mardi 27 septembre 2016

LE DROIT D'ÊTRE NATURALISTE...Extrait

La culture ce n’est pas avoir le cerveau farci de dates, de noms ou de chiffres, c’est la qualité du jugement, l’exigence logique, l’appétit de la preuve, la notion de la complexité des choses et de l’arduité des problèmes. C’est l’habitude du doute, le discernement dans la méfiance, la modestie d’opinion, la patience d’ignorer, la certitude qu’on n’a jamais tout le vrai en partage; c’est avoir l’esprit ferme sans l’avoir rigide, c’est être armé contre le flou et aussi contre la fausse précision, c’est refuser tous les fanatismes et... [Lire la suite]

mardi 22 septembre 2015

OSTINATO...Extrait

Se forcer à ne voir du monde que la beauté est une imposture où tombent jusqu'aux plus clairvoyants, et à qui la faute sinon au monde lui-même dont ce siècle finissant aura révélé par une somme inouïe de forfaits qu'à moins de fermer les yeux on ne peut désormais le souffrir qu'aux dépens de la rectitude du jugement ni le regarder de face qu'en limitant à l'extrême son angle de vision. C'est qu'au vu ou au su de tant d'atrocités commises et qui se perpétuent de toute parts comme les stigmates d'un mal absolu, le simple fait de vivre... [Lire la suite]
dimanche 24 mars 2013

LE DIEULOGUE

D’abord Ne vous donnez pas la peine Aucune peine de chercher Ni dans le Larousse Et encore moins sur le Web Le sens du mot Dieulogue Vous ne le trouverez pas Nulle part Sauf si vous tombez sur ce même texte Ce qui ne vous éclaire en rien finalement Néanmoins il n'est point besoin de sortir d'El-Azhar Ni encore moins de Harvard Pour deviner sa signification Selon l’ouverture de l’esprit Pour ne pas dire le Qi de chacun Un Dieulogue, vous l'avez donc compris Sinon à titre indicatif, il s’agit d’un Jour Je vois certains qui ont cru... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 5 avril 2012

FRAGMENTS D'UN JOURNAL D'ENFER...Extrait

Le temps peut passer et les convulsions sociales du monde ravager les pensées des hommes, je suis sauf de toute pensée qui trempe dans les phénomènes. Qu'on me laisse à mes nuages éteints, à mon immortelle impuissance, à mes déraisonnables espoirs. Mais qu'on sache bien que je n'abdique aucune de mes erreurs. Si j'ai mal jugé, c'est la faute à ma chair, mais ces lumières que mon esprit laisse filtrer d'heure en heure, c'est ma chair dont le sang se recouvre d'éclairs. . ANTONIN  ARTAUD .
Posté par emmila à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,