mardi 21 juin 2016

DE KATEB YACINE A REZKI RABIA

L’hymne séducteur du clair de lune évacue les prières sans lumières des passions qui croquent du pain nu entre les actes d’une comédie du bonheur. Quand tout solitaire à la main veuve et vierge est en majesté sous le froc, toute amante désire être aux anges alors que le diable, grelottant d’envie sous les huiles, hue l’humour de se surprendre nu aussi. Quoi qu’en dise, le diable également s’implique de ses farces dans le jeu des proses et le vouloir d’aimer sous les aubes en fuites. Disons, qu’il sait faire causer l’airain sous les... [Lire la suite]

lundi 28 novembre 2011

L'OEUVRE EN FRAGMENT...Extrait

Au poing tendu de l'âge tendre A la frimousse des héroïnes en herbe A l'école de la belle étoile A la cinquième année du massacre La bannière étoilée a retrouvé ses origines C'est l'Algérie plus libre que jamais Elle a toujours été libre Ironiquement souveraine Armée par l'ennemi Prisonnier de ses propres pièges Devant ce peuple matinal Les abattoirs promènent Des légions de chiens ivres Il y aurait de quoi pleurer N'étaient les yeux qui s'ouvrent N'était la grève des larmes Ce n'est pas la lligne Morice Qui tue C'est le mortier... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 1 mai 2011

L'OEUVRE EN FRAGMENTS...Extrait

Toi, ma belle, en qui dort un parfum sacrilège Tu vas me dire enfin le secret de tes rires. Je sais ce que la nuit t'a prêté de noirceur, Mais je ne t'ai pas vu le regard des étoiles. Ouvre ta bouche où chante un monstre nouveau-né Et parle-moi du jour où mon cœur s'est tué !… Tu vas me ricaner Ta soif de me connaître Avant de tordre un pleur En l'obscur de tes cils ! Et puis tu vas marcher Vers la forêt des mythes Parmi les fleurs expire une odeur de verveine : Je devine un relent de plantes en malaises. Et puis quoi que me dise... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 21 avril 2011

A LA MEMOIRE DE KATEB YACINE

Yacine en ces vingt ans d'absence premier novembre, date ancrée dans ma chair je me souviendrai de toi à la Casbah avec M'hamed, momo et papa à l'assaut de l'impossible brouillard je me souviendrai de toi quand pour la première fois j'ai fait connaissance avec le vertige de l'amour je me souviendrai de toi quand le froid a atteint la flamme de mon corps et que ta demeure salutaire sur moi veillait je me souviendrai de toi quand tu venais porter secours à mon coeur amoureux je me souviendrai de toi tu m'as offert ton lit quand je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 14 avril 2011

C'EST VIVRE

Fanon, Amrouche et Feraoun Trois voix brisées qui nous surprennent Plus proches que jamais Fanon, Amrouche, Feraoun Trois source vives qui n’ont pas vu La lumière du jour Et qui faisaient entendre Le murmure angoissé  Des luttes souterraines Fanon, Amrouche, Feraoun Eux qui avaient appris A lire dans les ténèbres Et qui les yeux fermés N’ont pas cessé d’écrirePortant à bout de brasLeurs oeuvres et leurs racines Mourir ainsi c’est vivre Guerre et cancer du sang Lente ou violente chacun sa mort Et c’est toujours la même Pour ceux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 24 mars 2011

POUSSIERES DE JUILLET

Le  sang Reprend  racine Oui Nous  avions  tout  oublié Mais  notre  terre En  enfance  tombée Sa  vieille   ardeur  se  rallume  Et  même  fusillés Les  hommes  s’arrachent  la  terre Et  même  fusillés Ils  tirent la  terre  à  eux Comme  une  couverture Et  bientôt  les  vivants  n’auront  plus  où ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,