dimanche 19 mars 2017

JOË BOUSQUET...Extrait

Vois la brûlure que fait en ce monde l'instant d'avant les choses tu es la pensée de cet instant et sa chair hélas Il n'y aura plus jamais de place entre toi et la folie de l'oubli et la folie de toutes les flammes Courage va tu as planté la hache les heures sont tes prisonnières déjà quand c'est le soir et que l'air change de couleur tu regardes en te penchant à droite à gauche comme un piéton à travers les arbres d'un pays inconnu tu fais tourner les yeux avec les derniers feux du jour tu marches tantôt doucement tantôt... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 11 août 2012

LE MENEUR DE LUNE...Extrait

Ma faute serait de croire que ce que je possède m'appartient. Tout ce que je suis m'est donné dans un miroir et est bel et bien tel que je le vois, mais, seul réel, me force à ne toucher de lui qu'une image. C'est que la mort est en moi. Qu'elle m'emporte si je n'accepte pas de l'épouser. Quand je touche un objet, elle abrite mes regards de la main pour me permettre de le voir.   L'être est indivisible. A prétendre qu'un être est, on lui donne pour contenu tout ce dont on conçoit l'existence. Mais comment dire cela de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 20 mai 2011

QUAND L'ÂME EUT FROID

(...)  On rouvre la classe du soir Où l'on attend le roi des cendres   J'ai cru le voir dans un miroir Qui m'est resté de mon enfance Un chant de source était devant Qui m'a bercé jusqu'au silence Et je le suis jusqu'à l'absence Mon corps s'ouvrant à tous les vents A bu le froid dans l'eau d'argent                             D'un coeur noir qu'il est las... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 30 juillet 2010

MON FRERE L'OMBRE...Extrait

Et pareil à la colombe Qui meurt sans toucher le sol Entre l’absence et la tombe L’oubli referme son vol Mais il survit du murmure Où tout se berce en mourant L’amour des choses qui dure Au cœur d’une mort qui m’attend . . . JOË  BOUSQUET . . .
Posté par emmila à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 2 juillet 2010

LA TISANE DE SARMENTS...Extrait

«... je ne suis en ce monde qu'une fable sur mes propres lèvres. Je suis quelqu'un qui a vu survivre en lui son être à la mort de l'homme. Oui, après un accident terrible, ma vie a pris la forme qu'il fallait pour se substituer à moi. Ce fut très singulier, ce qui se passa dans mon cœur ; la vie buvant l'oubli du monde à sa propre source..." .. .JOË  BOUSQUET . . .    
Posté par emmila à 21:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 2 juillet 2010

L'ESPRIT DE LA PAROLE...Extrait

Il ne fait pas nuit sur la terre ; l'obscurité rôde, elle erre autour du noir. Et je sais des ténèbres si absolues que toute forme y promène une lueur et y devient le pressentiment, peut-être l'aurore d'un regard.  Ces ténèbres sont en nous. Une dévorante obscurité nous habite. Les froids du pôle sont plus près de moi que ce puant enfer où je ne pourrai pas me respirer moi-même. Aucune sonde ne mesurera ces épaisseurs : parce que mon apparence est dans un espace et mes entrailles dans un autre ; je l'ignore parce que mes yeux,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 21 mars 2010

D'UN REGARD L'AUTRE...Extrait

« La potence ensoleillée     marquait les heures,     pendant que le balancement de son pendu     les ensemençait de secondes,     ainsi fut inventée la montre, non,     à vrai dire, par le bourreau, mais par un philosophe     finaliste qui, depuis longtemps,     s’interrogeait sur l’utilité du bourreau. » .. .JOË  BOUSQUET . . .  
Posté par emmila à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 21 mars 2010

JOË BOUSQUET

« à certains hommes est échue en exceptionnelle fortune l'impossibilité de se complaire en eux-mêmes. J'ai voulu ressembler à ces éperdus desquels on peut dire que leur âme ne leur tient pas aux épaules ; qui la sentent les métamorphoser en toutes les choses dont elle s'éprend ; si bien qu'ils retrouvent leur corps du dehors, au poids dont il grève leur perpétuel penchant à le quitter. Tout ce qu'ils savent de leur chair, c'est qu'elle leur retire l'amour de la mort ... « Un jour, peut-être, je te prendrai la main en souriant. Une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 8 janvier 2010

MADRIGAL...Extrait

(...) Le vent pleurait les oiseaux de passageBerçant les mers sur ses ailes de selJe prends l’étoile avec un beau nuageQuand la page blanche a bu tout le ciel . . . JOË  BOUSQUET . . .
Posté par emmila à 19:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,