du papier, même les bûcherons finissent par mourir de froid. Par le cantouque et la chouenne, des racines à la cime, je remonte la sève jusqu’à la tête des eaux. Que pourraient le bouleau sans le cèdre, l’érable sans le pin, le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,